Corse Net Infos - Pure player corse

PCF : "Non au racket sur les automobilistes"


Rédigé par le Jeudi 15 Novembre 2018 à 17:29 | Modifié le Jeudi 15 Novembre 2018 - 22:19


"La hausse massive des prix des carburants crée une colère légitime. Ce sont les classes populaires, les salariés, les précaires, ceux qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller au travail qui la subisse le plus durement. Cette hausse continue du prix de l’essence et du gazole leur impose une lourde perte de pouvoir d’achat. En conséquence, le PCF demande l’annulation immédiate de la hausse de la Taxe (TICPE) sur les carburants pour 2019" souligne le parti communiste dans un communiqué


PCF : "Non au racket sur les automobilistes"
Les communistes militent pour une fiscalité écologique socialement juste. Il est désormais impératif de réduire massivement la production de gaz à effet de serre (GES) y compris celle des véhicules particuliers mais pas seulement. La hausse indifférenciée des prix des carburants n’est pas la bonne méthode car elle permet au plus riches et aux gros émetteurs de GES (les géants des mers par exemple) de disposer d’un « droit à polluer ». Sous couvert de fiscalité écologique, le gouvernement ne fait que combler le trou qu’il a creusé dans les caisses de l’État avec ses cadeaux aux plus riches et au patronat.  

La justification de ce racket sur les automobilistes au nom de l’environnement est une fumisterie. Il s’agit selon les recommandations du Conseil européen de remplacer pour partie la fiscalité prélevée sur les entreprises par celle venant de la consommation.



Depuis cinq ans, faire le plein de sa voiture coûte en moyenne 500 € de plus par an pour les habitants des campagnes, 400 € de plus pour ceux qui habitent en ville.

En Corse selon une étude de l’INSEE réalisée en avril 2015, les ménages du rural et de la périphérie des grandes villes sont les plus impactés par les dépenses de carburant. Une dépense pouvant dépasser 1600 euros annuels. Ainsi, 28 % des ménages corses – soit près de 36 000 – sont en situation de vulnérabilité énergétique pour leurs dépenses de carburant, contre 10,2 % au niveau national

Il est temps de prendre l’argent là où il est, dans les poches des actionnaires des multinationales pétrolières, chez les plus riches qui ne payent plus d’impôt sur la fortune, et d’investir vraiment dans des transports en commun publics. La justice sociale est indispensable à la transition écologique.

Le PCF propose :

·         d’annuler la hausse de la TICPE en 2019 ;

·         de taxer le kérosène ;

·         de mettre à contribution Total et ses 10 milliards de profits annuels ;

·         de ramener à 5,5% la TVA sur les transports en commun et les véhicules propres ;

·         de développer le transport ferroviaire les CFC et la SNCF ;

·         de transférer le transport routier de marchandises vers le service public ferroviaire du Fret ;

·         de faire la clarté sur la formation des prix du carburant en Corse ;

·         de rétablir le contrôle des prix du carburant en Corse ;

·         de prendre un décret autorisant le préfet de fixer le prix journalier du litre de chaque carburant distribué sur la base du prix journalier du litre mis en marché sur le continent minoré des 7 points de réfaction de TVA.

 

Le PCF s’engage sur cette base, comme il le fait dans toutes les luttes sociales, aux côtés de celles et de ceux qui refusent le matraquage fiscal indifférencié du gouvernement et demandent que toute la clarté soit faite en Corse sur la cherté des carburants et le détournement de la réfaction de 7 points de TVA.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie