Corse Net Infos - Pure player corse

La "maman bohème" Christiane Acquaviva en représentation au théâtre d'Avignon


Rédigé par Maria-Serena ALIOTTI le Mardi 26 Juin 2018 à 14:23 | Modifié le Mardi 26 Juin 2018 - 14:48


Pouvant faire passer du rire aux larmes en un clin d'œil, sur des textes de Dario Fo en collaboration avec Franca Rame et une mise en scène de Serge Lipszyc, Christiane Acquaviva, la surprenante " Maman Bohème" au grand cœur d'A Scintilla Balanina,sera au mois de juillet à Avignon..


Christiane Acquaviva et Serge Lipszyc
Christiane Acquaviva et Serge Lipszyc
- Pourquoi avoir choisi ces textes ? 
C'est une belle histoire. Je ne les ai pas choisis, ils sont venus à moi. J'avais envie de travailler avec Serge Lipszyc. Ayant fait plusieurs formations avec lui à l'aria, j'aimais beaucoup sa façon de travailler, vite et bien. Rien n'est mis au hasard dans son travail. Au début, il m'a proposé un autre texte de Dario Fo, " Une femme seule". Dans notre hésitation, nous avons appelé le traducteur Toni Cecchinato et c'est lui qui m'a proposé "La maman bohème". Il m'a fait un immense cadeau sans même me connaître et m'a envoyé les droits. Pour Médée, je l'ai choisi moi. C'est un texte que je voyais se placer derrière " La maman bohème".  

 

 - Qu'est ce que vous touche dans ces textes ? 
- Ce sont des textes de femmes. Le premier est une narration, un méli-mélo de personnages et de sentiments, tout ça à huis clos. 
Le deuxième parle de la condition des femmes. Au fur et à mesure, la narratrice s'emballe sur la souffrance que les hommes infligent aux femmes. Elle y raconte comment Médée en arrive à tuer ses propres enfants. Pas l'acte en lui même non mais ce qui l'y pousse. J'aime énormément jouer la fin de cette pièce. J'aurai été malheureuse de ne pas la jouer. 

 

 - Comment passe t-on d'un personnage tel que la maman bohème à celui de cette femme ? Car c'est une transition impressionnante. 
- Premièrement, l'écriture de Dario Fo est très forte. Si tu te laisses envahir par ce qu'il a écrit et la manière dont il l'a ressenti, tu ne peux que laisser sortir. Car c'est en toi. On l'a tous en nous. On a tous ces ressentiments de jalousie, de colère, de haine, d'amour. Il faut les prendre pour soi, se les approprier.  
Je vis ces textes. Ils sont en moi quand j'arrive sur scène. C'est une rencontre avec ces femmes. Et clac ça démarre !

 

- Comment avez vous commencé le théâtre ?
- Je suis comédienne de formation aujourd'hui. Parce que je me suis formée à l'Aria il y a environ 9 ans. Je me suis rendue compte que je ne pouvais plus m'en passer. Je ne vivais plus que quand j'étais sur en scène.  
J'ai commencé il y a une dizaine d'années et c'est devenu mon métier depuis environ 4, 5 ans. Aujourd'hui j'anime aux côtés de la comédienne Elodie Baldocchi à la Scintilla balanina des ateliers pour petits et grands. De fil en aiguilles je me suis découvert une réelle passion pour le théâtre.

 

- Racontez nous l'histoire d'A Scintilla ? 
- Nous étions plusieurs à faire du théâtre à l'association familiale culturelle d'Algaiola, chez Marie-Elise où nous avons passé d'excellents moments. Mais enchaîner le soir, après une journée professionnelle, rentrer à la maison puis repartir au théâtre éloignait Algaiola. Nous avons rencontré une comédienne Charlotte Arrighi de Casanova qui avait envie de s'installer sur Lisula, et nous aussi. A Scintilla balanina est née comme ça, d'une bande de copains. 
Nous avons des projets en création, dont une qui touche directement Lisula avec Maria di Lola de Michel Castelli, avec son accord bien évidemment. Aujourd'hui c'est une récompense de pouvoir se produire à Avignon. 

 

- Pourquoi Avignon d'ailleurs ? 
- Mon metteur en scène m'a dit que ce serait un beau spectacle pour Avignon. Des personnes qui vivent ici et à Avignon sont aussi venues voir ma pièces et l'une d'entre elles a démarché afin que je puisse m'y produire. 
L'association a été soutenue par du mécènat et nous avions une certaine somme de côté car nous avions en projet de faire un festival de théâtre au Fogata. Mais il se trouve que Marie-Elise a créé le sien à Algaiola "Stretta in Arte" qui est une réussite. De ce fait, nous pouvons investir Avignon. Cette représentation sera pour nous une vitrine. C'est important de faire connaître ce que l'on fait. 

 

- Si on souhaite vous voir, quelles sont les dates ? 
- Du 6 au 29 juillet au théâtre l'Observance, tous les jours à 11h20. 





Dans la même rubrique :
< >

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine