Corse Net Infos - Pure player corse

"Vers l'écomobilité" : Voyage d'études pour 16 techniciens et élus corses en Nouvelle Aquitaine


Rédigé par le Lundi 8 Octobre 2018 à 18:23 | Modifié le Lundi 8 Octobre 2018 - 19:11


Voyage d’études en Nouvelle Aquitaine les 9 et 10 octobre, avec l'Ademe et l'AUE pour 16 élus et techniciens corses pour découvrir et tester les solutions de mobilité mises en place dans l’agglomération de La Rochelle et sur l’Ile d’Oléron, deux territoires présentant des similitudes avec la Corse


La mise en place par la Collectivité de Corse d’une subvention pour l’achat d’un VAE est un succès et permet à de plus en plus de personne de faire le trajet domicile-travail en VAE.
La mise en place par la Collectivité de Corse d’une subvention pour l’achat d’un VAE est un succès et permet à de plus en plus de personne de faire le trajet domicile-travail en VAE.
Les transports en Corse représentent 54% des consommations d’énergie finale contre 32% sur le continent et émettent 45% de gaz à effet de serre.
De plus, la part du transport routier et ferroviaire est la plus importante et est de 39%.
Depuis la fin du fret ferroviaire, la route constitue le seul mode de transport des marchandises à l’intérieur de la Corse (excepté le petit colisage transporté par les CFC).
Selon les chiffres de l’OREGES (Observatoire de l'énergie et des gaz à effet de serre), en 2011, ce secteur consommait plus de 46 000 tonnes équivalent pétrole de carburant, ce qui correspond à l’émission de plus de 174 000 tonnes équivalent CO2. Il s’agit donc d’un secteur d’importance majeur en termes de consommation d’énergie et d’émission de gaz à effet de serre et de polluant.


La faiblesse de l’offre de transport en commun de voyageurs en Corse explique en partie le recours à la voiture individuelle.
Seuls 2 % des actifs utilisent les transports en commun pour se rendre au travail contre 7 % dans les régions métropolitaines hors Île-de-France et 14 % pour l’ensemble des régions.



La part de dépenses liées à l’achat de carburant pour sa voiture personnel est très importante pour les ménages corses et fait de la Corse la première région en termes de vulnérabilité énergétique liée aux déplacements.
L’INSEE estime que les ménages consacrent environ 1 600 € par an à l’achat de carburant.
D’où la nécessité de développer des alternatives qui permettent à ses ménages de se déplacer à moindre coût.


Pour rappel, les estimations du coût annuel moyen d’un véhicule varient entre 4 000 et 8 000 € pour son propriétaire, dont plus de 1 000 € pour les seuls carburants (source : étude ADETEC).
De nombreux ménages habitent en périphérie pour des raisons financières mais subissent la double peine du transport quotidien associant fatigue et coût important, d’où des taux de vulnérabilité énergétique inquiétants dans les périphéries ajaccienne (44%) et surtout bastiaise (58%) qui est connue pour être plus étendue.

  
Face à ce constat, les décideurs publics doivent mettre en œuvre une politique d’aménagement du territoire moins consommatrice d’espace qui réduise les trajets quotidiens, de proposer des solutions de mobilités attractifs et performants répondant au mieux aux besoins individuels ou collectifs.
Pour promouvoir et accompagner la transition de la mobilité à une mobilité durable et moins pénalisante pour l’humain, son cadre de vie et l’environnement c'est à dire l’écomobilité, il est nécessaire d’agir sur plusieurs leviers.


Les objectifs ambitieux de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) vont pousser les acteurs de la mobilité à faire évoluer les comportements des usagers notamment en proposant des solutions favorisant la mobilité active par la création de zone d’apaisement, d’aménagement des cheminements piétons et des voies vertes favorisant la marche à pied et l’utilisation du vélo ou du VAE (Vélo à Assistance Electrique).


La mise en place par la Collectivité de Corse d’une subvention pour l’achat d’un VAE est un succès et permet à de plus en plus de personne de faire le trajet domicile-travail en VAE.
C’est dans ce cadre, que l’ADEME et l’AUE organisent pour les élus locaux un  voyage d’étude « Vers l’écomobilité » en Nouvelle Aquitaine les 9 et 10 octobre.

L’objectif de ce voyage d’étude – qui réunit 16 élus et techniciens corses - est de découvrir et de tester les solutions de mobilité mises en place dans l’agglomération de La Rochelle et sur l’Ile d’Oléron, deux territoires présentant des similitudes avec la Corse : petites villes côtières et portuaires accueillant une activité touristique importante en saison estivale.


Plusieurs sujets seront abordés lors de ce voyage d'études
  • -  Le réseau Yélo de l’agglomération de La Rochelle (bus urbains et périurbains)
  • -  Le vélo : Le schéma directeur des liaisons cyclables, les services proposés (libre- service vélo,  location longue durée, location estivale) et leur évolution (notamment vélo à assistance électrique en libre-service)
  • -  L’autopartage : le service actuel et son évolution
  • -  Le TAD (Transport à la demande)
  • -  Les parcs relais
  • -  Le covoiturage
  • -  La logistique urbaine : le service actuel et projets
  • -  Expérimentation de véhicule sans conducteur
  • -  L’intégration tarifaire entre les différents services de mobilité
  • -  Projet de l’agglomération 0 carbone (projet TIGA)
  • -  Les zones d’apaisement (réduire la place et la vitesse de la voiture en ville au
    profit d’autres modes)




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie