Corse Net Infos - Pure player corse

Décès de Paul Sinibaldi : Le "Corse volant" est monté au ciel…


Rédigé par Florian Cadu le Mardi 3 Avril 2018 à 14:25 | Modifié le Mardi 3 Avril 2018 - 15:19


Âgé de 96 ans, l’ancien footballeur Paul Sinibaldi est décédé dans la journée du lundi 2 avril à Marseille. Né à Montemaggiore (Haute-Corse), cet ex-gardien de but de l’équipe de France surnommé le "Corse volant" en raison de sa redoutable détente aura réalisé une grande carrière. Notamment au sein du club de Reims, où il a remporté trois championnats et une Coupe de France.


@StadedeReims
@StadedeReims
Les larmes risquent de couler abondamment samedi 7 avril au soir dans le stade Auguste-Delaune. Avant le match de Ligue 2 opposant Reims au Havre, un hommage sera en effet dédié à Paul Sinibaldi, décédé à l’âge de 96 ans dans la journée du lundi 2 avril dans le département du Var. Gardien de but dans les années 1940 et 1950, cet ancien footballeur a défendu les cages rémoises en première division à 236 reprises entre 1948 et 1956. Avec les rouges et blancs, il a remporté trois championnats (1949, 1953  et 1955), une Coupe de France (en 1950) et une Coupe Latine (en 1953), compétition aujourd’hui remplacée par la Ligue des Champions. « Je n’ai pas eu la chance de connaître le joueur, mais j’ai pris grand plaisir à côtoyer l’homme, que je rencontrais dans le Sud pendant la période estivale, a réagi Jean-Pierre Caillot, le président rémois, après l'annonce de la mauvaise nouvelle sur le site officiel du Stade de Reims. Le mot qui me vient à l’esprit, c’est humilité. Monsieur Sinibaldi parlait de son Stade de Reims avec douceur et évoquait le club avant de mettre en avant sa propre carrière. »

Né à Montemaggiore en Haute-Corse, Paul Sinibaldi a également joué pour les couleurs de Toulouse, de Nîmes, d’Alès et du Stade Français après son départ de l’Ile de Beauté. Outre ses qualités de puissance, d’abnégation et de sacrifice (qui le mèneront à disputer une partie d’un match au poste d’ailier droit en raison d’une fracture du cubitus), sa détente spectaculaire lui vaudra le surnom de « Corse volant ». Ainsi qu’une sélection en équipe de France en 1950 (défaite 4-1 contre la Belgique), ce qui faisait de lui le plus vieil international de l’Hexagone avant sa mort.
Parrain de Denis Kopa, fils du Ballon d’Or 1958 Raymond Kopa, Paul Sinibaldi se démarquait aussi par ses arrêts réflexes et son efficacité décisive sur sa ligne.

Une fois sa carrière achevée pour cause de blessures, Paul Sinibaldi n’était pas revenu habité en Corse et s’était reconverti dans le commerce de boissons. Le portier faisait partie d’une famille de footballeurs, puisque Noël et Pierre, ses deux frères tous deux passés par Reims décédés respectivement en 2003 à Draguignan et en 2012 à Toulon, étaient attaquants. Le second cité, meilleur buteur du championnat en 1946 et devenu entraîneur à succès par la suite, fut notamment le tout premier Corse à porter le maillot des Bleus. En 1949, les trois frères ont aussi réussi à réaliser un exploit inédit : être tous les trois sacrés champions de France la même année dans la même équipe. Pour ce qui constitue le premier titre de l’histoire du Stade de Reims. Une des raisons pour lesquelles les Sinibaldi ont énormément compté aux yeux du club.
Qu’ils reposent en paix.





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 18:50 Lumiu vitrine insulaire du Téléthon

L'actualité | Politique | Football | Sports | Culture | PAROLES | I santi | L'anniversari | Diaspora | iPhone | Avis de décès