Corse Net Infos - Pure player corse

Santa Lucia di Porti Vechju : Mobilisation de Corsica Libera


Rédigé par Irène Ferrari le Dimanche 1 Juillet 2018 à 23:00 | Modifié le Dimanche 1 Juillet 2018 - 23:27


C’est sur la route entre Pinarellu et Saint Cyprien que Corsica Libera,l avait donné rendez-vous dimanche matin à ses militants pour un conférence de presse, et un barrage filtrant organisés à la hauteur du Hameau de Furulaghiolu


La conférence de presse a débuté par une lecture où Corsica Libera explique les raisons de sa présence à cet endroit et les raisons de cette action : la dépossession foncière XXL  et le détournement de mesures fiscales (le crédit d'impôt) au profit de la spéculation immobilière
Dominique Tafani a expliqué les raisons du mécontentement de Corsica Libera
«Vous faîtes une maison, en dehors du terrain, toute la construction, y compris les meubles est éligible au crédit d’impôt.  ur une maison d’1 million d’euros, l’Etat va vous faire un petit chèque sur la TVA , plus un crédit d’impôt de 30% .En sortie, la maison qui aura coûté 1 million d’euros , ne vous reviendra qu’à un peu plus de 600 mille euros »

« Le propriétaire a pour obligation de la louer pendant 5 ans en parahôtellerie,ce qui est du semi-professionnel, alors que normalement ,il faut attendre 9 ans pour ne pas payer de droits sur la plus value.Comme en parahôtellerie on descend à 5 ans, si la personne décide au bout de 5 ans de revendre sa maison, même au même prix qu’elle l’a achetée, elle fait un bénéfice de 40% !
C’est pour cela que beaucoup de gens fortunés procèdent de cette façon, car ils n’achètent pas une résidence, ils font un placement financier
».


« Cerise sur le gâteau, certains sites vous indiquent que si vous êtes déficitaire dans la location,c ela viendra en déduction de vos autres impôts sur le revenu. Et « on » vous explique que vous avez peut-être même intérêt à être déficitaire…. »
« De l’autre côté, le CIC ( Crédit d’Impôt Corse) est un crédit d’impôt à l’investissement et au développement. Les entreprises corses que nous sommes, voudraient bien y avoir droit, mais le Droit Fiscal fait qu’il y a plein d’interdictions !
Je vais vous donner encore un exemple : un cafetier qui veut changer ses tables et ses chaises de terrasse, n’est pas éligible alors que c’est un investissement. Par contre tous les meubles de ces résidences en question, sont éligibles »

« Nous sommes aujourd’hui à Sainte Lucie , pour faire un exemple et démontrer ce qui se passe. Mais nous aurions pu être à Lecci ou à Porto-Vecchio, c’est partout pareil. Aujourd’hui, on se retrouve avec des communes à 70% de résidences secondaires, mais ce ne sont pas des résidences secondaires , ce sont des résidences parahôtellière. »

Et Dominique Tafani ,terminant son intervention affirme : "On veut nous faire croire que ce sont des résidences secondaires car, « ils vont peut-être venir à la retraite….. » et bien ,non, ce sont des produits financiers"





A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie