Corse Net Infos - Pure player corse

17e Tour de Corse Historique (3/8 octobre) : Dans le sillage des grands pilotes de légende


Rédigé par Jean-François Vinciguerra le Lundi 8 Août 2016 à 22:58 | Modifié le Lundi 8 Août 2016 - 23:14


Il reste une trentaine de jours pour s’engager dans un Tour de Corse Historique qui va faire des milliers d’heureux. A commencer par les 200 équipages qui vont s’élancer pour une balade en attaque majeur sur les routes tourmentée de l’île. Tous sont prêts et bichonnent leurs machines pour les rendre plus performantes mais le seul plaisir de participer à une épreuve mythique suffit à leur bonheur


Lupperini
Lupperini
Parmi les nombreux inconditionnels de l’épreuve, Gérard Flottes et Rémy Luperini témoignent de leur passion. Ils estiment que Le Tour de Corse Historique, il faut le vivre au moins une fois dans sa vie de pilote. « C’est la plus belle épreuve du monde » selon les propres mots de Jean-Claude Andruet. Et chaque année, plus de 200 équipages se pressent pour en découdre, dans les spéciales où se sont affrontés les meilleurs rallymen à savoir Andruet bien sûr, Munari, Darniche, Therier, Ragnotti, Röhrl, Alen, Saby, Biasion, Auriol, Sainz, Loeb…
 
17 spéciales à couper le souffle…
La Corse résonne encore du passage des Alpine A110, Fiat 131 Abarth, Lancia Stratos, O 37, Porsche, Lancia Delta Integrale et autres monstres sacrés. Pour entretenir la magie des routes corses, la 16e édition du Tour de Corse Historique, du 3 au 8 octobre, se déroulera sur un tracé judicieusement préparé de 818 kilomètres dont 316 kilomètres de spéciales réparties en 17 temps épreuves chronométrées, forts dont la première se déroulera de nuit, sur une spéciale de 10, 5 kilomètres, le mardi 4 octobre, au départ de Porto-Vecchio. La veille, se dérouleront les traditionnelles vérifications techniques et administratives.
Dès le mercredi 5 octobre, les concurrents rallieront Porticcio, puis Porto, Ile-Rousse avant de redescendre sur Porto-Vecchio. Le Tour de Corse Historique, ce sont aussi des regroupements légendaires pour une communion avec un public averti, amateur de belles mécaniques, et qui, cette année, auront lieu à Porto-Pollo, Vico, Ile-Rousse et Ghisonacia. Le samedi 8 octobre, à Porto-Vecchio, une grande et belle soirée de clôture fêtera les héros et tous les concurrents de ce 16e Tour de Corse Historique. Il est temps de s’inscrire pour aller à la rencontre des légendes.

Que du plaisir !

Pour notre équipage qui piaffe d’impatience, l’objectif sera de rentrer la voiture. Un troisième

- Tour de Corse prometteur ?

Je vais rouler sur la même auto qu’en 2014 et 2015, une Peugeot 104 ZS qui développe 120 chevaux. Pour mon 3e Tour, l’objectif sera de rentrer dans les 30. L’an passé, j’avais cassé la boîte de vitesses. L’organisation m’avait offert la possibilité de réparer dans la nuit pour repartir le lendemain, mais sur la Peugeot il faut sortir toute la mécanique, c’est un sacré boulot, j’ai préféré passer la main. »

- Vous êtes plutôt confiant ?
- On roule avec des autos qui ont plus de 30 ans, donc ce n’est pas gagné d’avance. Je suis un pur amateur, j’achète des pièces d’occasion et je fais toute la mécanique moi-même. A 60 printemps je roule sans pression, le challenge, c’est d’arriver et de se faire plaisir, comme il y a 30 ans, au volant de ma Talbot Samba rallye. Et ce qui est formidable, c’est que je retrouve les mêmes bonnes sensations, aux côtés d’un copilote, Mathieu Lecocq, deux fois plus jeune que moi

-Gérard Flottes et le Tour de Corse Historique, c’est une longue histoire ?
Tant que le Bon Dieu le voudra bien ! Pour 2017, je vais préparer une Citroën Visa Groupe B parce que l’on trouve des pièces, avec toujours cette idée de me faire plaisir. On essaie d’être raisonnable, mais dès qu’on est au départ d’une spéciale, les démons de la course ne sont jamais loin !
 
Rémy Luperini, dont ce sera la deuxième participation, l’objectif est simple : aller au bout de la passion.


- Un défi ?

- L’an passé, j’ai dû abandonner dans l’avant-dernière étape à cause d’un joint de pompe à essence, je n’avais plus de pression. Cette année, ce sera donc d’aller au bout car c’est un rallye difficile

- Un conseil aux "bleus" du Tour ?
- Oui, d’aller lentement, mais surement pour pleinement en profiter car on se fait vraiment plaisir !  

- Et cette bonne vieille 205 205 GTi -16 ?
- C’est une auto que je possède depuis 2001. Elle était strictement d’origine et je l’ai améliorée au fil du temps, en effectuant toute la mécanique moi-même grâce à ma formation technique. Elle développe 115 chevaux, comme à sa sortie d’usine, j’ai simplement adapté un échappement différent. A son volant, j’ai déjà fait 30 courses, en débutant par la course de côte, la meilleure école. J’en suis à mon 5e rallye et je prendrai le départ à Porto-Vecchio avec Olivier Gervais.

- Pourquoi une épreuve d’endurance comme le Tour de Corse Historique ?  
- C’est un rêve de gosse et un vrai challenge d’endurance ! Plus jeune, j’étais sur le bord de la route pour voir passer mes pilotes favoris, Michèle Mouton, Bruno Saby, Mikko Hirvonen… Et mon frère dispute également des rallyes. C’est dans les gènes. D’ailleurs, j’aimerais un jour que l’on prenne ensemble le départ du Tour de Corse Historique, mais chacun dans son auto
 J.-F. V.
 
 
Information concurrents : les notes concernant les ES (épreuves spéciales) du 16e Tour de Corse Historique seront disponibles le 10 août. Le Tour de Corse Historique propose également, en plus, aux concurrents, un pack (450 €) incluant une deuxième prise de notes (angle), une clé USB de toutes les spéciales filmées en GoPro, les plans d’assistances…www.tourdecorse-historique.fr et Marie-Ange Dini : 06 12 05 29 04





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 9 Décembre 2018 - 18:06 WRC 2019 : Nouveau parcours pour le Tour de Corse

Rugby | Echecs | Autos Motos | Cyclisme | Autres sports