Corse Net Infos - Pure player corse

Mobilisation à l’Agence du Tourisme de la Corse : Non au camping-car sauvage !


Rédigé par José FANCHI le Vendredi 17 Août 2018 à 17:24 | Modifié le Dimanche 19 Août 2018 - 02:06


Chaque été, la situation vire au casse-tête. Il n’est pas rare d’observer des camping-cars garés sur les places de village, les abords d’une route, la cour d’une école ou encore élire domicile le long des plages…Le phénomène est connu. Il rejaillit tel un serpent de mer entre les mois de Juin et de Septembre lorsque la Corse connait un pic de fréquentation. Ava basta !


Le stationnement des campings-cars, un casse-tête à repenser
Le stationnement des campings-cars, un casse-tête à repenser
L’île bénéficie d’un patrimoine environnemental exceptionnel avec des sites remarquables à l’image des réserves naturelles, parcs, conservatoire du littoral, grands sites... La préservation de ses écosystèmes demande à chacun un comportement responsable. Les chiffres parlent d’eux même. En 2015 à la même période, 3 350 campings caristes se rendaient sur l’île, pour une entrée totale sur l’année de 28 000 unités. Un chiffre qui explosait littéralement 12 mois plus tard en enregistrant, toujours en été, une hausse de 12,4 %.

Plus de 6500 camping-cars dans la nature…

La problématique se pose avec acuité du côté de l’Agence du Tourisme de la Corse (ATC) qui reçoit les doléances des professionnels, des maires et des citoyens notamment lorsque les nuitées s’effectuent sur des espaces sensibles voire protégés. S’installer confortablement n’importe quand et n’importe où : une telle attitude  tombe pourtant sous le coup de la loi. D’autant que le manque à gagner pour les professionnels est avéré. Si l’on s’en tient aux chiffres, 23% des campings caristes ne fréquentent pas les campings. 23% des 28 000 qui arrivent en Corse tout au long de l’année, cela fait au bas mot  6 640 camping-cars qui seraient dans la nature au sens propre comme au sens figuré.

La présidente de l’ATC, Nanette Maupertuis, en appelle au respect de la réglementation. Comme aux comportements responsables. C’est le sens de la campagne de sensibilisation qui est actuellement menée par le biais de distribution de flyers. 

Le respect de la loi

Le camping-carisme pratiqué isolement est interdit (Art 111 33 du code de l’urbanisme) :

-Sur les rivages de la mer et dans les sites inscrits
- Les forêts
-Dans les sites classés ou en instance de classement
- Dans les secteurs sauvegardés, dans le champ de visibilité des édifices classés au titre des monuments historiques et des parcs et jardins classés
-Dans un rayon de 200 mètres autour des points d’eau captés pour la consommation.

51% des nuitées en mode « sauvage »

Mobilisation à l’Agence du Tourisme de la Corse : Non au camping-car sauvage !
Phénomène quasi marginal jusque dans les années 1990, le tourisme en camping-car a connu un essor considérable depuis ces deux dernières décennies. Le secteur s’envole et draine dans son sillage toujours plus d’adeptes. Aujourd’hui, près de 1,8 millions de campings caristes circulent dans toute l’Europe. La France est leur destination préférée, devant l’Espagne et l’Italie. Une clientèle de retraités qui ne respecte pas toujours les règles d’emplacement. Ils sont majoritairement retraités, âgés en moyenne de 56,8 ans, effectuent leur déplacement en couple ou entre amis. Sur place, la durée de leur séjour est de 20 jours. 49% des nuitées sont passées dans les aires de stationnement dédiées. A contrario, 51% des nuitées s’inscrivent en mode camping sauvage..

Bretagne et Provence en tête

Bretagne (24%), Provence (24%), plages du débarquement en Normandie (23%), Mont-St Michel (21%) : voilà le quatuor de tête des destinations prisées par les campings caristes. La Corse, ferme la marche avec son petit 2%. Au top niveau des activités préférées, on retrouve une clientèle qui plébiscite les « visites culturelles et patrimoniales ». 8 campings caristes sur 10 visitent villes et villages (83%), plus de la moitié des musées et lieux patrimoniaux (57%). Enfin, 61% effectuent des achats des produits du terroir. Quant à la pratique sportive elle se hisse à la deuxième position. 57% des campings caristes pratiquent une activité pédestre, 49% s’adonnent au cyclotourisme et 45% à la baignade-natation.
Le budget moyen d’un camping cariste s’élève à 30 euros par jour. Par ordre de préférence, ils choisissent les aires dédiées (50%). Viennent ensuite les parkings publics de sites touristiques (48%). Le stationnement sur la voie publique et en pleine nature recueille 20% des réponses.

La charte RESPECT

Il existe des règles de bonne conduite, qui relèvent du bon sens et peuvent permettre de donner une meilleure image de la pratique du camping-car, et par conséquent, il convient d’éviter un mauvais accueil dans certaines communes. Cette charte porte le nom de
Respect”. Établie par des professionnels, elle n'a qu'une valeur morale. Personne ne viendra donc sanctionner pour ne pas avoir suivi les consignes suivantes. Il n'empêche, ces règles sont importantes. On a trop souvent entendu les maires de certaines communes justifier des interdictions de stationner au prétexte de vidanges sauvages. Et qui n'a jamais entendu des commerçants se plaindre des camping-caristes qui arrivent sur les parkings avec “le frigo plein”. Certes, souvent ces griefs relèvent de la rumeur plutôt que de la vérité. C'est le but de cette charte de bonne conduite: respecter les autres. Tant il est vrai que le domaine public n’est pas un camping!
 
Respecter la nature
Eviter les regroupements
Stationner dans des lieux appropriés
Privilégier le commerce local
Etre courtois et discret
Communiquer avec autrui
Tenir l'ensemble de ces engagements…


 





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Novembre 2018 - 12:10 Avec OKpal soutenez CNI !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie