Corse Net Infos - Pure player corse

Le 51ème centre opérationnel de recherche de l'INRAP s'installe à Vescovato


Rédigé par Livia Santana le Mardi 7 Août 2018 à 14:46 | Modifié le Mardi 7 Août 2018 - 21:54


Ce mercredi l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) et la mairie de Vescovato ont signé le bail qui permettra à l'INRAP d'investir les locaux de l'ancienne gendarmerie à l'automne 2018.


De gauche à droite : Antoine Poli (président de la communauté des communes), Benoît Bruzi (maire de Vescovato) et Daniel Guerin (directeur général de l'INRAP).
De gauche à droite : Antoine Poli (président de la communauté des communes), Benoît Bruzi (maire de Vescovato) et Daniel Guerin (directeur général de l'INRAP).
Il y a moins d'un an, Benoît Bruzi le maire de Vescovato, apprenait la triste nouvelle: la gendarmerie du village sera transférée à Lucciana. Pascal Tramoni, archéologue à l'INRAP en Corse propose alors au maire d'accueillir un bureau de plein exercice de l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) dans les anciens locaux de la gendarmerie. B.Bruzi ne peut que se réjouir de cette nouvelle. 

L'hiver dernier Daniel Guerin, directeur général de l'INRAP se rend donc en Corse pour visiter les lieux et discuter des conditions d'installation dans la commune. Vescovato est idéalement situé par rapport aux recherches archéologiques déjà en cours à Aleria, Lucciana... Après de nombreuses discussions, un accord est conclu : Vescovato accueillera le 51ème site de l'INRAP en octobre 2018. Un service public remplacera donc l'autre. Ce seront quatre à douze chercheurs qui investiront la commune. Ce mardi 7 août, tous se sont réunis à la mairie de Vescovato pour officialiser cela et signer le bail.  

Mais alors qu'est-ce que l'INRAP ? 

L'INRAP est le premier opérateur national de diagnostics et de fouilles archéologiques préventives en France et en Europe. Cet institut national public a pour mission de vérifier pour chaque demande de construction si le terrain n'est pas sur un site archéologique. Pour délivrer les permis d'aménager les chercheurs et archéologues de l'INRAP effectuent des diagnostics. Dans toute la France se sont pas moins de 1800 archéologues qui travaillent pour l'institut. Chaque année en Corse on recense près d'une vingtaine de fouille par an. Ces dernières révèlent de très belles découvertes c'est le cas par exemple des fouilles du site de Mariana à Lucciana. 

Une commune ravie 

Benoît Bruzi se montre très enthousiaste vis à vis de ce projet "L'installation de l'INRAP ne peut être qu'une bonne nouvelle, c'est un service prestigieux ! Cet institut national permet de concilier aménagement du territoire et préservation du patrimoine, c'est un honneur qu'ils nous aient choisi pour s'implanter. Avec la perte de la gendarmerie cela permet également un rééquilibrage institutionnel."

Lorsque l'institut sera implanté, la commune a prévu des visites pour les scolaires qui pourront alors, pourquoi pas, prendre goût à l'archéologie. 
 



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie