Corse Net Infos - Pure player corse

Ajaccio : Joseph Paoli s’en est allé…


Rédigé par José Fanchi le Mercredi 4 Juillet 2018 à 17:33 | Modifié le Mercredi 4 Juillet 2018 - 22:53


Quelle tristesse d’apprendre au petit matin la disparition d’un confrère, d’un ami. D’un maître. Joseph Paoli a ainsi décidé de s’en aller en ce début d’été rejoindre les amis de la profession disparus trop tôt dans un monde que l’on dit meilleur


Une vie consacrée au Provençal-Corse, dont il était l’un des pionniers et à sa famille, laquelle était aux petits soins depuis son terrible accident il y a quelques années. Joseph était âgé de 89 ans. Il aimait la vie, la famille et Ajaccio, sa ville dont il a relaté le quotidien des décennies durant. Rien ne lui échappait tant il était devenu un journaliste d’investigation. Il était au courant de tout, de la politique aux sports (il a même été chroniqueur sportif) et de tout ce qui se passait en ville, des joies et des peines, n’oubliant jamais personne.  
Ajaccien dans l’âme, il avait ce côté dérision qui en faisait un « monta sega » de première et savait rire de tout sans jamais se moquer de personne. U spiritu aiaccinu était en lui et je n’oublierai jamais mes débuts à ses côtés, au tout début des années soixante dix, lorsqu’il me dirigea vers Dominique Figarella, lequel devait devenir mon chef à la rédaction sportive.


Joseph animait plusieurs chroniques avec son « frère »  Pascal Bontempi, notamment celle qu’il avait créée sur la ville « Ajaccio mon village » dans laquelle il racontait le quotidien des Ajacciens, de la politique bien sûr, qui était son « dada » au point de donner régulièrement des résultats bien avant le dépouillement des urnes. C’était le type même du localier, profitant pleinement de sa passion, c’était en fait son ADN car il connaissait tout son monde et se permettait de donner des pourcentages qui allaient s’avérer justes même lorsque le scrutin était serré.  
C’était tout cela Joseph ! En plus de l’amitié qu’il portait à ses proches, il ne se privait jamais de nous conseiller, de remettre un peu d’ordre dans nos copies, de nous glisser quelques tuyaux, en clair, de nous inculquer ce métier qu’il aimait par-dessus tout. Avoir travaillé à ses côtés a été un bonheur pour bon nombre d’entre nous.
Aujourd’hui on le pleure et les souvenirs remontent à la surface, l’image d’un homme intègre, affable, d’une grande gentillesse, qu’il nous sera difficile d’oublier.


A sa famille,  ses proches, parents et amis, la rédaction de Corse Net Infos s’incline devant la dépouille de son confrère et lui présente ses condoléances émues.     
J. F



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie