Corse Net Infos - Pure player corse

A Bonifacio, les fleurs ont revêtu leurs plus beaux atours !


Rédigé par Stéphanie Faby le Mercredi 20 Juin 2018 à 09:16 | Modifié le Mercredi 20 Juin 2018 - 09:21


Du projet à la réalité … L’exposition Fola Flora proposée par l’artiste Nicolas Roux dit Buisson s’exposera tout l’été à Bonifacio. Jusqu’au 4 novembre le public pourra découvrir le pavoisement de la Ville. Lors de l’inauguration il y a quelques jours, l’ensemble des partenaires ont pu apprécier le résultat.


De la marine à la Haute Ville, l’artiste Nicolas Roux Dit Buisson invite le public à une promenade bucolique. Sa volonté a été de mettre en relief le patrimoine de la cité avec un parcours de kakémonos chamarrés qui  pavoisent les rues : de la place Saint Erasme en passant par la montée du Rastellu, la rue Doria, la rue Saint Dominique et jusqu’à la place Saint Jacques … Là, se dresse une œuvre monumentale pièce phare de l’exposition : Arche.
 On découvre en contrebas de chaque kakémono quelques cartels de médiation culturelle qui guide le visiteur. Si le VEDA (voir percevoir) est une évidence, l’artiste souhaite amener son public plus loin : vers le SENTA (sentir, ressentir). De l’émotion visuelle jusqu’ au sens de l’œuvre, il nous transporte dans un voyage inspiré de contes et légendes Corse : «  Préalablement du choix des fleurs, il y a une compréhension des caractéristiques locales culturelles, de recherches documentaires auprès des personnes ressources pour m'immerger dans un esprit créatif. Je peux partir aussi bien de la fleur que d’une légende ou d’un fait historique. J’évalue le potentiel de corrélation entre la fleur et l’idée à traiter et construit une image avec pour ambition la création d'une émotion visuelle. Par exemple pour l’œuvre « La grande cour du Roi marin », j’ai observé pendant presque 15 jours le romarin sans savoir comment le traiter photographiquement, mais au résultat c’est l’image dont je suis la plus fière. Pour  « Camail 1 », qui met en scène le coquelicot, sa couleur rouge sur fond noir m’a tout de suite évoqué le camail de la confrérie bonifacienne de Sainte Croix tandis que pour "Camail 2" ce rouge sur fond blanc m'évoque celui de la confrérie de la saint Barthélémy, qui plus est son dessin naturel en forme de croix lui donne un caractère christique. Il est né cette image » explique Nicolas Roux Dit Buisson.
Pour l’occasion, de nombreux partenaires avaient fait le déplacement accompagnés d’élus. Ce projet a été réalisé avec l’appui scientifique de l’Office de l’environnement de la Corse et du Conservatoire National Botanique de Corse. Le Parc Régional de Corse a également rejoint l’aventure. Il est l’aboutissement d’une résidence artistique de près de 2 ans. Cette inauguration du Grand Pavoisement dévoilait la première partie de ce travail. Il sera suivi à partir du 5 juillet de l’exposition des œuvres originales à l’espace Saint-Jacques.
Alain Di Meglio, Adjoint à la Culture de Bonifacio, Michel Giraschi, conseiller à l’Assemblée de Corse, mais aussi Marie-Jo Culioli Vichera, Présidente de l’Office de Tourisme de Bonifacio étaient là pour apprécier ce travail présenté par l’artiste au cours d’une promenade dans la ville  qui retraçait la scénographie de l’exposition.
 
Révéler la richesse botanique de l’île
 
Alain Di Meglio lors de son allocution a inscrit cette opération dans la continuité de la politique de la Ville et de son Centre Culturel depuis quelques années : à savoir amener l’Art dans la rue et animer Bonifacio pour la saison estivale. « Je me suis réjouis de ce projet qui relie la richesse botanique de l’île à la culture corse, au terroir et donne un sens à l’humain et à notre patrimoine végétal » évoque Alain Di Meglio.
L’histoire que l’artiste nous raconte est tirée du Végétal Sublimé, un concept artistique réalisé autour d’une écriture photographique dont Fola Flora est le 3e opus. En filigrane pour lui une ambition : celle d’élever la nature au rang d’œuvre d’art.
Le Conservatoire Botanique National de Corse appui scientifique de l’artiste dans ce projet a été séduit par cette démarche qui entre dans ses missions de préservation mais aussi sensibilisation du grand public sur les richesses botaniques de l’île. Une éducation par l’Art dont Arche, l’œuvre monumentale  vient faire le lien entre le pavoisement et la future exposition  de l’espace Saint Jacques qui sera dévoilée au public du 5 juillet jusqu’au 31 août. Elle reflète l’essence de ce projet : « A l’origine de l’idée de l’Arche, une demande de Mme Nicole Serra, 1° adjointe, dont le souhait était d'avoir une installation d'importance en extérieur devant l'Espace Culturel St Jacques. Lors du salon de l'éco-construction de Bonifacio, où j'étais invité à présenter le projet, j'ai rencontré Christophe Gouilly, de Corsicastyle, qui y présentait une pergola dont le design aux lignes pures pouvait être détourné. C’est ainsi qu’est née Arche » relate Nicolas Roux Dit Buisson.
Cet Arche offre une démonstration magistrale de l’exceptionnel patrimoine végétal Corse. Elle invite le badaud à une pose contemplative  et méditative autour de l’essence même de la vie …

L'Arche pièce maîtresse du pavoisement (Crédit : NRDB)
L'Arche pièce maîtresse du pavoisement (Crédit : NRDB)
 
Arche : une ode au patrimoine environnemental Corse
 
 A travers l’œuvre monumentale  Arche, l’artiste a souhaité rendre hommage à la nature et au végétal source du vivant. Sa réalisation a été rendue possible grâce à  l’implication de différents artisans du milieu. Elle a été pensée comme la vitrine d’un paysage du maquis Corse reprenant  les éléments originels essence même de la vie : le végétal, le minéral, l’eau et la terre. « Cet ensemble paysager, créé et installé par Garden Service et Sud Paysage, s'appuie sur deux énormes roches d'où jaillit d'une vasque naturelle façonnée par l'érosion une eau vive, indomptable et joyeuse. Eclats de montagne pour nous souvenir de la particularité de la Corse. Montagne accueillante, elle est aussi le théâtre de la puissance des éléments qui nous ramène à notre condition et nous avertit de la découvrir avec humilité et respect » écrit l’artiste.
 L’aménagement mélange à la fois technologie et innovation. L’irrigation réalisée par l’entreprise Irrigaronne, emprunte une technologie d’irrigation économe en circuit fermé pour la cascade et offre aux plantes un arrosage temporisé au goutte à goutte.
Cette installation a été l’occasion pour l’Office de l’environnement de la Corse (OEC) de mettre en avant sa marque Corsica Grana, mise en œuvre par le Conservatoire Botanique National de Corse. « Cette marque vient certifier la provenance génétique des plantes et leur production locale. Pour cette ensemble végétal, le choix s’est orienté vers l’implantation d’espèces sauvages provenant de ma production » explique Stéphane Rogliano, horticulteur et gérant des Aromatiques de l’Ile de Beauté. Une volonté qui répond selon lui à un marché en devenir : « Les plants que je produis viennent directement de ce qu’offre notre nature. La biodiversité vient de l’espèce sauvage et non du cultivé. Cela nous ramène au postulat qu’une plante n’est pas simplement un élément esthétique mais aussi le lien vers une mémoire, celle de la terre » ajoute-t-il. Ainsi une dizaine d'espèces végétales orne le petit pont génois, réalisé avec les diverses roches présentes dans l'île, calcaires blanc et granits rouge  clin d’œil géologique à l’histoire de la Corse : du ciste à l’olivier sauvage en passant par le lentisque, l’hélichrysum, le phillyrea ou la menthe de Requienii …



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie