Quantcast
Corse Net Infos - Pure player corse


Livres : « Fragrances de chez nous » de Jacques Thiers


Philippe Jammes le Dimanche 2 Mai 2021 à 17:15

Pour les non corsophones, Jacques Thiers a eu la bonne idée de traduire en français son roman original Qual'hè chì hà tombu à Gilac ?*, prix des lecteurs de la Collectivité de Corse en 2020.



Livres : « Fragrances de chez nous » de Jacques Thiers
Dans ce beau roman édité par Albiana, avec la plume qui le caractérise, l’auteur met en scène des personnages tantôt ancrés, tantôt décalés. Des héros du quotidien naviguant entre Bastia et Marseille...
Francescu Spurlati, un Corse opposé au Riacquistu et aux idées nouvelles, décide de faire sa vie hors de l'île, dans le commerce international. Il monte deux entreprises : U Marianocola, un énorme fiasco, et Fragrances de chez nous, un succès merveilleux, sans qu'on sache vraiment pourquoi... Les années ayant passé, il demande à une amie italienne d'écrire son histoire, et à un ami corse de la traduire dans sa langue. Mais les deux la racontent chacun à leur manière.... C'est alors que les choses se compliquent !
Présente t’on encore Jacques Thiers ? Professeur d’université en retraite, poète, dramaturge et romancier, il est l’une des figures marquantes du Riacquistu, le mouvement culturel corse né au début des années soixante-dix, l'une des plus belles plumes de l'île et au delà.
 
« Chez le Boiteux, dans sa maison, l’air lui-même s’était transformé. L’odeur familière des bûches qui se consument n’avait pas disparu, mais elle ne se répandait plus aux mêmes heures de la journée. C’est ainsi que lui vint à l’esprit que, si l’on continuait à faire des flambées dans la cheminée, le repas, lui, se préparait d’une autre façon. Sur le gaz. La terrible peste du gaz ! D’ailleurs, ce qui le révélait, c’était le goût même des plats qu’on lui apportait. Le Boiteux l’avait deviné en rapprochant deux petits faits intervenus à un jour de distance. Il avait d’abord entendu un bruit bizarre, comme celui d’un seau ou d’un objet métallique que l’on heurte, un silence pesant juste après cela, puis sa femme était apparue pour lui demander, l’air gêné, s’il n’avait besoin de rien. Le lendemain, la soupe qu’on lui avait montée au premier étage n’avait plus le goût de la nourriture préparée au feu de bois dans la marmite roussie où, habituellement, elle restait un peu trop longtemps à bouillir et finissait un peu trop cuite.
Alors, devait-il continuer de vivre comme si de rien n’était ? Comment accepter ce que vous tend votre épouse, votre fille, votre petite-fille tout sourire, sans penser au goût qui vous envahira en l’avalant ? Non pas celui d’un aliment légèrement trop cuit, pas du tout, plutôt celui, amer, du mensonge et des cachotteries. Et le bourdonnement des voix qui tout d’un coup se font basses, plus basses, trop basses car, au-dessous, quelqu’un a buté sur quelque chose qui a fait un bruit bizarre. Un son métallique… Une bouteille que l’on installe et qu’on manipule d’un geste trop brusque. Maladroit. Une main malhabile, qui manque d’habitude, a serré trop fort la tenaille qui se bloque et dérape sur l’écrou du cordon d’alimentation que l’on veut visser. Cordon qui relie la bouteille à la plaque des fourneaux et y délivre le gaz empoisonné.
À ce moment-là, Mimi Le Boiteux a compris que tout allait changer. Une traîtrise ourdie à son insu. Peu à peu, un jour après l’autre, les choses et les gens… Il a vu tout changer, autour de lui ».
A lire, à savourer et à posséder dans sa bibliothèque !
*Editions Albiana (2019)
 



















Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047