Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Zia Antonia, un mélange de savoir-faire et de culture corse aux influences pop-art


Rédigé par Livia Santana le Vendredi 7 Septembre 2018 à 15:43 | Modifié le Vendredi 7 Septembre 2018 - 16:59


A l'occasion de la fête du 8 septembre, Céline de la boutique Zia Antonia a fait fabriquer des statuettes en cire à l'effigie de la Vierge de Lavasina. Vous ne connaissez pas encore la marque ? CNI vous fait découvrir la créatrice corse.


Rue Saint Roch à Bastia, nous retrouvons dans leur concept store Céline et Jean-Christophe, deux créateurs insulaires qui confectionnent sacs, médailles et statuettes en cire. Dans leur boutique pas de "Made In China". Depuis douze ans, Zia Antonia est un gage de qualité. Le maître mot des deux créateurs c'est réellement le savoir-faire dans le respect de la tradition. Ils sont d'ailleurs tout les deux des créateurs inscrits au patrimoine de la Corse, car tout deux ont décidé de rester fidèles aux matériaux et à la façon de faire ancestrale. 

Un patrimoine culturel 
A l'occasion de la fête du 8 septembre, Céline a décidé de reproduire en cire, une statuette de la Vierge de Lavasina. Elles sont en édition limité, il n y en a que vingt de disponibles. Les statuettes en cire, ce n'est pas la première fois qu'elle en produit. Céline a déjà fait celle de Saint Antoine, Saint Joseph,Saint Roch, Saint Jean-Baptiste, Sainte Dévote, Sainte Rita, La vierge Marie, Sainte Lucie et la Madunuccia est en cours de réalisation. Toutes les statues et les médailles sont accompagnées d'une prière associée. Mais Céline crée également des statues de cire à l'effigie de grands personnages corses comme Pasquale Paoli, Napoléon ou encore Joséphine. 

Céline nous explique son choix : "J'ai décidé de faire des objets religieux car la religion est en Corse très culturelle. Ici, beaucoup de personnes sont athées mais vont quand même à l'église pour les mariages, les enterrements... Des personnes qui ne croient pas ont quand même des statuts ou des cadres religieux. Nous avons sur l'île un grand nombre de processions, de confréries... On est vraiment dans une culture de la religion. A travers mes créations, je veux raconter l'histoire de Corse sous différentes formes. Tout ce que je fais c'est pour redonner du sens, réintroduire de la culture dans les foyers mais toujours avec modernité."  

Céline utilise des statuettes anciennes appartenant à sa famille qu'elle fait ensuite remouler par une ciergerie religieuse française dont le savoir-faire remonte au dixième siècle. C'est d'ailleurs l'une des dernières existantes. Les statuettes sont fabriquées à partir de cire végétale, de cire d'abeille et de pigment naturel. Céline explique "J'ai choisi la cire comme matériel car il est pour moi très noble et est associé à la religion. Dans les églises il y a de la cire de partout."

Les maîtres ciriers sont de plus en plus rares, ce savoir-faire se transmet de moins en moins. Le temps de production d'une statuette est très long, un jour pour un exemplaire. C'est pour cela que le tarif d'une statuette varie selon le nombre de production, la difficulté de moulage et de démoulage. Pour la statuette de Notre Dame de Lavasina il faudra débourser 60 euros. Les médailles sont quant à elles fabriquées par l'un des meilleurs médaillers de France. 

Les couleurs des créations redonnent un élan de modernité à des symboles qui ont pourtant des milliers d'années. Zia Antonia dépoussière la religion et l'histoire de Corse tout en gardant un savoir-faire et surtout de la qualité. 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie