Corse Net Infos - Pure player corse

Transfert de l’Office HLM  à la Capa : "Cette tambouille n’a pas lieu d’être" estime Laurent Marcangeli


Rédigé par Pierre BERETTI le Jeudi 16 Novembre 2017 à 21:06 | Modifié le Jeudi 16 Novembre 2017 - 22:00


Laurent Marcangeli a ouvert la séance du Conseil communautaire en s’exprimant au sujet des réactions de Gilles Simeoni, lues le matin dans la presse, assurant que, dans d’autres circonstances, il ne se serait pas exprimé davantage. Le président de la CAPA a donc tenu à s’expliquer sur la procédure suivie face aux élus. Ces propos n’ont pas été au goût de l’élu nationaliste Jean Biancucci qui a fini par quitter la salle après un vif échange.


Transfert de l’Office HLM  à la Capa : "Cette tambouille n’a pas lieu d’être" estime Laurent Marcangeli
Ces derniers jours le transfert de l’Office HLM à la CAPA a suscité de vives réactions de la part du président du Conseil Exécutif relayées par la presse locale. L’ouverture du conseil communautaire a été l’occasion pour son président Laurent Marcangeli de s’exprimer à son tour.
« Nous avons travaillé durant une année à un projet de rattachement de l’Office Public de l’habitat à la CAPA. La collectivité unique commencera à exercer ses responsabilités au 1er janvier 2018 et jusqu’à cette date, les collectivités locales et les groupements de communes, dont nous faisons partie, ont également des droits. Ces droits, ils ont été défendus et exprimés par des votes. Les élus de la CAPA ne sont pas des élus de seconde zone. Ils sont élus légitimement par le peuple. Si tout cela ne convenait pas au président de l’Exécutif, il n’aurait pas du se rendre en préfecture le 5 octobre dernier devant le comité régional de l’habitat et de l’hébergement. Il a donc voulu débattre avec moi à cette occasion. S’en est suivi un vote. Je rappelle que ce vote est l’expression de suffrage majoritairement venu de la société civile, les représentants élus étant minoritaires. Le résultat a été de vingt voix pour le rattachement, sept contre. Malgré ces passages démocratiques, le président du Conseil Exécutif pense éventuellement saisir la justice. Il a interpellé également le Premier ministre sur la question. Il apparaît qu’il n’a pas été satisfait de la réponse qui lui a été faite et qui va dans le sens du respect de la loi. Nous sommes certes en période électorale mais je ne suis candidat à rien, je ne suis candidat qu’à une seule chose, faire mon travail. En somme, je dirai que la polémique est vaine, seul le travail compte, cette tambouille n’a pas lieu d’être. Les complots politiques sont inexistants j’en appelle donc à la raison et à la sérénité ».


La sérénité n’a pas pour autant été de mise.
Jean Biancucci, maire de Cuttoli-Corticchiato et membre de la majorité territoriale a demandé un droit de parole refusé sur la thématique par le président.
Jean Biancucci s’est malgré tout exprimé devant l’assemblée communautaire en disant son sentiment, que, selon lui,  le président de l’Exécutif avait été insulté et que le terme « tambouille » était outrageant. S’en est suivi une altercation entre le président et l’élu, lequel, en premier lieu, avait consenti à rester puis, au terme d’une vive discussion a préféré quitter la salle
« je croyais que vous étiez un homme d’honneur, je me suis trompé » a t-il lancé à Laurent Marcangeli qui lui a rendu la politesse. « Vous êtes en campagne, votre mandat territorial semble compter davantage pour vous que celui au sein de la CAPA ».


Une ouverture de séance mouvementée qui n’a laissé personne indifférent et particulièrement Xavier Lacombe, premier vice-président de la CAPA qui a proposé une motion « non pas pour condamner mais pour dénoncer » le comportement du maire de Cuttoli qui, selon lui, n’a pas été respectueux de l’autorité du président de la CAPA.
La motion ne sera finalement pas soumise au vote, les élus préférant mettre de côté cet incident en se concentrant sur les dossiers importants à l’ordre du jour.


Du côté des maires de la CAPA, loin de la polémique, certains défendent la légitimité de la communauté d’agglomération de récupérer la gestion des logements sociaux comme Etienne Ferrandi, maire d’Alata. « A partir du moment où les ordonnances permettaient que la CAPA se saisisse de la problématique du logement social, il nous a semblé intéressant de travailler dans ce sens. Cela paraît phénoménal que ça génère une telle polémique. La CAPA est l’une des premières intercommunalités à avoir établi un plan local de l’habitat. A ce titre, elle a eu une réflexion sur son territoire afin de pouvoir développer le logement social depuis 2003. Elle a mis en œuvre une série d’actions. Nous sommes donc cohérents et logiques en travaillant sur le transfert de l’Office HLM ».



                                                                                             --------





Dans la même rubrique :
< >

Corse | Entretiens | Elections | Institutions




Derniers tweets
Corse Net Infos : #Capicursina La 14 km remportée par Jeremy Guilloteau (Asso Tout Vite) en 1h36 55.Deuxieme Lilian Medori le vainqueur de l’an dernier
Dimanche 23 Septembre - 12:01
Corse Net Infos : #Capucursina Frédéric Caillier (ACCorte) gagne là 25 Km et bat le record de Franck Biaggi en 3h20’09 https://t.co/8wm62mv63S
Dimanche 23 Septembre - 11:57
Corse Net Infos : La photo du jour : Magnifique Monte Calva https://t.co/2ILr8UDiBn https://t.co/FYcLmLRrCD
Dimanche 23 Septembre - 07:49
Corse Net Infos : Le FC Bastelicaccia rejoint sur le fil par le Gallia (2-2) https://t.co/HInCRX9LPe https://t.co/ocq1Ngkmgr
Samedi 22 Septembre - 23:49



Newsletter






Galerie