Corse Net Infos - Pure player corse

Un pladoyer pour agir en faveur de la mobilité inclusive en Corse


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Jeudi 1 Février 2018 à 17:30 | Modifié le Jeudi 1 Février 2018 - 19:39


Les Rencontres territoriales de la mobilité inclusive se sont déroulées mercredi matin dans les locaux di l'Attellu mubilità, garage solidaire de corse dans la ZA de Cantone à Calvi.
A l'issue une convention de partenariat entre le Pôle Emploi de Corse et Corse Mobilités Solidaire pour doter les demandeurs d'emploi de Balagne de véhicules "sans permis" afin de les accompagner dans leur parcours de recherche d'emploi a été signé.


Un pladoyer pour agir en faveur de la mobilité inclusive en Corse

La journée qui s'est déroulée, dans les locaux de l'Attellu Mubilità di Calvi, s'est effectuée en deux temps.
De 10 heures à 11 h30, en présence de Jérôme Seguy, sous-préfet de Calvi et d'une foule nombreuse, ce sont les Rencontres  territoriales de la mobilité inclusive qui ont eu  lieu, avec en toile de fond un véritable plaidoyer pour une mobilité inclusive en Corse.
Dans la continuité a eu lieu la signature d'une convention de partenariat entre le Pôle Emploi de Corse représenté par son directeur régional Pierre Peladan et Corse Mobilité Solidaire représenté par son président Joseph Emmanuelli.
L'objet de cette convention est de doter les demandeurs d'emploi de Balagne de véhicules "sans permis", afin de les accompagner dans leur parcours de recherche d'emploi: se rendre à un entretien, à une formation, les premiers mois d'une embauche...



" C'est un grand moment pour Corse Mobilité Solidaire. C'est un grand moment car c'est un aboutissement mais aussi un début. Un aboutissement, car la réflexion que nous allons porter ensemble aujourd’hui, est le fruit d’une conviction acquise depuis notre création en 2014. Mais c’est aussi le début, le début d’une réflexion élargie, construite, co-construite avec de nouveaux partenaires" a souligné Marie-Florence Dabrin, présidente de l'Attelu Mubilità.
"Je suis donc particulièrement heureuse aujourd’hui de pouvoir vivre ce moment avec vous et de vous accueillir pour cette première édition des Rencontres territoriales de la Mobilité Inclusive. 

Depuis que nous préparons cette journée, nombreux sont ceux qui nous posent la question de savoir mais qu’est ce que la mobilité inclusive ? Je vais donc vous livrer notre définition, celle que nous partageons aujourd’hui, qui nous accompagne dans notre quotidien et dans l’aventure qui nous rassemble. Le terme « mobilité inclusive » emprunte sa formulation à d’autres enjeux sociaux comme le « tourisme inclusif » ou « la finance inclusive ».
Elle a 2 objectifs : mettre au point des solutions de mobilité qui sont physiquement et financièrement accessibles aux personnes à faibles revenus, demandeurs d’emploi, travailleurs précaires, personnes âgées, personnes à mobilité réduite… et intégrer les personnes précaires et vulnérables dans la conception même de l’offre 
 
Le fait que nous puissions, tous ensemble, en parler aujourd’hui est déjà une victoire. Une victoire, car la mobilité inclusive a encore trop peu de place malgré l’importance qu’elle prend dans notre société. Aujourd’hui, nous lui dédions une journée, pour partager les solutions que nous aurons fait émerger ensemble en faveur d’une mobilité inclusive. Je vous le disais au début : cette réflexion n’est pas neuve et fait l’objet d’un cheminement jalonné de moments forts : Le Grenelle de l’insertion en 2008,  la Conférence sur l’inclusion sociale et plus récemment les assises nationales de la mobilité qui marquent un réel tournant dans la prise en compte  Beaucoup de fonds, mais la prise de conscience sur un caractère inclusif de la mobilité se fait encore attendre. Alors, pour accompagner cette prise de conscience, nous avons souhaité que cette journée soit la première d’une série de rencontres, reconduites tous les ans pour échanger, communiquer et nourrir le fond de nos expériences respectives pour faire avancer notre quotidien d’acteurs de la mobilité inclusive. Nous sommes là pour poser et tailler les pierres qui vont nous conduire à la co-construction d’un mouvement collectif pour une mobilité accessible à tous.   

Pourquoi ? 
• Parce que nous constatons depuis plusieurs années un diagnostic sans appel : l’empêchement de mobilité est un véritable frein pour l’inclusion sociale. 

• Parce que les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus de 20% de la population active ont des difficultés liées à la mobilité. 

• Et enfin, parce que devant la formation, la santé et le logement, l’accès à la mobilité est le 1er frein au retour à l’emploi. Ces chiffres et ce diagnostic sont tirés de nos expériences respectives, mais aussi des recommandations de rencontres fondatrices de 2017 autour d’une analyse systémique pour rechercher les causes et solutions aux difficultés des publics précaires en terme de mobilité. 

Notre rencontre va nous permettre de détailler cette étude tout en posant des pistes de solutions à envisager. Des solutions il y en a, elles existent déjà. Elles sont pour la plupart méconnues, en tous les cas connues seulement des publics et acteurs concernés par les problèmes de mobilité.

Nous sommes face à un véritable sujet de société, celui de l’insertion par la mobilité qui requiert une coordination renforcée entre les porteurs d’initiatives et une meilleure sensibilisation auprès des bénéficiaires de ces actions".


Des problèmes pour se déplacer 
Et d'ajouter :
 "Je vous le disais, nous le constatons sur le terrain : cela fait 4 ans que nous rencontrons ces femmes, ces hommes, ces familles, qui rencontrent des problèmes pour se déplacer, problèmes qui finiront par avoir des conséquences sur leur vie professionnelle, leurs loisirs, leur santé, leur quotidien en somme. Nous sommes ravis de pouvoir partager aujourd’hui l’expérience acquise avec vous : acteurs, partenaires, opérateurs, entreprises, prescripteurs. Un travail d’équipe, entre nous tous, collectivités, entreprises et entreprises sociales, est essentiel pour trouver le bon modèle économique pour construire ensemble un service de mobilité de retour à l’emploi dédié à nos concitoyens les plus fragiles. 

Qui sont les publics concernés par la problématique de mobilité ? 
Des personnes en situation de précarité temporaire ou durable, 
Des jeunes, 
Les travailleurs précaires, de plus en plus nombreux, et qui peinent à boucler leur fin de mois, 
Les familles monoparentales… 


Finalement, il s’agit de toutes les personnes qui finissent un jour par renoncer à un emploi ou une formation à cause de l’empêchement de mobilité. Mais vous connaissez ces situations aussi bien que nous.
Notre travail nous permet de prendre de la hauteur par rapport à ce qui se passe sur le terrain, et de proposer des recommandations qui dépassent les situations locales. 
Elle repose sur un état des lieux, établi avec des interlocuteurs régionaux et grâce à des enquêtes auprès de structures qui accompagnent des publics en insertion, des employeurs, des personnes en recherche d’emploi. 


L’objectif général de ce travail, et des collaborations que nous allons lancer ensemble, est de lutter contre toutes les fractures et notamment la fracture entre les territoires. Il est important de reconstituer des liens, entre les personnes, pour garantir l’insertion sociale, et entre les territoires, pour faciliter les accès entre bassins d’emploi et lieux de vie. Les services de la mobilité inclusive sont un liant. Une meilleure mobilité permet de décloisonner les différentes zones d’un même territoire.
Les enjeux forts pour aujourd’hui sont d’abord pour nos bénéficiaires : 
Améliorer l’employabilité des publics concernés (les rapprocher de l’emploi) en levant les problématiques de mobilité ; 
Rendre autonome les bénéficiaires pour favoriser le lien social et l’accès à une vie sociale active ; Changer les comportements en mobilité, bousculer le rapport aux transports pour encourager l’intermodalité pour une mobilité durable. 


 Les enjeux pour les acteurs de l’insertion et de la mobilité sont le modèle économique : avoir des lignes budgétaires fléchées sur la mobilité sociale; 
L’évaluation des actions de terrain : connaître l’impact des actions que nous mettons en œuvre pour prouver l’efficacité de nos dispositifs ; 
Et enfin la mise en place des actions sur les territoires très enclavés comme les territoires ruraux trop souvent oubliés dans les actions de mobilité". 

 Appel à la mobilisation par le biais d’un plaidoyer
Et de conclure : " Vous tous, qui êtes rassemblés ici aujourd’hui, élus, représentants d’administrations publiques, de collectivités, de partenaires sociaux, et d’associations, vous êtes depuis longtemps mobilisés, avec détermination et enthousiasme. Nous en appelons maintenant à une mobilisation collective et coordonnée, qui lie nos actions, et nous rassemble dans un élan commun. Nous sommes aujourd’hui 20 ambassadeurs de la mobilité inclusive. Nous repartirons avec des clés pour prouver que les enjeux de la mobilité inclusive sont au cœur des problématiques de notre société, et surtout avec des actions et des synergies à développer".

Le Pôle Emploi de Corse s'engage
Ces Rencontres se sont poursuivies par la signature d'une convention de partenariat pour soutenir la mobilité des demandeurs d'emplois entre le Pôle Emploi de Corse et l'association Corse Mobilités Solidaire.
Pierre Peladan pour Pôle Emploi et Joseph Emmanuelli pour  Corse Mobilités Solidaire devaient parapher la convention visant à accompagner les demandeurs d'emploi  dans leur parcours de recherche d'emploi: se rendre à un entretien, à une formation, les premiers mois d'une embauche...
"Le partenariat est fondé sur l’achat d’un ou plusieurs véhicule mis à la disposition des demandeurs d’emploi moyennant une faible participation à savoir 8 € par jour ou un forfait de 140 € par mois. 
Ces actions ne résoudront pas, à elles seules, les problèmes de mobilité auxquels sont confrontées les personnes en situation de précarité, mais il va incontestablement résoudre les problèmes rencontrés par certains sur le chemin du retour à l’emploi
" devait-il ajouter.





A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie