Corse Net Infos - Pure player corse

Opération de Sécurité routière à Ajaccio : Gants homologués, attention à la prochaine …


Rédigé par José Fanchi le Mardi 26 Juin 2018 à 20:58 | Modifié le Mercredi 27 Juin 2018 - 00:07


Cette fois on sensibilise, la prochaine fois on verbalise ! Voilà comment résumer l’intervention des forces de police mardi matin sur la rocade, en présence de Josiane Chevalier, préfète de la Corse, Marie-Jeanne Dussere, commissaire adjointe et des principaux partenaires, notamment les pompiers. Il s’agissait d’une campagne de médiatisation du dispositif de sécurité routière en différents points de la ville, à destination des deux roues pour le non port des gants homologués


(Photo MJT)
(Photo MJT)
On ne badine pas avec le code de la route. Depuis le 20 novembre 2016,le port de gants homologués est devenu obligatoire (article R 431-1-2 du code de la route). Si l’ensemble des motards, surtout les pilotes de grosses cylindrées, respectent cette nouvelle réglementation, il n’en est pas été de même pour les autres deux roues, cyclomoteurs , petites cylindrées et scooters,  dont les jeunes, notamment en ville, n’y prêtent généralement guère attention. Disons qu’il régnait une certaine tolérance de la part des forces de l’ordre et une certaine liberté s’était instaurée au fil des mois et des semaines.
 

Les dangers en cas de chute
A présent, c’est terminé. « Eté ou pas, on ne fait pas du scooter torse nu, sans gants et en tong » explique le message de la direction de la sécurité publique qui entend remettre un peu d’ordre dans la réglementation. Les blessures aux mains sont très courantes puisque le premier réflexe est de les mettre en avant en cas de projection au sol. Environ 20% des victimes à deux-roues motorisés sont atteintes à la main ou au poignet. Les usagers du deux roues représentent en effet une part importante des victimes d’accidents de la route. Les chiffres sont là pour le confirmer :
  • 5 décès en Corse-du-Sud depuis le 1er janvier, dont 3 conducteurs de deux roues
  • 35% des tués entre 2013 et 2017, contre 9,4 % pour la moyenne nationale en 2017
  • Les deux roues sont impliqués dans un accident sur deux
Au-delà des décès, les accidents provoquent des blessures graves :
  • 54% des blessés sont victimes de chocs à la tête
  • 29% souffrent de lésions orthopédiques
  • 50% de traumatismes concernant les bras
Aussi, les équipements de protection sont essentiels pour réduire la gravité des blessures, ce qui entraîne obligatoirement le port des gants et du casque. Sur place hier matin aux côtés des forces de police, Mme Josiane Chevalier, préfète de la Corse a apprécié à sa juste valeur cette campagne qui doit s’avérer convaincante :
« Dans ces conditionson pourrait s’attendre à ce que les conducteurs et passagers de deux-roues motorisés soient systématiquement bien équipés. Or la réalité est bien différente. Hormis les motards, dont le rapport à leur véhicule et sa connaissance, l’usage qu’ils en font, les vitesses qu’ils peuvent atteindre, les ont conduits très majoritairement à s’équiper de mieux en mieux, les autres usagers, en particulier scootéristes et motards urbains, paraissent – à part le casque, obligatoire – peu équipés. Au-delà d’évolutions comportementales toujours lentes à intervenir, le port d’équipements de protection individuelle adaptés constitue un vrai gisement de sécurité routière pour les utilisateurs de deux-roues motorisés, les scootéristes et cyclomotoristes tout particulièrement, dont le niveau d’équipement est très faible. »
 

Cinq jours pour être en règle
Au cours de la campagne menée hier, les motards ayant fait l’objet d’une verbalisation pour le non port des gants homologués ont été prévenus que l’amende forfaitaire minorée est de 45 euros et 180 euros pour l’amende forfaitaire majorée. Et un point sur le permis. Mais, précise la circulaire qui leur a été remise :
« Vous bénéficiez d’un délai de 5 jours ouvrés à partir de la date de la constatation de l’infraction, pour bénéficier d’un classement sans suite. »
Ce qui a été le cas pour une soixantaine de contrevenants devant le collège Giovoni. Ils devront se présenter au commissariat munis du document qui leur a été remis avec une pièce d’identité et la facture des gants. 
 
Bilan de l’opération
11 policiers engagés
63 véhicules 2 roues interceptés
83 personnes contrôlées
27 verbalisations relevées
Pour le moment 7 personnes se sont présentées avec le "récépissé de contravention" remis au moment de la verbalisation ainsi que la preuve d'achat d'une paire de gants homologués
J. F.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie