Corse Net Infos - Pure player corse

La fabuleuse histoire du SC Bastia : Il y a 40 ans le Sporting s'imposait à Newcastle !


Rédigé par le Mercredi 1 Novembre 2017 à 13:51 | Modifié le Mercredi 1 Novembre 2017 - 17:07


Evoquer l'épopée européenne du Sporting 40 ans plus tard, c'est avant tout aligner une série d'images les unes plus belles que les autres. Des images en bleu, bien sûr, toutes cristallisées sur les mille et quelques minutes de bonheur connues par le club entre Septembre 1977 et mai 1978. C'est à dire de Furiani à Eindhoven, une balade merveilleuse qui mérite maints arrêts glanés sur l'album de nos souvenirs professionnels. Les premiers se sont situés à Furiani et au stade José-Alvalade de Lisbonne... Seconds temps forts de cette inoubliable épopée : les deux succès sur Newcastle. A Furiani et en Angleterre, ce qu'aucun autre club français n'avait jamais fait jusque-là...


Des images jaunies par le temps récupérées dans nos archives personnelles
Des images jaunies par le temps récupérées dans nos archives personnelles
Après Lisbonne et le Portugal retour au quotidien à Furiani. Ogjan Pegtrovic, malade, met un terme à sa carrière. Yves Mariot en délicatesse avec son tendon d'Achille, disparaît pour de longs mois. 
De quoi faire grimace Pierre Cahuzac.
L'homme qui a "fait"' le GFCA et qui, dès son arrivée à Bastia, a mené le Sporting en finale de la coupe de France, ne plie ni ne rompt. Il a pris l'habitude de faire avec ce qu'il a. Et il va faire avec. Sans ce soucier de la carte de visite de ses joueurs.
Il en va ainsi avec Dominique Vesir.
Arrivé, avec une flatteuse réputation de Saint-Etienne, le Palois, ne trouve pas grâce à ses yeux.
Terrible, Cahuzac lui conseille même de changer de… métier,  en suivant de très près l'application mise par deux autres jeunes venus, eux-aussi, du Forez dans le cadre du transfert de Jacques Zimako : Jean-François Larios et Felix Lacuesta au talent prometteur, confirmé dès leur première apparition face aux Portugais du Sporting de Lisbonne.


Mais déjà Newcastle se profile à l'horizon du SECB.
A Furiani le 19 Octobre 1977, Cannel et les Anglais tirent les premiers. On redoute le pire pour le Sporting mais, à force de secouer le pommier adverse, Jean-Marie De Zerbi, la surprise de Cahuzac, Fanfan Felix, Johnny Rep, André Guesdon et Charles Orlanducci donnent l'occasion à Claude Papi et au SECB de signer, in extremis, leur troisième victoire consécutive en coupe d'Europe.
A Bastia on exulte. A travers toute l'île on se pince pour bien se persuader que l'on ne rêve pas. Dans l'hexagone, on doute...


2 Novembre 1977. Match retour dans le Nord de l'Angleterre.
Le Sporting est encore plus décimé qu'à Furiani.
Jean-Louis Desvignes, opéré d'un ménisque, est hospitalisé. Georges Franceschetti, en proie à des problèmes musculaires, est contraint au forfait. André Burkhard a été victime d'une double fracture à une jambe.
Mais Larios et Lacuesta sont là et Marc Weller a été confirmé à son poste de gardien.
Titularisé aussi Didier Knayer.
Sur le banc il y a encore Pierre Aussu, Dominique Murati, Joseph Graziani, Jean-Pierre Mattei.
Divine surprise au terme des 90 minutes : cette formation du SECB, que l'on avait présentée comme une équipe de troisième division améliorée, réussit un superbe exploit : celui d'être le premier club français à triompher en Angleterre.
De Zerbi et Rep, à deux reprises, mis sur orbite par Larios et Lacuesta en sont les buteurs historiques.
"Extraordinaires bastiais" titrions nous dans "Corse-Matin
"A côté de moi, Charles Monti et Serge Bonifay, les envoyés spéciaux de la presse insulaire, n'avaient plus de voix" écrivait quelques temps plus tard le regretté Victor Sinet dans "Les Lions de Furiani" en relatant cette fabuleuse soirée anglaise.

Saint-James Park, qui ne connut la même mésaventure que 20 ans plus tard, en est tout retourné en ce jour des… Défunts, mais bien moins, sans doute, que les chaînes de télévision nationales qui, absentes de cette nouvelle; mais victorieuse bataille d'Angleterre; se bornent à donner les images relatant, pour la plupart, la… déroute des autres clubs français.
Qu'importe le message est quand même passé : l'avion qui ramène tout le monde à Poretta, à une heure impossible, est attendu par 2 000 personnes.
"Bastia peut envisager de gagner la coupe d'Europe" affirmait un peu avant, dans la nuit, déjà, fraiche de Newcastle, Johnny Rep, sur le coup plus devin que Dragan Dzajic.

En tout cas Cahuzac apprécie et même s'il clame, haut et fort, que ce succès constitue l'une des plus grandes joies de sa carrière, il tempère rapidement les ardeurs en rappelant que les miracles ne se produisent qu'une fois...

Et pourtant…

16es de finale de la coupe d'Europe de l'UEFA

16 Octobre 1977
A Furiani, SECB : 2 Newcastle : 1 (0-1)
Arbitre : M. Linmeyer (Autriche)
 8 403 spectateurs
Buts pour le SECB : Papi (51e et 89e)
Pour Newcastle : Cannel (8e)


SECB
Weller, Cazes, Orlanducci, Guesdon, Burkhard, Lacuesta, Desvignes, puis Franceschetti puis Larios, Papi, Rep, Felix, De Zerbi


2 novembre 1977
A Newcastle : Newcastle : 1 SECB : 3 (1-2)
Arbitre : M. Thime (Norvège)
34 560 spectateurs
Buts pour Newcastle : Colling (36e),
Pour le SECB : Rep (10e et 67e), De Zerbi (33e)

SECB
Weller, Cazes, Knayer, Marchioni, Orlanducci, Guesdon, Lacuesta, Papi, Rep, Felix, De Zerbi puis Larios




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Novembre 2018 - 17:10 Bastia : La Maison du Sacré Cœur a ouvert ses portes

Dimanche 18 Novembre 2018 - 14:46 Un nouveau club de badminton à Biguglia

S.C.B | A.C.A | G.F.C.A | C.A.B | FC Calvi | US Corté | FB Ile Rousse