Corse Net Infos - Pure player corse

Serge Orru : " Chaque Festival du Vent de Calvi est un miracle accompli"


Rédigé par le Jeudi 10 Octobre 2013 à 18:03 | Modifié le Lundi 21 Avril 2014 - 18:52


Le Festival du Vent de Calvi va gonfler pour la 22ème fois ses voiles du 23 au 27 Octobre prochains. Les trois coups de la manifestation la plus courue de l'Île, avec près de 40 000 visiteurs, ont été donnés jeudi à bord du Mega Five de la Corsica Ferries où Carina, la présidente de l'association des Amis du Festival, et Serge Orru, le "père" de la manifestation, recevaient à déjeuner l'ensemble de leurs partenaires. Une bonne occasion pour dresser les contours de l'ensemble des animations qui rythmeront pendant cinq jours la vie des festivaliers.


Serge Orru : " Chaque Festival du Vent de Calvi est un miracle accompli"
- Le Festival du Vent 22 ans après?
- Un festival riche, éclectique, citoyen. On va, cette année, célébrer les 10 ans d'une opération réussie "halte aux sacs plastiques. Le 1er Août 2003 la grande distribution insulaire, à la suite du référendum provoqué par notre campagne, s'emparait du problème - c'est la raison pour laquelle nous n'avons pas manqué de saluer l'action de Charles Cappia ainsi que celle de l'office de l'Environnement - et dans la foulée, la société corse bannissait ces sacs. Un exemple qui a touché le continent. Du coup on est passé de 15 milliards de sacs distribués en France à moins de 700 millions. C'est parti d'un événement qui s'appelle le Festival du Vent, d'une association qui s'appelle les amis du Vent. On plante des graines comme ça, il y en a qui fleurissent, grandissent, deviennent des arbres. D'autres on les voit moins. Mais notre opération "Jette pas ton mégot deviens un héros"  sera aussi importante.…

- C'est une autre croisade celle-là?
- Croisade non, parce que ce serait aller lutter contre des infidèles. Là, on va lutter contre des fidèles de la vie. On peut fumer et écraser son mégot dans un cendrier, mais ne pas le jeter dans le maquis, sur la plage ou sur le macadam. De toutes façon on n'a rien a jeter au sol. Ni son lavabo, ni son mégot. L'affiche du Festival du Vent 2013 qui représente un magnifique babouin réalisé par le collectif Clean Art Planet, démontre la violence de la société de consommation. Le babouin est, en effet, constitué de fragments de plastiques trouvés sur les rivages du Cap Corse. De la même façon et toujours avec le même type de déchets, le même collectif a réalisé de nombreuses autres œuvres : un ours polaire, un crocodile, un tigre. Et ce babouin qui crie : " Chic, la mer est plastique". Un titre provocateur certes mais parce que les fragments sont très importants. On parle de vrais continents plastiques en mer. Il est temps d'y mettre un terme. Et pour ce faire il convient d'utiliser le concept et l'esprit de l'économie circulaire.

- L'économie circulaire ?
- C'est de faire du déchet de l'un, la matière première de l'autre. C'est éco-concevoir les produits. On ne peut plus vivre dans une société où l'emballage dure plus longtemps que le produit. Et on ne peut pas vivre dans une mer où le plancton deviendra plastique. C'est notre manière à nous, provocatrice, d'interpeller les consciences. On n'obtient rien en culpabilisant : ça ne marche pas. Quand on s'exprime avec ténacité, avec humour mais avec la même ténacité, on arrive à convaincre.

- Le thème de ce Festival ?
- Il n'y a jamais de thème. On aime à dire que le Festival du Vent est un espace où les uns et les autres se pollenisent. Celui qui va venir faire sa conférence, son intervention, son concert, son atelier enfants, sa performance de plasticien, son spectacle de rue va polleniser l'autre. Ce sont tous des personnages différents qui propagent cet esprit-là dans Calvi à un public qui a soudain droit à des spectacles de rues gratuits, des conférences gratuites, des projections gratuites. Tout est gratuit sauf les concerts du soir pour ne pas les dévaloriser par les allées et venues et la curiosité du public que l'on enregisterait s'ils étaient en libre accès.

- La qualité artistque a toujours été au rendez-vous ?
- En 21 ans nous avons eu des gens très connus et d'autres qui l'étaient moins mais qui le sont devenus. Tous avaient un dénominateur commun : la qualité. On peut citer Izia la fille de Jacques Higelin, ou bien encore M, qui étaient un peu dans la même situation, avant de se révéler de la façon que l'on sait.

- Comment le Festival a-t-il supporté les intempéries de 2012 ?
- Chaque Festival du vent est un miracle accompli. Chaque année nous sommes menacés de disparition. Le Festival fonctionne avec 14% de subventionnements publics tout compris. Le reste ? C'est de la ressource propre, nos partenaires privés et tout ce qu'offrent - et ce n'est pas le moins important - les uns et les autres sur le plan du bénévolat qu'ils soient artistes, scientifiques ou sportifs. C'est une économie intéressante mais elle est offerte au public. C'est un événement profondément ouvert sur la Corse et profondément ouvert au Monde. Il y aura Pierre Chaubon qui viendra évoquer l'importance de l'évolution institutionnelle - utile ou inutile ? ce sera le thème du débat - et le lendemain il y aura une soirée sur le thème : "Corse, terre de réussite" car il y a des réussites et il faut les valoriser, les démontrer, les montrer. Elles ne sont pas minoritaires. Il y en a beaucoup. Il vaut mieux célébrer la réussite que la fatalité du désespoir ou du pessimisme qui bien des fois peut s'emparer de nous.

- Un hommage et un message
- Le Festival du Vent est dédié à Julietta Ramirez, qui est la mère d'un grand ami de notre manifestation Oscar Castro, homme de théâtre, disparue il y a 40 ans assassinée par la Junte de Pinochet . Aujourd'hui elle est toujours portée disparue comme des milliers d'autres victimes chiliennes. Outre cet hommage nous lancons un message de solidarité à l'éhard de l'équipage de l'Artic sunrise de Greenpeace, injustement emprisonné dans les géôles russes. Aujourd'hui nous demandons la libération de ces militants écologistes qui se battent pour notre bien commun à tous parce que la Planète est notre bien commun et que leur combat, juste, est le notre. Et parce que leur bateau a été araisonné dans les eaux extra-territoriales russes. Là on ressent que la Russie sombre vraiment dans la dictature. Et le vent n'aime pas les dictatures…

- D'un mot que diriez vous au public corse pour le convaincre de venir vous voir ?
- Venez en famille, venez en couple, lisez bien le programme parce qu'il y a beaucoup de choses qui peuvent intéresser les familles. Le Festival du vent, c'est ludique, c'est joyeux, il y a des choses intéressantes et intelligentes à découvrir et à apprécier; Quand on la chance de voir des Alexandre Jardin, Daniel Herrero, Marcel Rufo, Dominique Bourg qui est le vice-président de la Fondation Nicolas Hulot, Corinne Lepage, qui viendra parler de l'économie circulaire etc, on ne doit pas bouder son plaisir. Et personne ne le fait.  Si nous sommes là depuis 21 ans c'est qu'il y a une raison : c'est l'affection du public.



Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine




Derniers tweets
Corse Net Infos : #Budget @IsulaCorsica #Collectivité de #Corse : L’héritage « catastrophique » de l’ancien #Conseil départemental 2A https://t.co/S6iLLeaWP6
Jeudi 26 Avril - 23:45
Corse Net Infos : Budget CDC : L’héritage « catastrophique » de l’ancien Conseil départemental 2A https://t.co/G0HTmTcCDJ https://t.co/QaeHxAYGiI
Jeudi 26 Avril - 23:34
Corse Net Infos : Volley : Le GFCA sort la tête haute (0-3) https://t.co/CORpkVT7Z9 https://t.co/cTi5sOvzXI
Jeudi 26 Avril - 23:14
Corse Net Infos : Devoir de mémoire et valeurs universelles : Les lauréats d'un concours félicités par l'ONACVG 2A et 2B… https://t.co/04YkfjwZL6
Jeudi 26 Avril - 21:59



Newsletter






Galerie