Corse Net Infos - Pure player corse

La Corse baigne dans la mer la plus polluée du monde. Pollution, l'affaire de tous


Rédigé par Jacques RENUCCI le Vendredi 15 Juin 2018 à 18:13 | Modifié le Samedi 16 Juin 2018 - 00:40


La Corse baigne dans la mer la plus polluée du monde. Les pouvoirs publics doivent agir, mais aux consommateurs aussi de changer leurs habitudes


La Corse baigne dans la mer la plus polluée du monde. Pollution, l'affaire de tous
Lors de la dernière session de la chambre des territoires, le président du conseil exécutif a érigé la gestion des déchets en priorité absolue. Il a eu raison d'insister sur le sujet, mais cette disposition ne doit pas concerner que les intercommunalités ou la CdC. Chacun doit y mettre du sien dans une approche disciplinée qui confine à l'urgence.  
La Corse poubelle est une réalité, et qui ne se voit que trop : décharges sauvages au détour des routes, même dans des sites remarquables, gravats de travaux déversés par des entreprises peu scrupuleuses, matelas et vieux réfrigérateurs jetés des ponts, il est difficile dans tout cela d'accuser les touristes ! L'ONU a organisé des journées de sensibilisation, mais l'organisation internationale semble sur ce problème aussi désarmée que sur les conflits qui agitent le monde.  


Le plastique envahisseur
Néanmoins, le mot d'ordre de la manifestation mérite d'être retenu : bannissez les plastiques à usage unique. Coïncidence ou pas, WWF publie un rapport sur l'état des eaux qui nous concerne directement. Nos plages de sable fin, leur eau d'un bleu turquoise, tout cela habille une réalité sombre : la Méditerranée, mer fermée, est la mer la plus polluée du monde - les pays européens et les pays d'Afrique du Nord unis dans la même inconscience.
En cause, plus encore que les rejets industriels, les microplastiques, ces particules minuscules d'objets en désagrégation. Ce plastique, selon le rapport, « représente 95% des déchets en haute mer, sur les fonds marins et les plages de la Méditerranée. » Chacun a entendu parler du « vortex de déchets » du Pacifique nord, un continent grand comme trois fois la France flottant entre deux eaux. En Méditerranée, la concentration de microplastiques y est quatre fois supérieure. Pourtant, l'utilisation du plastique n'existe que depuis une centaine d'années, et la pollution n'a vraiment démarré qu'il y a cinquante ans !  
Victime de cette pollution en premier lieu, la faune marine, par ingestion, piégeage (dans des filets de pêche abandonnés par exemple), ou blessure. Oiseaux, poissons, rien n'y échappe.Les dommages causés à la biodiversité sont terribles. Mais la pollution a aussi un impact économique sur la pêche. L'Union Européenne, pour sa flotte, estime la manque a gagner directement dû aux plastiques en Méditerranée à plus de 60 millions d'euros.  


Pour une prise de conscience
Sur les 8 millions de tonnes de plastique jetés chaque année dans les océans, la Méditerranée ne laisse pas de prendre sa part. La Méditerranée polluée, c'est trois continent qui déversent, mais c'est aussi un peu nous, les consommateurs dans nos gestes quotidiens. A nous de changer nos habitudes, de rationaliser nos comportements. Les pouvoirs publics prennent avec difficulté des initiatives à caractère écologique (interdiction des sacs de caisse, de la vaisselle jetable, des micro-billes dans les cosmétiques, bientôt des cotons tiges), mais cela reste insuffisant, tout comme le recyclage : 500 millions de tonnes de plastique recyclées au niveau de la France, contre 3 milliards produites. La recherche aussi va dans le bon sens. Le plastique est facile à produire, pratique, léger et peu cher. Aujourd'hui, on travaille à remplacer le polyéthylène mis en cause par un matériau équivalent, mais biodégradable et moins polluant.
Car c'est la durée de survie des déchets qui pose problème : une bouteille de plastique met quatre cents ans à se dégrader. On ne raisonne plus à l'échelle de la vie humaine, mais d'une lutte sur la durée dont chacun doit prendre sa part pour qu'elle réussisse, de l’État au simple citoyen. Cela passe par une prise de conscience chaque jour plus nécessaire.  




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie