Corse Net Infos - Pure player corse

Trois jeunes gens mis en examen dans les agressions de septembre à Sartene et Fozzano


le Vendredi 23 Novembre 2018 à 21:14 | Modifié le Vendredi 23 Novembre 2018 - 22:51


Le procureur de la République Eric Bouillard, a lors une conférence de presse tenue ce vencredi après-midi au TGI d’Ajaccio, en présence du Général Jacques Plays, commandant de la région de Gendarmerie de Corse et du commandant de la section de recherche d'Ajaccio, fait le point sur les agressions commises les 14 et 24 septembre derniers dans la région de Sartène. Trois jeunes de 19 à 21 ans ont mis en examen et placés en détention provisoire.


Le procureur de la République d'Ajaccio Eric Bouilllard
Le procureur de la République d'Ajaccio Eric Bouilllard
Dans le cadre de l'enquête sur les agressions commises à Sartène et à Fozzano en Septembre dernier, neuf personnes avaient été interpellées et placées en garde à vue.
Trois d’entre elles, ont été devant déférées devant juge d’instruction. Elles sont soupçonnées « d’avoir participé à la préparation des faits, à la commission des faits, à des actions à la suite de ces faits aux deux agressions commises le 14 septembre et le 24 septembre.

Les faits
Un commerçant sartenais de 70 ans, et sa mère âgée de 92 ans, avaient été attaqués une nuit de septembre à leur domicile. Les agresseurs les ont ligotés et frappés avant de s'enfuir avec des objets de valeur et de l'argent
Fin septembre, un artisan d’une cinquantaine d’années était, lui aussi, agressé et volé sous la menace d’une arme à son domicile de Fozzano. Après avoir été violenté, l’homme qui est parvenu à s’échapper est rattrapé, frappé et ligoté.


Des jeunes gens connus des services de police
Il s’agir de trois jeunes gens de la région de Sartène et Propriano, âgés de 19 à 21 ans, déjà connus des services de police pour des faits de vol ou de violence, moins graves que ceux pour lesquels ils sont mis en examen aujourd’hui. « Ce qui laisse penser, ajoute le procureur, à une phase de délinquance ascendante au cours de ces derniers mois ».


Une enquête rapidement menée
La rapidité dans les résultats de cette enquête est liée à une forte mobilisation des services d’enquête, « aux moyens exceptionnels pour des faits exceptionnels ». Les gendarmes ont rapidement fait parler les éléments recueillis sur place, lors des déplacements des auteurs présumés des faits, dans la distribution ou l’utilisation du butin, ou dans l’utilisation des véhicules.
Le juge d'instruction a estimé que les charges retenues étaient suffisantes pour qu’ils soient mis en examen pour "vol en bande organisée avec arme".
Placés en détention provisoire à la prison d’Ajaccio, ils risquent des peines criminelles jusqu'à trente ans de réclusion.
Dans la même affaire et sur les six personnes interpellées, deux ont été jugées en comparution immédiate pour des armes trouvées chez elles.

 
 



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie