Corse Net Infos - Pure player corse

Le PADD au centre des débats du conseil municipal de Lisula


Rédigé par Maria-Serena Volpei-Aliotti le Lundi 15 Octobre 2018 à 00:33 | Modifié le Lundi 15 Octobre 2018 - 12:17


Avant d'évoquer l'ordre du jour, le conseil municipal de Lisula a débuté vendredi par une minute de silence, en hommage à Émilie Colombani-Orticoni, disparue tragiquement la semaine précédente.


Le  PADD au centre des débats du conseil municipal de Lisula
À l'ordre du jour, un second débat sur le PADD a été le point important de la séance.
Mais dans un premier temps, le maire est revenu sur le prêt relais qui a fait exploser le dernier conseil municipal destiné à financer la réfection de la caserne des pompiers (cf article CNI du 20/09/2018). 

Le maire a en effet annoncé à l'assemblée  qu'il n'avait finalement pas signé ce prêt relais d'un million d'euros. " Nous n'en avions pas besoin. Les travaux ne débuteront qu'au mois de novembre".
Et Marie-Jo Cappinielli de rétorquer " Nous avions donc raison lors du dernier conseil municipal Monsieur le maire ! "
Antoine Guerrini et Angèle Bastiani revenaient également sur la polémique née sur les réseaux sociaux à la suite du précédent conseil où opposition et dissidence étaient accusées de boycotter la caserne.  

Nous n'avons jamais été contre la réfection de la caserne. Nous voulions même la construction d'une nouvelle". 
 

 

La séance s'est en suite recentrée sur le PADD (Projet d'aménagement de développement durable qui définit les orientations générales d’urbanisme et d’aménagement retenues pour le développement futur de l’ensemble du territoire de l'EPCI ou de la commune concernée).
Les membres du comité de pilotage, avaient demandé conseil au sous-préfet de Calvi à la suite de diverses réunions. 
"Pour réaliser un PADD il faut se plier aux chiffres de l'INSEE. Mais il s'avère que ces derniers chiffres ne sont plus d'actualité. Ils sont faux ! Le sous-préfet nous a dit qu'il fallait demander un recensement intermédiaire comme il vous l'avait conseillé et vous monsieur le maire vous nous dites qu'il vous l'a refusé ?" ont expliqué Angèle Bastiani, Antoine Guerrini et Marie-Josèphe Cappinielli, membres du comité pilotage.  


"Entre 2015 et 2018, nous avons perdu 600 habitants. Les chiffres sont erronés." a répondu le maire.
" J'ai demandé par deux fois ce recensement complémentaire. Il m'a été répondu que le prochain recensement aurait lieu en 2020".

"Nous sommes très réservés au sujet de ce PADD. Nous n'avons jamais eu le diagnostic que nous demandons depuis le début. Il doit être en conformité avec le PADD. Nous l'avions également signalé à madame Escoiffier. Et nous n'avons jamais eu non plus l'étude géologique de la commune. Ils ne veulent pas nous les donner". 

 



Sylvie Escoiffier, spécialiste en urbanisme et aménagement du territoire, présente lors du conseil, expliquait. 

"Certes il est important que, vous élus, puissiez vous projeter quantitativement dans l'avenir en terme d'hypothèses de logement mais vous avez aussi à vous positionner d'un point de vue qualitatif.
De ce point de vue, l'ensemble des orientations que vous vous apprêtez à débattre portent sur les enjeux qualitatif d'aménagement. Donc c'est vrai, la question des chiffres est importante mais elle n'est pas au centre du PADD.
L'INSEE aura toujours 3 ans d'écart avec la date du jour. Effectivement, en mai 2018 le PADD dont vous deviez débattre portait sur les chiffres du recensement INSEE connus de 2017. Au regard de ce qui s'est passé lors des 10, 15 dernières années, en hypothèse d'arriver à un taux moyen de 2,05 personnes par ménage en 2030 et vous aviez validé un taux de 30 % de résidences secondaire à l'intérieur du parc logement. Aujourd'hui c'est 50% logements permanents 50 % logements secondaire. Nous étions à 650 logements pour 2030, pour accueillir la population envisagée. En 2015 la commune comptabilisait 3 348 habitants".  

 

Environ 35 logements par hectares sur 35 hectares à urbaniser seraient donc envisagés sur la commune. Le Scott prévoit lui 20 hectares à urbaniser. "Il faudra donc modifier à nouveau ?"






A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie