Corse Net Infos - Pure player corse

Tourisme : A l’orée de la saison, la Corse met résolument le cap sur le durable


Rédigé par Nicole Mari le Dimanche 12 Mai 2019 à 07:27

Réussir la transition écologique pour rendre durable le premier secteur économique de l’île est une priorité affichée dès la première mandature nationaliste. Une feuille de route qui se décline depuis plus de trois ans et aboutit, aujourd’hui, à la mise en place de dispositifs éco-responsables en concertation avec les professionnels du tourisme. Explications, pour Corse Net infos, de Nanette Maupertuis, conseillère exécutive de la Collectivité de Corse et présidente de l’Agence du tourisme de la Corse (ATC).




Tourisme : A l’orée de la saison, la Corse met résolument le cap sur le durable
- Vous avez inscrit la durabilité du tourisme à votre feuille de route dès votre prise de fonction. Où en êtes-vous aujourd’hui ?
- Nous avons effectivement voté, à l’unanimité à l’Assemblée de Corse, la transition écologique du tourisme dans le cadre de la feuille de route de l’ATC. Nous discutons, aujourd’hui, avec toutes les parties prenantes. C’est pourquoi l’ATC s’est alliée à l’Office de l’environnement (OEC) pour mobiliser les acteurs du tourisme, qu’ils soient privés ou publics, et les inciter à mettre en place des dispositifs d’éco-responsabilité. Fin avril, lors d’une réunion au parc Galea à Taglio-Isolaccio, nous avons discuté avec les représentants des filières de l’hébergement et de la restauration pour qu’ils adoptent ces pratiques éco-responsables.
 
- Quelles sont les actions concrètes de l’ATC en ce domaine ?
- Nous sommes partenaires d’un grand programme européen qui s’appelle Blue Islands et dont nous allons ratifier la charte ce mois de mai à Bruxelles. Il concerne la gestion des déchets dans les zones touristiques de Méditerranée. Avec les acteurs du secteur, nous élaborons une charte d’éco-responsabilité et nous échangeons sur des pratiques concrètes et des exemples précis. Par exemple : la question de la récupération du verre dans les établissements, les énergies renouvelables, la transition énergétique dans les campings et les hôtels, la gestion de l’eau et la mise en place de dispositifs d’économie circulaire. Certains déchets sont recyclés pour être de nouveau utilisés dans l’infrastructure touristique. Des économies d’eau et d’énergie peuvent être réalisées. L’ATC contribuera, avec l’ADEME et l’OEC, à aider les hébergeurs et restaurateurs qui souhaitent s’engager dans cette démarche éco-responsables. Elle le fera avec un prêt en ingénierie, mais aussi par des aides inscrites au régime global.
 
- Votre feuille de route a-t-elle trouvé un écho favorable chez les professionnels du secteur ?
-  Oui ! Elle a trouvé une véritable réceptivité dans le secteur. Dans le domaine de la mobilité douce, l’ATC a lancé le GT20. Dans le domaine de l’éco-responsabilité, nous travaillons avec les opérateurs, notamment l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) et les fédérations de campings. Un certain nombre d’établissements ont déjà reçu l’écolabel européen. Nous allons amplifier cette démarche. L’ère des pionniers est aujourd’hui dépassée, nous sommes maintenant en phase de décollage et, comme pour le décollage d’une fusée, il faut absolument mobiliser de l’énergie, de l’ingénierie, du capital humain et des moyens financiers. C’est pour cela que nous avons organisé cette rencontre au parc Galea qui se voulait, à la fois, participative, inclusive – personne n’est exclu - et transversale – avec l’OEC dans le domaine de l’économie circulaire par exemple, ou avec l’Agence de l’urbanisme dans le domaine de la transition énergétique des bâtiments. Cette démarche se veut, aussi, pédagogique vis-à-vis des touristes.
 
- C’est-à-dire ?
- Parallèlement, nous travaillons à l’élaboration d’une charte, une sorte de passeport sur lequel les touristes pourront s’engager quand ils arriveront en Corse, y compris avec la participation des compagnies aériennes et maritimes. Je compte sur la capacité de mimétisme insulaire pour que ces bonnes pratiques se diffusent et que, par l’apprentissage collectif, elles deviennent la règle. J’espère qu’effectivement, la Corse pourra, rapidement, d’ici à quelques années, être citée comme l’île verte de Méditerranée.
 
Propos recueillis par Nicole MARI.
 

Nanette Maupertuis, conseillère exécutive de la Collectivité de Corse et présidente de l’Agence du tourisme de la Corse (ATC).
Nanette Maupertuis, conseillère exécutive de la Collectivité de Corse et présidente de l’Agence du tourisme de la Corse (ATC).



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie















Newsletter




Galerie
Cadets de la Sécurité civile
Cadets de la Sécurité civile
I Piulelli
I Piulelli
Girandella di a lingua in Cervioni
Girandella di a lingua in Cervioni
Cambridge-air-Corsica
Cambridge-air-Corsica
Tournoi Fortune Lebras
Tournoi Fortune Lebras
Sainte Restitude
FC Balagne
U Soffiu di Balagna
Festa di U Veranu
Jeux des Iles
Sainte Restitude