Corse Net Infos - Pure player corse

Orientations budgétaires à la Capa : Un peu plus de rigueur dans la gestion des équilibres


Rédigé par José Fanchi le Mardi 18 Décembre 2018 à 19:49 | Modifié le Mardi 18 Décembre 2018 - 21:31


Le débat d’orientations budgétaires préfigure les choix budgétaires de la Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien pour l’année 2019. La CAPA, présidée par Laurent Marcangeli, a tenu sa dernière séance de l’année mardi soir dans le contexte que l’on sait, avec la baisse des participations de l’Etat et des autres collectivités. Au menu du soir, des dossiers certes, des inquiétudes, mais surtout le Débat d’Orientations Budgétaires


Débat d'orientations budgétaires mardi soir à la Capa (Photo Michel Luccioni)
Débat d'orientations budgétaires mardi soir à la Capa (Photo Michel Luccioni)
Dans la vie d’une collectivité, le débat d’orientations budgétaires (DOB) n’est pas un dossier anodin dans la mesure où il faut être particulièrement attentif à la situation financière de la collectivité. Chacun sait que les équilibres sont précaires et il faut y faire face.
 
Des situations problématiques à régler
Laurent Marcangeli, qui ouvrait la séance, n’a pas manqué de souligner une certaine inquiétude quant à la mise en place de la GEMAPI  -  Gestion des Milieux Aquatiques et prévention des inondations -  sur laquelle la CAPA travaille actuellement avec ses partenaires, sans parler de la problématique des déchets :
« Cela devra, dans les semaines à venir, requérir une attention toute particulière. Il s’agit d’une compétence lourde d’une très grande complexité dans le budget à gérer. Autre problématique, celle des déchets ménagers, plus que jamais présente. Nous avons eu une réunion relative au centre de tri et de valorisation. L’on s’est rendu compte que beaucoup de difficulté demeurent. Je pense qu’il va falloir mettre les bouchées doubles. Je ne vois aucune formule magique pour mettre un terme à cette crise. On nous propose le transport de nos déchets mais cela est très couteux et pourrait avoir un impact décisif sur notre budget et ce que nous serons obligé de demander à nos contribuables…Cette situation m’inquiète, je me devais de le souligner. A nous de trouver les meilleures solutions… »
   

Répondre aux besoins des habitants
La CAPA entend néanmoins continuer à améliorer et déployer des services publics de qualité, accueillir des activités économiques émergentes et d’avenir, en tirant parti de ses atouts naturels, conformément à son Schéma d’Aménagement et de Développement Economique. La CAPA a toujours inscrit la protection de l’environnement et la préservation de la santé au cœur de ses choix, et à l’heure où le réchauffement de l’atmosphère ne peut plus être nié, comme en attestent les épisodes climatiques (sécheresse de 2017, inondations, tempête Adrian, …), la CAPA doit prendre toute sa place pour en limiter les effets.
Dans un contexte d’importantes évolutions des participations de l’Etat et des autres collectivités qui pèsent sur les dépenses de fonctionnement de la CAPA, une attention particulière sera portée à la stabilisation des charges à caractère général. Cela permettra de focaliser le budget 2019 sur le financement des projets engagés, ainsi que ceux faisant l’objet d’une contractualisation au titre du dispositif « Action Cœur de Ville » afin de répondre aux besoins actuels des habitants.
Les explications de Xavier Lacombe, vice-président en charge des finances :
« Avant le vote du budget qui interviendra début 2019, nous avons l’obligation de procéder au débat d’Orientations Budgétaires. Nous sommes aujourd’hui sur la même trajectoire que nous avions mis en place en 2014  sur les O.B. de la CAPA. Le contexte est un peu plus contraint à cause des baisses de dotation et sans recettes nouvelles et avec la mise en œuvre de la GEMAPI (voire plus haut). »
 

Une provision de 2,6 millions d’euros
En ce qui concerne la gestion des déchets, autre problématique avec le vote du plan en octobre dernier à l’Assemblée, de gros investissements sont à prévoir :  
« En effet, nous avons un surcoût au niveau du Syvadec qui s’élève à 550 000 euros pour l’année 2018. Nous ne savons pas trop vers quoi nous allons face au risque des déchets, un peu comme la CAPA l’avait fait en 2008. Nous allons proposer que soit votée une provision de 2,6 millions d’euros  pour faire face à ce risque.
Je rappelle que nous avons gelé le recrutement en 2017, remis à niveau régime indemnitaire dans la collectivité afin qu’elle soit plus compétitive mais surtout nous avons effectué un rééquilibrage de manière revenir à quelque chose de plus juste et d’équitable pour tous les emplois. Nous avons eu le vote de la DSC (Dotation de Solidarité communautaire) qui a permis de faire une meilleure répartition au niveau des communes. Nous avons fait de gros efforts et la CAPA l’assume sur son budget général. N’oublions pas pour autant la mauvaise surprise de la recapitalisation de la SPL Muvitarra, à hauteur d’un million d’euros, qui nous a fait contracter un emprunt de ce montant. Nous sommes néanmoins dans une situation d’équilibre certes plus restreinte, mais il faudra appliquer plus de rigueur à tous les niveaux. Et trouver de nouvelles recettes avec la redevance spéciale pour les déchets… »
J. F.
 





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Janvier 2019 - 22:55 Un bon point pour l’ACA à Sochaux (0-0)

Vendredi 18 Janvier 2019 - 22:51 Le grand débat national est ouvert en Corse

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie