Corse Net Infos - Pure player corse


Prime de trajet domicile-travail : des milliers de salariés Corses risquent de la perdre le 1er janvier


C.-V. M le Samedi 23 Novembre 2019 à 17:10

Depuis le mois d’avril 2019 , sous la responsabilité de la Direccte, les organisations syndicales patronales et de salariés de Corse se réunissent régulièrement afin de définir les nouvelles modalités d’attribution de l’indemnité trajet conquise en 2009. L'échec de la réunion de vendredi à Corte "va-t-elle permettre au Patronat de mettre fin à cette indemnité?" interroge la CGT.



Les représentants des syndicats de salariés de Corse
Les représentants des syndicats de salariés de Corse
Le dernier accord arrivait à échéance en juin 2019. Il fallait absolument le  renégocier. Dans un premier temps tout le monde s’est  mis d'accord pour signer un avenant repoussant sa validité au 31 décembre 2019.  

"Ces 7 mois devaient nous permettre d’étendre l’attribution à d’autres secteurs non encore couverts (salariés de l’agriculture, économie sociale et solidaire, voire fonctions publiques). En effet cette indemnité acquise en 2009 ne concerne pour le moment qu’une partie des salariés du privé. D’un montant moyen de 200 euros annuels cette prime prend en partie en compte le coût du trajet domicile travail puisque compte tenu du manque criant de transports collectifs, la majorité des salariés de Corse sont contraints d’utiliser leurs véhicules" expliquent Muriel Grisot et Jean-Pierre Battestini qui représentaient la CGT à la réunion de Corte.


"Pour rappel très peu d’employeurs en Corse financent à 50% les transports collectifs prévus par la loi. De plus les prix prohibitifs des carburants grèvent lourdement les budgets des travailleurs.Les syndicats de salariés demandaient qu’après 10 années , il était plus que temps de réévaluer le montant pour le porter à 300 euros. La faiblesse des salaires pratiqués en Corse notamment dans les TPE/PME justifie pleinement cette revalorisation.
Malheureusement et contrairement à ce que l’on pouvait espérer lors de la première réunion du mois d’avril, plus les réunions se succédaient et plus la possibilité d’un accord s’éloignait"
poursuivent les représentants de la CGT.

Pour eux "la CPME refuse de prolonger l’accord au-delà de 2019. L’U2P régionale comme le MEDEF sont prêtes à le prolonger mais sans pour le moment en modifier le montant. Les pouvoirs publics et la Préfecture, pourtant partie prenante de l’accord de 2009, laissent faire."
Ils soulignent aussi que "face à l’attitude irresponsable des organisations patronales, l’ensemble des syndicats de salariés de Corse ont rédigé un communiqué commun dénonçant cette situation scandaleuse voulue par le patronat".


Pour la CGT "la situation est très grave. En effet, sans accord, des milliers de Corses risquent de perdre leur prime au 1er janvier 2020 si la situation reste en l’État et des milliers d’autres qui espéraient en bénéficier resteront encore sur le carreau.
La responsabilité des organisations patronales dans l’absence de réponse aux bas salaires en Corse est manifeste. Son attitude sur son blocage idéologique concernant la revalorisation de la prime trajet est scandaleuse."


















Les Vidéos de CNI


Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047