Corse Net Infos - Pure player corse

À l'Università di Corsica, a sfida di a mubilità internaziunale


Rédigé par Università di Corsica Pasquale Paoli le Dimanche 3 Mars 2019 à 17:11

Dapoi parechji anni, si ghjova l’Università di Corsica di parechji dispusitivi, è mette in ballu azzione per favurizà a mubilità di i so studienti è di i so persunali. U scopu : sviluppà una « cultura di l’internaziunale ».




(Photo Raphaël Poletti)
(Photo Raphaël Poletti)
Dapoi anni è anni, hè una primura maiò di l’Università di Corsica : favurizà a mubilità di i so studienti è di i so persunali à traversu u mondu. Da ghjunghje ci, s’arremba nanzituttu è di manera naturale l’Università di Corsica à u prugramma Erasmus (EuRopean Action Scheme for the Mobility of University Students). Oghje ghjornu, face a leia trà l’Università di Corsica è una sessantina d’altre università di 33 paesi, frà i quali 28 sò Stati membri di l’Unione europea. Per via di u so serviziu di e rilazione internaziunale, accumpagna dinù l’Università di Corsica i studienti per e so dimarchje amministrative per custituisce un cartulare di borsa, simplificà i prucedimenti di scrizzione è verificà ch’ellu entre u cursus sceltu inde u quadru di a so furmazione per validà i so crediti di studii.
Ma, al di là di stu prugramma cunnisciutu bè oramai, prupone dinù l’Università di Corsica d’altre forme di mubilità più originale per via di dispusitivi innuvanti chì francanu e fruntiere di l’Unione europea. Esempiu : dapoi qualchì annu, parechji studienti si sò buscatu un statutu di « Free mover ». Li dà stu dispusitivu una libertà di scelta di l’Università strangera ma abbisogna ch'elli pigliessinu in carica di l’urganisazione di a so mubilità, nanzu, durante è dopu u so sughjornu à u strangeru.
S’avvianu d’altri studienti ver’di posti d’assistanti di francese inde stabilimenti sculari à u strangeru cù a missione, à fiancu à un altru prufessore, d’aiutà l’elevi à cunnosce megliu a lingua è a cultura francese. D’altri s’impegnanu piuttostu inde u Vuluntariatu Internaziunale inde l’Amministrazione (VIA), chì permette di parte à travaglià à u strangeru per i servizii di u Statu.
In u frattempu, cuntribuiscenu d’altre azzione à sviluppà sta cultura di l’internaziunale à l’Università di Corsica. Per un dettu, certi cuncorsi di a Fundazione di l’Università di Corsica, cum’è u « Challenge innovation », dedicatu à l’innuvazione numerica, ricumpensenu i so laureati dendu li accessu à certi spiazzamenti inde i salotti internaziunali. Inde u listessu spiritu, ogni annu sò parechje e filiere, soprattuttu inde l’UFR di Lettere, lingue, arte, scenze umane è suciale, à urganizà viaghji pedagogichi à u strangeru.
« Hè pusitiva a dinamica di a mubilità internaziunale chì cresce assai à l’Università di Corsica, face sapè Mathieu Graziani, u vice-presidente di l’Università di Corsica in carica di e rilazione internaziunale. D’altronde, puru e furmazione piglianu in contu di più in più periudi di stazii o di studii chì devenu d’obligu esse fatti à u strangeru. Certe filiere di l’Istitutu d’Amministrazione di l’Intraprese (IAE), di l’IUT o, per un dettu, a nostra scola d’ingenieri Paoli Tech u prevedenu di manera specifica inde i so cursus. Sò ricercati in particulare da l’intraprese i stazii internaziunali. Li porta un valore in più in quantu à e cumpetenze. Sò elementi chì contanu è chì rispondenu dinù à i bisogni di i studienti chì volenu francà certi livelli di cumpetenze in sti tempi di mundialisazione ecunomica è culturale ».
Per sustene à u livellu finanziariu ste mubilità, sò dispunibule parechje borse frà e quale « Improving », creata da a Fundazione è da u Serviziu di e rilazione internaziunale di l'Università di Corsica, chì pò permette di buscà si fin'à 1000 eurò à mese. 


Da stu puntu di vista, ùn sò i studienti i soli membri di a cumunità universitaria cuncernati da a mubilità. Al di là di i dutturanti chì ponu fà move inde i laburatorii di ricerca d’altri paesi, ogni annu una decina d’insignanti di l’Università di Corsica si facenu un sughjornu inde d’altri stabilimenti da mette in ballu travagli scentifichi o cunfruntà si à d’altri metudi d’insignamentu. Prisenta dinù u persunale amministrativu un interessu novu di pettu à stu generu di mubilità.
 
Da un’altra banda, sviluppa dinù l’Università di Corsica d’altre mubilità internaziunale. Per dà à l’universitarii un spaziu di scambii chì li permetti di mette in ballu prugetti cumuni, hè stata, di lugliu 2010, à l’iniziu di a creazione di a Reta d’Eccellenza di i Territorii Isulani (RETI). Fatta di 28 membri, conta sta piattaforma di travagliu parechji territorii isulani cum’è Okinawa, Cuba, Madagascar, a Sardegna, a Scozzia o e Baleare.
U scopu : cunfruntà e sperienze è e cumpetenze di st’università, sviluppà travagli di ricerca nant’à i territorii isulani, chì prisentanu prublematiche vicine assai inde parechji duminii, cum’è l’energia, i trasporti, i sopracosti inghjennati da l’isulanità, o puru e lingue è e literature isulane. S’indirizza a RETI à i studienti quant’è à l’insignanti-cercadori.
 
Un’altra via strategica di pettu à a mubilità internaziunale : quella di i doppiu-diplomi. Dopu à una prima prova trà Paoli Tech è l’Università politecnica di Bucarest, hè digià pigliatu un altru appuntamentu per a prossima tappa : tocca a rientrata universitaria di sittembre di u 2019, si hà da apre un doppiu-diploma di scenze ecunomiche è suciale trà l’Università di Corsica è quella di Sassari, in Sardegna.
Fatta fine, ogni annu sò una centina di studienti di l’Università di Corsica à pruvà si la cù una sperienza internaziunale per via di i dispusitivi di mubilità previsti cù l’università partinarie o per via di cunvenzione per i stazii inde l’intraprese.
 

À l'Université de Corse, le défi de la mobilité internationale

(Lea Eouzan Pieri)
(Lea Eouzan Pieri)
Depuis plusieurs années, l'Université de Corse multiplie les dispositifs et les actions pour favoriser la mobilité de ses étudiants et de ses personnels. Objectif : développer une « culture de l'international ».
C'est, de longue date, l'un des chevaux de bataille de l'Université de Corse : favoriser la mobilité de ses étudiants et de ses personnels à travers le monde. Dans cette optique, l'Université de Corse s'appuie d’abord et naturellement sur le programme Erasmus (EuRopean Action Scheme for the Mobility of University Students). Aujourd'hui, il relie l'Université de Corse à une soixantaine d'autres universités réparties dans 33 pays, dont 28 États membres de l'Union européenne. Par le biais de son service des relations internationales, l'Université de Corse accompagne ainsi les étudiants dans leurs démarches administratives, pour constituer un dossier de bourse, simplifier les procédures d'inscription et bien vérifier que le cursus choisi rentre dans le cadre de leur formation pour valider leurs crédits d'études.


Mais, au-delà de ce programme désormais bien connu, l'Université de Corse propose également d'autres formes de mobilités plus originales par le biais de dispositifs innovants qui ne se limitent pas à l'Union européenne. Exemple : depuis quelques années, plusieurs de ses étudiants ont bénéficié du statut de « Free mover ». Ce dispositif, plus souple, leur confère une totale liberté de choix de l'Université étrangère, mais nécessite qu’ils prennent l'organisation de leur mobilité, avant, pendant et après leur séjour à l'étranger.
Certains étudiants s'orientent aussi vers des postes d’assistants de français dans des établissements scolaires à l’étranger avec la mission, aux côtés d'un autre professeur, d'aider les élèves à mieux connaître la langue et la culture françaises. D'autres misent, quant à eux, sur le Volontariat International en Administration (VIA), qui permet de partir travailler à l'étranger pour des services de l'État.


D’autres actions contribuent à développer cette culture de l’international au sein de l'Université de Corse. Par exemple, certains concours de la Fondation de l'Université de Corse, comme le Challenge innovation, dédié à l’innovation numérique, récompensent les lauréats par des déplacements dans des salons internationaux. De même, chaque année plusieurs filières, notamment au sein de la Faculté des Lettres, langues, arts, sciences humaines et sociales, organisent également des voyages pédagogiques à l’étranger.
« La mobilité internationale connaît une bonne dynamique et une forte croissance à l'Université de Corse, fait savoir Mathieu Graziani, vice-président de l’Université de Corse en charge des relations internationales. D'ailleurs, les formations elles-mêmes intègrent de plus en plus des périodes de stages ou d’études qui doivent obligatoirement se dérouler à l’étranger. Certaines filières de l'Institut d'Administration des entreprises (IAE), de l’IUT ou, par exemple, notre école d'ingénieurs Paoli Tech le prévoient spécifiquement dans leurs cursus. Les stages à l’international en particulier sont de plus en plus recherchés par les entreprises. Cela leur apporte une plus-value en termes de compétences. C'est une variable qui compte et répond également aux besoins des étudiants qui veulent franchir des seuils de compétences à l'ère de la mondialisation économique et culturelle ». Pour soutenir financièrement ces mobilités, des bourses sont disponibles, parmi lesquelles « Improving », créée par la Fondation et le Service des relations internationales de l’Université de Corse, et dont le montant peut aller jusqu’à 1000 euros par mois.
Les étudiants ne sont pas les seuls membres de la communauté universitaire concernés par la mobilité.


Au-delà des doctorants qui ont la possibilité d'effectuer des mobilités dans des laboratoires de recherche d’autres pays, chaque année une dizaine d'enseignants de l'Université de Corse réalisent des séjours dans d'autres établissements pour mener des travaux scientifiques ou se confronter à d'autres méthodes d'enseignement. Le personnel administratif connaît lui aussi un engouement nouveau pour ce type de mobilités.
L'Université de Corse développe également d'autres types de mobilités internationales. Afin d’offrir aux universitaires un espace d’échanges permettant d’élaborer des projets communs, elle a été, en juillet 2010, à l'initiative de la création du Réseau d’Excellence des Territoires Insulaires (RETI). Constituée de 28 membres, cette plate-forme de travail compte en son sein nombre de territoires insulaires à l’instar d’Okinawa, de Cuba, de Madagascar, de la Sardaigne, de l’Ecosse ou des Baléares. Objectif : confronter les expériences et les compétences des différentes universités, développer des travaux de recherche concernant les territoires insulaires, qui présentent des problématiques similaires dans de nombreux domaines, comme l’énergie, les transports ou les surcoûts engendrés par l’insularité, ou bien encore les langues et littératures insulaires. Le RETI s’adresse aux étudiants comme aux enseignants-chercheurs.


Autre sillon stratégique pour favoriser la mobilité internationale : celui des doubles diplômes. Après une première expérience entre Paoli Tech et l’Université Polytechnique de Bucarest, un autre rendez-vous est déjà pris pour la prochaine étape. À la rentrée universitaire de septembre 2019, un double-diplôme en sciences économiques et sociales sera ouvert entre l’Université de Corse et celle de Sassari, en Sardaigne.
Au total, chaque année une centaine d’étudiants de l'Université de Corse tentent une expérience internationale dans le cadre des différents dispositifs de mobilité prévus avec des universités partenaires ou par le biais de conventions pour des stages en entreprise.




Dans la même rubrique :
< >

Communiqués | L'université | L'estru piuvanu














Newsletter




Galerie
Galeani
Galeani
Nettoyage Sanguinaires
Nettoyage Sanguinaires
Recyclerie de Corse
Recyclerie de Corse
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Logements sociaux à Budiccioni
Logements sociaux à Budiccioni
Incendie appartement Ajaccio
Incendie appartement Ajacci
Premier bain de l'année à L'Ile-Rousse
Animations de Noël à Porto-Vecchio
Clean walk à Ajaccio
Messe de Noël à Castellucio