Corse Net Infos - Pure player corse

Six ans après son assassinat : L’hommage à Antoine Sollacaro


Rédigé par José Fanchi le Mardi 16 Octobre 2018 à 17:23 | Modifié le Mercredi 17 Octobre 2018 - 01:29


Ténor du barreau corse, Antoine Sollacaro a été exécuté par deux hommes à moto dans une station-service de la route des sanguinaires. Six ans après, les avocats du barreau d'Ajaccio, magistrats et personnels du tribunal étaient réunis dans l’une des salles pour lui rendre hommage


Six ans après son assassinat : L’hommage à Antoine Sollacaro
Maître Antoine  Sollacaro était connu notamment pour sa défense d'Yvan Colonna, condamné  pour l'assassinat du préfet Erignac en 1998, il a été également  l'avocat d'Alain Orsoni,  ancien dirigeant nationaliste du MPA et actuellement vice-président du club de football de l’ACA.
Rappelons qu’en septembre dernier,  trois hommes ont été renvoyés devant la cour d’assises des Bouches-du-Rhône, pour leur rôle présumé dans cet acte qui s'inscrit, selon l'instruction, sur fond de rivalités criminelles entre clans corses. Mais l’affaire n'est toujours par résolue d’autant qu’il s’agit d’une douloureuse affaire pour laquelle la victime représentait l'image de l'avocat, épris plus que tout de justice.

Un dossier en voie d’achèvement…
Les mots du bâtonnier de la Corse du Sud, Stéphane Nesa  ont évoqué un sentiment de fracture, une blessure qui ne se referme toujours pas parmi les avocats réunis dans la salle du palais de justice. Pour rendre hommage à son confrère assassiné, le Bâtonnier s’est exprimé devant ses confrères :
 « C’est un symbole d’une violence extrême, aveugle, qui sévit dans l’île, qui est due probablement  à une espèce de conception manichéenne  dans certains esprits étroits. On voudrait nous enfermer en confondant l’avocat et son client, à évoquer tel ou tel clan. Il n’a jamais été question qu’un avocat fasse partie d’un clan déterminé et subisse la violence des autres. Ce qui ont attenté à sa personne ne sont pas parvenus à attenter à ce qu’il est et qui demeure encore aujourd’hui pour nous, un signe fort, une volonté forte pour que l’avocat soit pleinement respecté à la défense des intérêts du client. C’était aussi pour ensemencer aujourd’hui le sillon qui a été profondément creusé. »
 

Six ans après son assassinat : L’hommage à Antoine Sollacaro
Six ans après, où en est-on de l’enquête, qu’attendez-vous? 
« Il m’est difficile de pouvoir commenter l’instruction en cours. Le barreau d’Ajaccio demeure constitué partie civile dans cette affaire. Nous y sommes très attentifs et sans trahir quelque secret que ce soit, le dossier est en voie d’achèvement. Nous attendons simplement que justice soit rendue et qu’un procès équitable soit tenu car nous sommes respectueux des droits de chacun et nous n’attendons pas nous livrer à quelque excès qui ont d’ailleurs causé la mort de notre confrère et ami Antoine Sollacaro. »  

Des mots et beaucoup d’émotion…
Le Bâtonnier de la Corse du Sud a prononcé un discours en rappelant qu’il y a six ans, suite à l’indignation collective suscitée par ce lâche assassinat, des résultats ont été promis :
 
« Mais depuis six ans l’instruction hoquette, Les résultats … nous les attendons. 6 ans, jour pour jour, qu’en cette matinée ensoleillée du 16 octobre 2012, la violence aveugle s’est lâchement abattue sur un avocat désarmé :
  • 6 ans, jour pour jour, son épouse Jeannine, ses enfants, nos Confrères Anna-Maria et Paul, ses proches, ses amis, le Barreau d’Ajaccio, ses Confrères, le monde judiciaire, la société civile Corse et au-delà étaient plongés dans la stupeur et l’effroi
  • 6 ans après, cet acte odieux laisse encore des traces dans les esprits, y compris chez les plus jeunes qui ont pu exprimer, lors de la journée du droit dans les collèges le 4 octobre dernier, leur crainte d’embrasser la profession d’Avocat parce que, ont-ils dit avec leurs mots d’enfants, « c’est dangereux, on peut se faire tuer »
  • 6 ans, jour pour jour, le Bâtonnier Antoine Sollacaro était assassiné et rejoignait sa dernière demeure avec la robe d’Avocat qu’il a tant aimé et si bien servi
 
Il faudra bien expliquer à son épouse, à ses enfants, petits-enfants, à ses proches, à ses amis, à nous ses Confrères, Pourquoi ? 
 Ceux qui ont voulu l’atteindre physiquement, ne sont pas parvenus à triompher de ce qu’il a été, de ce qu’il demeure, de ce qu’il représente pour nous et au-delà de nous. Mieux que quiconque, Antoine savait qu’être Avocat est bien plus qu’un métier et mesurait l’importance de notre intervention dans une société démocratique … parce que la Justice est bien la sanction des injustices établies. Parce que si l’injustice est muette, la Justice elle, doit être criée !
 
L’hommage dans toute sa dimension
 
Rendre Hommage aujourd’hui à Antoine Sollacaro est devenu un acte historique et symbolique fort. 
Rendre Hommage à Antoine Sollacaro, c’est inlassablement et publiquement dire que malgré les circonstances de sa mort, la peine et l’incompréhension, nous sommes debout. 
Rendre Hommage à Antoine Sollacaro aujourd’hui c’est aussi dire que notre Barreau est fier, fier de sa robe, fier de ce qu’il est, fier de ce qu’il représente, fier d’appartenir à un corps indépendant et libre, et qu’il n’entend pas se plier aux oukases de ceux, qui en raison de leurs outrances, viendront probablement un jour frapper à la porte de nos Cabinets. 
Rendre Hommage à Antoine Sollacaro c’est également rester lucide quand, au XXIème siècle, les démocraties elles-mêmes deviennent petit à petit autoritaires et que l’arbitraire s’insinue dans les décisions du pouvoir pour le plus grand péril de la Justice. 
Rendre Hommage à Antoine Sollacaro, c’est ne pas oublier qu’au XXIème siècle, le secret professionnel intrigue, l’indépendance de l’avocat dérange autant qu’elle fascine, l’accès au droit est égratigné. 
Rendre Hommage à Antoine Sollacaro aujourd’hui c’est marquer le fait qu’il est temps que les avocats conservent toute leur place et soient respectés pour ce qu’ils sont et pour ce qu’ils représentent … pour que l’ignominie du 16 octobre 2012 ne se reproduise plus.
Lui rendre Hommage, c’est maintenir ce qu’il est, encore aujourd’hui : 
Un invincible. »



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie