Corse Net Infos - Pure player corse

Festivale d’autunnu di a ruralità : A la découverte d’un patrimoine martinien inédit


Rédigé par Nicole Mari le Lundi 2 Novembre 2015 à 22:25 | Modifié le Mardi 3 Novembre 2015 - 01:04


Le Festivale d’autunnu di a ruralità nous emmène, cette année, du 28 octobre au 11 novembre, sur des chemins inédits dans le Cap Corse et le Grand Bastia. Initié en 2008 à Patrimoniu par Christian Andreani, porté par l’association A Cappellà, il préfigure, avec succès, la Via San Martinu, étape corse de l’itinéraire culturel du Conseil de l’Europe qui, dès 2016, reliera la Hongrie à la France sur les pas de Saint Martin de Tours. Au programme de cette 4ème édition, des stages musicaux ou artisanaux, des itinéraires de découverte guidés et bilingues, des conférences, des animations, des concerts et des expériences musicales croisées, basées sur l’échange des savoirs. Mais également trois étapes nouvelles à Centuri, E Ville di Petrabugnu et Biguglia et la découverte d’un patrimoine martinien inconnu. Explications, pour Corse Net Infos, de Christian Andreani.


La compagnie des Regains à Teghime.
La compagnie des Regains à Teghime.
- Qu’est-ce qui se passe de nouveau dans cette 4ème édition ?
- C’est toujours la même formule, mais déplacer en des lieux nouveaux et inédits, où nous avons fait des découvertes martiniennes. Nous faisons visiter le territoire sur des éléments patrimoniaux dont nous sommes en train de faire un inventaire et qui recèlent la présence en Corse de Saint-Martin sur 1700 ans, du paléochrétien jusqu’à nos jours : toponymie, église, fontaine, lieu-dit... Au fil du temps, cette manifestation s’ancre avec succès en dehors de la saison touristique et suscite un intérêt grandissant dans la population qui s’approprie, ainsi, cette mémoire qui est la sienne et qu’elle ne connaît pas. Ce patrimoine matériel et immatériel, qui date du 4ème siècle, est lointain et un peu confus dans l’esprit des gens. Et pourtant, dans la langue corse, il en reste de nombreuses traces . Par exemple, pour désigner la prospérité, on ne dit pas « abondanza » comme en italien, mais « San Martinu è divizia ».
 
- Concrètement, quels lieux inédits faites-vous découvrir ?
- Le premier fut, dimanche, à Centuri qui est un port antique face à la côte ligure, au Cap Martin, lieu très ancien de la navigation, et à l’île de Gallinaria où Saint Martin a résidé pendant un an. Le culte chrétien est arrivé par la mer. On trouve, par exemple, une église romane San Martinu à Meria, les restes d’une chapelle préromane au col de Saint Jean vers Olcani. Lundi, nous avons fait une halte à Sisco, qui n’est pas un lieu nouveau, mais une étape récurrente autour de l’église romane dédiée à Saint Martin et du couvent Sainte Catherine, dont l’église a été remaniée au 12ème siècle et porte des traces préromanes. Elle appartient, avec les baptistères paléochrétiens corses, au même contexte historique de Saint Martin au 4ème siècle avec les martyrs Sainte Devote et Sainte Julie.
 
-  Vous revenez à Bastia pour la 2nde année consécutive. Avez-vous fait de nouvelles découvertes ?
- Oui ! Nous avons fait de nouvelles découvertes entre Suerta et Lupinu où nous avons retrouvé les traces d’un très ancien domaine de production agricole (cédrats, vergers…) San Martinu qui a été exploité jusqu’au milieu du 19ème siècle. Il reste encore intact un pont génois San Martinu au dessus de la route entre l’hôpital et San Gaetano. Nous cherchons le couvent que chante, dans « I frati di San Martinu », le célèbre compositeur bastiais, Vincent Orsini, auteur de la fameuse Barcarole bastiaise. Mardi, à 18 heures, au Centru culturale Alb’oru, l’ornithologue Gilles Faggio fera une conférence sur l’oiseau de San Martinu, le martinet, parce que Bastia abrite une des plus importantes colonies d’Europe de martinets noirs et de martinets pâles. Cette conférence sera suivie de celle de Rennie Pecqueux Barboni sur le manteau de la religion.
 
- Est-ce en lien direct avec le manteau de San Martinu ?
- Oui ! Cet ethnologue, qui a travaillé sur le costume corse, nous renvoie à la thématique du partage de manteau par Saint Martin qui est un des gestes les plus représentés dans l’histoire de l’art avec les « Charité de Saint Martin ». En Corse, nous avons de nombreux témoignages remarquables de représentations iconographiques de cette Charité. L’an dernier, nous avons même découvert, à Omessa, une fresque exceptionnelle, unique en Europe.
 
- Autre innovation : une journée scolaire au lycée Giocante à Bastia. Pourquoi ?
- L’itinéraire Via Sancti Martini est expérimenté avec une bande verte et citoyenne qui met l’accent sur les problématiques de qualité environnementale, d’écologie, de désertification des campagnes, de perte des savoirs… Pendant cette journée dédiée aux nouvelles générations, Clément Demaison et Julien Riva, jardiniers paysagistes, expliquent l’expérience en permaculture tentée à Patrimoniu : « La permaculture, un renouveau au potager ». Cette journée permettra, également, d’appréhender l’universalité de la culture avec la présentation par Jean Charles Adami de la traduction en langue corse du livre : « L’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono.
 
- Vous évoquez également le patrimoine immatériel. Est-il important en Corse ?
- Il est conséquent et se compose de récits légendaires, de poésies, de chansons, de musique, de rites… Cette année, nous avons décidé de valoriser particulièrement trois contextes. A Bastia, le chemin de l’eau, des ponts, des moulins, des fontaines, des cultures en terrasse qui approvisionnaient les habitants. Egalement, le contexte baroque, par les lieux de culte associés à ces pratiques agraires, une conférence de Michel-Edouard Nigaglioni sur l’histoire des confréries et une autre d’Antoine-Marie Graziani sur « Saint Alexandre Sauli, apôtre de la Corse ». A Biguglia, nous évoquerons, jeudi 5, le contexte médiéval.
 
- Pourquoi Biguglia ?
- Biguglia recèle des trésors martiniens avec une fontaine de la Martinella et un fleuve qui s’appelle « U Bonmartinu ». Nous sommes reçus par la présidente de la Franciscorsa, association de recherche historique de la Corse, Mme Lucille Gandolfi de la Piquelière qui nous parlera de cette ancienne capitale de la Corse. La Compagnie des Regains fera une conférence sur « La musique au temps de Vincentello d'Istria » avec des extraits musicaux.
 
- Vous inaugurez une troisième étape inédite : E Ville di Petrabugnu. Qu’a-t-elle de particulièrement martinien ?
- Au 13ème siècle, la « pietra du bugno » avait une chapelle San Martinu qui n’existe plus. Dans le hameau de Casevecchie, une autre chapelle San Martinu a été détruite pendant la 2nde guerre mondiale. Il reste, aujourd’hui, une piazza San Martinu. La tradition, de faire du vin dans les cantines et de le goûter pour A San Martinu, reste toujours vivace. Mieux, on a découvert un tableau représentant la Charité de Saint Martin, peinte au 19ème siècle par Bouchez, que présentera Jean Charles Ciavatti, responsable de l’inventaire. Le titre de sa conférence est issu de la chanson A Falata di Ficaghjola : « In Cardu Casevecchje è Ville funtane ne nascenu mille…». Bastia est cernée par le patrimoine martinien. Elle peut, grâce à ce contexte historique et à ses incroyables richesses artistiques et patrimoniales, prétendre devenir une importante porte d’entrée en Méditerranée de l’itinéraire européen « Via Sancti Martini, la bande verte et citoyenne » qui sera inauguré en juillet prochain. Ce serait la première étape corse entre Bastia et Patrimoniu qui est le cœur de l’itinéraire dans l’île.
 
- Justement, le festival se clôt, comme d’habitude, à Patrimoniu, avec deux hommages exceptionnels et pleins d’émotion. Pouvez-vous nous expliquer ?
- Le samedi 7, à la maison des vins, Dominique Vincenti nous fait l’honneur de passer une stonda cu noi pour nous faire revivre la légende des frères Vincenti qui, avant le Riacquistu, ont été les chantres de la ruralité par leur production poétique et musicale. Le lendemain, nous rendrons hommage à Jacques Gamisans, un grand botaniste, ami et défenseur de la Corse, qui devait nous accompagner, encore une fois, pendant le festival, mais qui nous a quitté prématurément. C’est un autre botaniste de renom, spécialiste des zones littorales, Guilhan Paradis, qui prendra sa relève sur le sentier littoral de Patrimoniu pour une ballade, suivie d’une conférence à la maison des vins. Le festival se clôt, comme d’habitude, les 10 et 11 novembre, sur San Martinu in Patrimoniu avec, le 10 novembre à 18h30, u Uffiziu di vigilia cù a cunfratèrnita San Martinu di Patrimoniu, et, le lendemain, a Festa patrunale des vignerons et du partage.
 
Propos recueillis par Nicole MARI.
 

Voici le programme complet 2015 :
 
Samedi 31 octobre : BARBAGHJU
 
• ITINÉRAIRE DE DÉCOUVERTE : Parcours pédestre Visites bilingue Corse / Français avec des accompagnateurs en montagne et des guides interprètes. Inscription obligatoire auprès de Viacorsica.                                                                                 
• 9H00 : Départ du col de Teghjime, au Monument de la Libération de la Corse.
Una spassighjata nant’a a Serra, à la découverte des crêtes sud du massif dominant la commune de BARBAGHJU.
• 18H30 : PARTAGE MUSICAL – ÉGLISE SAN MARCELLU avec les stagiaires et les enseignants des ateliers du Festival.
 
Dimanche 1er novembre : CENTURI
 
• ITINÉRAIRE DE DÉCOUVERTE : Parcours pédestre. Visites bilingue Corse / Français avec des accompagnateurs en montagne et des guides interprètes Inscription obligatoire auprès de ViaCorsica.
Promenade en bateau le long de la côte ouest du Cap Corse jusqu’à CENTURI, évocation des
marines et couvents de FARINGULE, NONZA, CANARI, PINU, MORSIGLIA.
• 08H30 : DEPART du port de St Florent. Taxi-boat avec Le Popeye -promenades en mer.
Una spassighjata in paese :
• 11H00 : « Centuri au fil de l’histoire ». Visite de la Marine de Centuri - Joseph PALMIERI Professeur agrégé honoraire d’histoire et géographie. Président honoraire de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse.
• 14H30 : CONFÉRENCE – MAIRIE SALLE DES FÊTES :
« Le système Cap Corsin » Antoine-Marie GRAZIANI Professeur des Universités, Università di Corsica Pasquale Paoli, membre senior de l’Institut Universitaire de France
• 16H30 : DEPART du port de Centuri vers St Florent, Taxi-boat avec Le Popeye.
 
Lundi 2 novembre : SISCU
 
• ITINÉRAIRE DE DÉCOUVERTE : Parcours  pédestre. Visites bilingues Corse/Français avec des accompagnateurs en montagne et des guides interprètes Inscription obligatoire auprès de Viacorsica.                                                                                
• 09H30 : MARINE DE SISCU, Accueil à l’église romane Santa Catalina qui surplombe la RD80, reconstruite sur site du XIIe siècle, important lieu de pèlerinage au XVe siècle.
• 10H45 : HAMEAU DE MOLINE : la chapelle Sant’Eramu, ex-voto de 1705.
• 14H30 : CONFÉRENCE - VILLA GASPARI – RAMELLI, HAMEAU DE CHIOSO
« Le décor sculpté des têtes anthropomorphes dans l'architecture religieuse médiévale insulaire ». Paola CAMUFFO Docteur en Cultures et Langues Régionales, Università di Corsica Pasquale PAOLI.
• 14H00 : ANIMATION MUSICALE - MARINA DI SISCU - ÉCOLE COMMUNALE :
Les stagiaires et musiciens invités du Festival.
 
Mardi 3 novembre : BASTIA
 
• ITINÉRAIRE DE DÉCOUVERTE : Parcours pédestre Visites bilingue Corse - Français avec des accompagnateurs en montagne et des guides interprètes. Inscription obligatoire auprès de Viacorsica.
• 09H30 : Una spassighjata in LUPINU : « A memoria di l’acqua - la mémoire de l’eau ».
Stonda in immersione in lingua corsa. Rumanu GIORGI, incaricatu di missione lingua è cultura corsa in merria di Bastia. Départ du parvis de l’église ND des Victoires, découverte des moulins, fontaines, bassins, réservoirs, évocation des tanneries, four à chaux et carrières.
Cesariu RAFFINI historien local, collecteur. Pierre-Jean CAMPOCASSO ethnologue régional, service des Patrimoines de la C.T.C. avec l’association Franciscorsa.
• CONFÉRENCES – CENTRU CULTURALE ALB’ORU.
• 18H00 : « I sbiri, les martinets de Bastia. Les enjeux de la protection d’une des plus
importante colonie d’Europe en milieu urbain du martinet noir et du martinet pâle ».
Gilles FAGGIO ornithologue, chargé de mission au Conservatoire d’espaces naturels de Corse.
•  Conférence « manteau de nuages », vêtement et religions. « manteau de patience », présentation de toges bouddhiques. Rennie PECQUEUX BARBONI Docteur en ethnologie.
Le kesa (de kesaya : en sanscrit couleur d’ocre) est la toge et le manteau du moine bouddhiste, il a été créé par le bouddha Cakyamouni au Vème siècle avant notre ère. De couleur toujours mélangée, il a été confectionné pour cette exposition avec les méthodes rigoureusement respectées des premiers siècles. Vêtement sacré, il est offert à la contemplation du
public pour la première fois en Corse.
• 20H00 : animation musicale avec les stagiaires et les enseignants des ateliers de pratiques musicales de L’associu A CAPPELLA, LOUCINE ET COMPAGNIE et les artistes invités.
 
Mercredi 4 novembre : BASTIA
 
• ITINÉRAIRE DE DÉCOUVERTE : Parcours pédestre. Visites bilingues Corse / Français avec des accompagnateurs en montagne et des guides interprètes Inscription obligatoire auprès de Viacorsica.
• 15H30 : ORATOIRE DE LA CONFRÉRIE DE SAINT ROCH Rue Napoléon
CONFÉRENCE avec le service du Patrimoine de la ville de BASTIA :
- « Saint Alexandre SAULI, apôtre de la Corse » par Antoine Marie GRAZIANI :
- « Les confréries à Bastia du XVIe au XXIe siècle, histoire et patrimoine » par Michel Edouard NIGAGLIONI Directeur du Patrimoine de la ville de Bastia. On a pu répertorier pas moins de 43 confréries différentes, actives à Bastia dans les siècles passés. La projection qui accompagnera la conférence sera l’occasion de voir des images étonnantes, des manuscrits enluminés inédits et des oeuvres d’art rares et curieuses.
• 17H30 : ANIMATION MUSICALE
« Airs traditionnels corses et baroques ». Les élèves du CRD Henri TOMASI de Bastia, la classe de guitare classique, direction Sandrine LUIGI. Roberto MOURA contre ténor invite :
L’Ensemble PHEMIOS, « Airs des troubadours du Nordeste brésilien ». Cécile VOLTZ, Nirina RALAIVOLA « polyphonies du monde ». Avec l’association Terra Brasil et le Consulat honoraire du Brésil en Corse.
 
Jeudi 5 novembre : BIGUGLIA
 
• ITINÉRAIRE DE DÉCOUVERTE : Parcours pédestre visite bilingue Corse / Français avec des accompagnateurs en montagne et des guides interprètes. Inscription obligatoire auprès de Viacorsica.
• 09H30 - 12H00 : Départ du lavoir du village, évocation du Castellu, le village médiéval, les fontaines : a Funtana Vecchja - Funtana di a Martinella (éléments romans), le ruisseau de Bonmartinu, l’église paroissiale Sant’Andria. Un parcours patrimonial dans le village en compagnie de Lucille GANDOLFIde la PIQUELIERE, Présidente de l’association Franciscorsa.
• 14H30 : CONFÉRENCES – ESPACE CULTUREL CHARLES ROCCHI :
- « Biguglia ancienne capitale Médiévale de la Corse ». Lucille GANDOLFI de la PIQUELIERE
- « La musique au temps de Vincentello d'Istria » : Un panorama vivant et non exhaustif des répertoires savants et populaires dans l’Europe du XIVe siècle. Illustré en direct par l’ensemble PHEMIOS, de LA COMPAGNIE DES REGAINS, collectif de musiciens chercheurs interprètes de la Musique Traditionnelle des mondes Celtiques, d’Europe Centrale, de Méditerranée et d’Orient. Il se donne comme pari de jeter des ponts entre les répertoires à danser savants et populaires tels qu'ils sont pratiqués en Europe occidentale depuis l'époque médiévale. Sébastien BENOIT historien, cornemuses, flûtes. Christophe TELLART musicologue, vielle à roue, cornemuses. Christian ANDREANI associu E CETERA : instruments à vent agro-pastoraux de la Corse : pivana, pirula, cialamella, cornu.
• 18H30 : ANIMATION MUSICALE - Avec les ateliers de pratiques musicales de L’associu A Cappellà, Loucine et compagnie et les artistes invités.
• 19H00 : Combats avec LA COMPAGNIE MÉDIÉVALE VINCENTELLO D'ISTRIA.
Cette Compagnie est une troupe reconstituant la vie quotidienne d’un campement au Moyen Age avec ses hommes d’armes.
 
Vendredi 6 novembre : E Ville di Petrabugnu
 
• ITINÉRAIRE DE DÉCOUVERTE : Parcours pédestre visite bilingue Corse / Français avec des accompagnateurs en montagne et des guides interprètes. Inscription obligatoire auprès de Viacorsica.                                                                                                                                    • 09H30 : HAMEAU DE GUAITELLA - RDV au Magnanu sur les hauteurs du hameau (400m), itinéraire jusqu’à la Nivera (600m), évocation de la Torra di Petrabugnu (XIIIe –XIVe siècle), retour vers le hameau de ALZETU (fours, fontaines, lavoirs,
oliveraies, châtaigneraies, terrasses de cultures) Jean Michel CASANOVA guide conférencier. Visite de la forge « i Palatini » avec Jean Dominique SUSINI, forgeron, coutelier. Visite de l’Eglise paroissiale Santa Lucia, rencontre avec A CUNFRATERNA SANTA CROCE DI SANTA LUCIA (chants sacrés).
• HAMEAU de CASEVECCHJE :
« In Cardu Casevecchje è Ville funtane ne nascenu mille…» chapelle Santa Maria (toile de la charité de saint Martin de Bouchez XIXe siècle), évocation des jardins de Bastia.
Jean Charles CIAVATTI Service des Patrimoines Collectivité Territoriale de Corse.
• BASTIA - LYCEE GIOCANTE DE CASABIANCA
15H00 : Projection du film Le Manteau de Alberto LATUADA (1952), d’après la nouvelle de Nicolas GOGOL. (Un véritable trésor du cinéma italien de l’après guerre).
•ANIMATION MUSICALE avec les stagiaires et les musiciens invités du Festival.
 
Samedi 7 novembre : PATRIMONIU – Maison des vins
 
• 10H30 : A STRADA DI I SENSI - Journée de promotion avec l’ODARC de « La route des sens et des gens authentiques Voyage au cœur de la Corse rurale». 
« U MARTINU » : Lancement de la campagne de promotion de l’agnellu nustrale -agneau de lait avec les Vignerons de Patrimoniu.
• CONFÉRENCES
• 15H00 : « Tramendera orale, a fola - a fola, transmission orale » Ghjuvan Ghjaseppu FRANCHI écrivain, poète.
• 18H00 : Rencontre avec un auteur compositeur majeur de la musique corse. « La légende des frères VINCENTI, una stondà cù Dumenicu », en présence de Dominique VINCENTI.
• 20H00 :
- CHJAM’È RISPONDI
- VEGHJA IN CANTU CÙ TUTTI.
 
Dimanche 8 novembre : SAN FIURENZU
 

• ITINÉRAIRE DE DÉCOUVERTE : Parcours pédestre visite bilingue Corse - Français avec des accompagnateurs en montagne et des guides interprètes. Inscription obligatoire auprès de Viacorsica.
• Hommage à Jacques GAMISANS. Balade naturaliste sur le sentier littoral de Patrimoniu, depuis l’embouchure du Fiume Albinu par la Punta Vecchjaia jusqu’à Olzu en compagnie de Guilhan PARADIS, botaniste.
• 09H00 : RDV plage d’Olzu, dépose d’une partie des véhicules en vue du retour de l’itinéraire.
• 09H15 : Départ de l’itinéraire, plage de I Catarelli, Patrimoniu (parking devant le camping Sole Marinu).
• CONFÉRENCES - MAISON DES VINS PATRIMONIU
• 15H00 : « Gattilier et laurier-rose, deux espèces caractéristiques des ruisseaux temporaires du Cap Corse ». Guilhan PARADIS, botaniste, maitre de conférences honoraire, Università di Corsica Pasquale Paoli.
 
Lundi 10 novembre : BASTIA – Lycée GIOCANTE DE CASABIANCA
 
• CONFÉRENCES :
• 10H00 : « Fiuminale (commune de Velone Ornetu), le village abandonné qui tente de renaitre, utopie ou réalité ? ». Projection du film documentaire en présence de André OLIVI de l’associu San Ghjiseppu.
• 14H00 : Présentation de la traduction en langue corse du livre : « L’homme qui plantait des arbres » de Jean GIONO par les classes Langue et culture corse du Lycée Giocante de Casabianca et l’Association pour une Fondation de Corse. (L’AFC Umani). - Lecture d’extraits de l’ouvrage par les élèves.
• 15H00 : « La permaculture un renouveau au potager : une expérience en permaculture à Patrimoniu » Clément DEMAISON jardinier paysagiste, Julien RIVA jardinier paysagiste.
• 16H00 : Animations musicale avec les artistes invités du Festival.
             
Mardi 10 novembre : PATRIMONIU
 
18H00 : Uffiziu di vigilia cù a cunfratèrnita San Martinu di Patrimoniu
19H00 : U focu in piazza à a chjesa, a suppa, veghja in musica
 
Mercredi 11 novembre : PATRIMONIU
 
« FESTA PATRUNALE » DES VIGNERONS ET DU PARTAGE
11H00 • Messe solennelle, bénédiction du vin nouveau et procession
12H30 • Cérémonie au Monument aux morts
13H00 • Mise en perce du tonneau de saint Martin
16H30 • Retour en procession et Salut au Saint Sacrement
 
 
ITINÉRAIRES DE DÉCOUVERTE : les 31octobre et 1,2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 novembre
Parcours pédestres avec des accompagnateurs en montagne et visites avec des guides interprètes nationaux. 
Inscriptions obligatoires auprès de viacorsica@aol.com - Tel : 06 24 26 59 66. Prix de la visite = 9€.
- Le 1er novembre taxi-boat avec le Popeye promenades en mer pour l’itinéraire CENTURI.
(renseignements auprès de viacorsica). Les itinéraires peuvent être modifiés en fonction des conditions météo. L'accès aux conférences et animations est libre.
 
 
 
 




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 17:20 Théâtre : "L'Atelier" à l'école de Toga

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine