Corse Net Infos - Pure player corse

Patriotti se mobilise pour Alain Ruggieri et Olivier Sauli


Rédigé par Irène Ferrari le Dimanche 2 Septembre 2018 à 19:35 | Modifié le Dimanche 2 Septembre 2018 - 23:02


C’est dans la salle de l’établissement « la Bocca » à Trinité de Porto-Vecchio que les militants nationalistes (toutes tendances confondues) se sont réunis samedi matin, afin d’exposer leur mécontentement au grand jour à la faveur d'une conférence de presse .


C’est Ghjuvan-Filippu Antolini, qui prit en  premier la parole pour expliquer le sujet de cette réunion de protestation : « Nous tenons à attirer l’attention sur les deux cas particuliers de nos membres ayant déjà subi l’arrestation ,la déportation, l’incarcération, et la condamnation, Alain Ruggieri et Olivier Sauli »…tous deux se voient « interdits d’acquisition et de détention d’armes des catégorie B et C et d’armes de catégorie D soumises à déclaration »  


Il continua en martelant avec vigueur : « Toutes leurs armes de chasse ont été dûment déclarées .Ils n’ont jamais été condamnés pour des faits de violence à l’égard d’autrui ou pour usage illicite d’armes.Pour le cas d’Olivier Sauli, le cynisme politico-administratif prend une toute autre dimension car, de facto, son désarmement organisé accompagne étrangement la tentative d’assassinat dont il a été la cible le 14 Novembre 2014 et pour laquelle, dès lors qu’il s’agit d’un militant nationaliste, aucun agresseur n’a été formellement identifié à ce jour…Mais ont-ils été réellement recherchés ? »

Prenant la parole à son tour Olivier Sauli a poursuivi les explications en ces termes : « Cette interdiction, nous la récusons et nous la dénonçons, car elle proscrit toute possession et utilisation de carabines et fusil de chasse.La chasse est une réalité historique et culturelle, transmise de générations en générations par coutume familiale, avec ses exigences comportementales et de respect de l’environnement qui constitue la richesse première de notre terre. »

« Nous continuerons à chasser, à participer aux us communautaires qui sont les nôtres.Nous demandons aux gardes-fédéraux de se soustraire à toute vérification et poursuite nous concernant, sauf à se faire sciemment complices de la répression française….Nous demandons aux militaires de la gendarmerie française de ne pas nous provoquer, ni de nous persécuter. »
Nous demanderons dans les semaines qui suivent une rencontre avec les Fédérations Départementales de Corse-du-Sud et Haute Corse, pour aborder ce problème qui entrave l’une de nos coutumes ancestrales. Nous entamerons les procédures et les recours nécessaires pour faire valoir nos droits en n’ignorant pas que nous subissons un cadre législatif de plus en plus autoritaire et très restrictif pour ce qui est des libertés individuelles et collectives.
Notre combat comme notre appel à la désobéissance « paisana » est une contribution à ces libertés. Nous appelons toutes celles et ceux qui refusent l’étouffement de notre corps social à s’auto-organiser contre ces mesures liberticides et anti-corses. »
« Cette conférence de presse en appellera d’autres ,car nombreux sont les anciens prisonniers politiques à subir cette forme de pression.»


Fortement applaudi, Olivier Sauli a conclu en ces termes : « Un staremu mai zitti ! A lotta cuntinueghja par cio par quali ci simu sempri battuti ! Par a Corsica Corsa ! »
 Jean-Christophe Angelini, et Paul André Colombani qui étaient présents aux côtés de Michel Giraschi, ont assuré tour à tour de leur soutien dans leurs revendications.





A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie