Corse Net Infos - Pure player corse

L’Université de Corse, un tremplin vers le cinéma de demain


Rédigé par Università di Corsica Pasquale Paoli le Dimanche 16 Juin 2019 à 16:11

Depuis 2001, l’Université de Corse a mis sur pied deux formations entièrement dédiées à la filière cinéma-audiovisuel. Objectif : former une nouvelle génération de cinéastes et de techniciens pour accompagner le développement du cinéma dans l’île.




Depuis 2001, sa filière cinéma-audiovisuel, proposée par son Institut Universitaire de Technologie – IUT, a mis sur pied deux formations entièrement dédiées au septième art sur le campus de Corte. Objectif : « former dans l’île une nouvelle génération de cinéastes et de techniciens pour accompagner le développement du cinéma insulaire », explique Colomba Sansonetti. Diplômée de l’Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son, cette enseignante en cinéma et audiovisuel est l’une des figures de proue de cette ambition portée par l’Université de Corse. Depuis une vingtaine d’années, Colomba Sansonetti a participé à la mise en place des deux formations proposées à Corte dans ce domaine. Créée en 2001, une Licence professionnelle Techniques du son et de l’image a pour but de former les étudiants aux missions d’assistant dans tous les secteurs de la conception et de la réalisation audiovisuelle. Articulée autour de la technique de l’image, du montage, du son, de la réalisation et de la production, cette formation s’accompagne d’un développe- ment de sociétés de production et de plusieurs projets.  

« Nos enseignements sont axés sur une logique de mise en pratique des acquis, souligne Colomba Sansonetti. Les étudiants suivent des cours en préparation, tournage et production, et passent in fine à la réalisation de fictions, de documentaires et de films de commande ».
Depuis 2001, environ 400 étudiants ont ainsi été formés dans le cadre de cette licence professionnelle, dont plus de 300 techniciens travaillant en Corse ou ailleurs. Si elle a permis d’apporter des compétences techniques, cette formation a surtout contribué à structurer une filière jusqu’alors assez sporadique dans l’île. « Historiquement, une activité cinématographique a existé en Corse dans les années 1960 et 1970, rappelle Colomba Sansonetti. Cependant, jusqu’à la fin des années 1990 elle n’avait pas bénéficié d’une véritable structuration avec des techniciens formés pour ré- pondre aux besoins de son développement ».

Dans le même esprit, afin de monter en compétences dans le domaine des métiers du cinéma et de l’audiovisuel, l’Université de Corse a mis sur les rails, en 2008, un diplôme universitaire (D.U.) dont la responsabilité pédagogique a été confiée à Colomba Sansonetti. Baptisé CREATACC, pour « Créations et techniques audiovisuelles et cinématographiques de Corse », ce D.U., cofinancé par la Collectivité de Corse, est centré sur l’écriture, la réalisation et la production.

Envisagée comme une résidence d’artistes pour faire émerger de jeunes talents, cette formation limite chaque année ses effectifs à une douzaine d’étudiants pour conserver cette approche, et vise à former des auteurs, réalisateurs ainsi que des producteurs. Pour faire en sorte que les films produits dans le cadre du D.U. puissent être diffusés à la télévision et puissent participer à des festivals, la filière cinéma-audiovisuel de l’Université de Corse a bâti un partenariat avec le groupe de recherches et d’essais cinématographiques (GREC) afin de permettre à ses étudiants de s’engager dans une première réalisation ou production. Pendant une année, ils montent leur scénario, préparent leur tournage et réalisent leur film, encadrés par des professionnels.

Depuis 2008 environ 80 étudiants, insulaires, continentaux et internationaux, ont ainsi pu se for- mer dans le cadre de ce diplôme universitaire afin de développer leurs projets ou leur société de production. Au total, une cinquantaine de films et de documentaires ont été réalisés par les étudiants du D.U. CREATACC depuis sa création. Benoît Bouthors en a fait l’expérience. À 28 ans, ce jeune diplômé d’un BTS en audiovisuel a choisi de poursuivre son parcours dans le cadre de ce diplôme universitaire qu’il a suivi entre 2013 et 2014. « Ma formation initiale de technicien m’a incité à aller plus loin et m’a donné l’envie de réaliser mon propre projet, explique Benoît Bouthors. La formation au sein du D.U. CREATACC m’a permis de franchir le cap de la réalisation ».

Résultat : à la sortie de cette formation et au terme de plusieurs mois de travaux, le jeune cinéaste a pu réaliser un second court-métrage. Intitulée « Di quà da i monti », cette fiction a même obtenu, à l’été 2017, le prix du réputé festival du film de Lama dans un programme de courts-métrages.

De ce point de vue, la démarche de l’Université de Corse s’inscrit dans un renouveau du cinéma corse. Entre les productions qui posent leurs caméras dans la région, les comédiens qui y font leurs premiers pas et les créations insulaires qui éclosent, ces dernières années la Corse est devenue peu à peu un personnage important de l’industrie cinématographique. De plus, l’île compte aujourd’hui environ 250 techniciens et quelque 150 acteurs. Mieux : le nombre de jours de tournage, tous formats confondus, a été multiplié par cinq en huit ans, passant de 225 en 2009 à près de 1200 en 2017, selon les chiffres de la Collectivité de Corse.

Une dynamique qui se retrouve également sur le plan économique : les tournages rapportent environ 7 millions d’euros à l’économie locale chaque année.

Rédaction mai 2019 / Diffusion juin 2019


L’Università di Corsica, un puntellu per u sinemà di dumane

Dapoi u 2001, hà messu in ballu l’Università di Corsica duie furmazione dedicate à a filiera di u sinemà è di l’audiovisivu. U scopu : furmà una generazione nova di sineasti è di tecniziani per ac- cumpagnà u sviluppu di u sinemà inde l’isula.  


Dapoi una vintina d’anni, face parte di l’ambizione di l’Università di Corsica : dà un rollu maiò à a Corsica inde u sviluppu di l’industria sinematografica. Hè vera ch’ella hè tamanta a scumessa. Ma bisogna à dì ch’ella si hè datu i mezi di fà la l’Università di Corsica.
Dapoi u 2001, a so filiera sinemà-audiovisivu, pruposta da u so Istitutu Universitariu di Tecnulugia – IUT, hà messu in ballu duie furmazione dedicate à u settesimu arte nant’à u campus di Corti. U scopu : « furmà inde l’isula una generazione nova di sineasti è di tecniziani per accumpagnà u sviluppu di u sinemà isulanu », spieca Colomba Santonetti. Diplumata da a Scola naziunale supe- riore di i mistieri di a maghjina è di u sonu, face parte st’insignante di i puntelli di st’ambizione pur- tata da l’Università di Corsica.  
Dapoi una vintina d’anni, hà participatu Colomba Sansonetti à a messa in ballu di e duie furma- zione pruposte in Corti inde stu duminiu. Creata in u 2001, una Licenza prufeziunale Tecniche di u sonu è di a maghjina hà per scopu di furmà i studienti à e missione d’assistante inde tutti i settori di a cuncezzione è di a rialisazione audiovisiva. Cuncipita in giru à a tecnica di a maghjina, di u muntame, di u sonu, di a rialisazione è di a pruduzzione, s’accumpagna issa fumazione da un sviluppu di sucetà di pruduzzione è di parechji prugetti.  
« S’arrembanu i nostri insignamenti à una messa in pratica di l’acquisti, face sapè Colomba San- sonetti. Seguiteghjanu i studienti parechji corsi in priparazione, di filmata è pruduzzione, è passanu in fine à a rialisazione di fizzione, di ducumentarii è di filmi di cummanda ».
Dapoi u 2001, sò stati furmati circa 400 studienti inde u quadru di sta licenza prufeziunale, frà i quali più di 300 tecniziani chì travaglianu in Corsica o altrò. Hà permessu di arrecà cumpetenze tec- niche, ma soprattuttu di cuntribuisce à a custruzzione di una filiera chì era abbastanza debbule inde l’isula. « À u livellu storicu, ci hè statu un’attività sinematografica in Corsica inde l’anni 1960 è 1970, ramenta Colomba Sansonetti. Eppuru, toccu a fine di l’anni 1990, ùn avia ancu avutu una strutturazione vera cù tecniziani furmati per risponde à i bisogni di u so sviluppu ».
Inde u listessu spiritu, per accresce e cumpetenze inde u duminiu di i mistieri di u sinemà è di l’au- diovisivu, hà messu in ballu l’Università di Corsica, in u 2008, un diploma universitariu (D.U.), chì li hè stata data a rispunsabilità pedagogica à Colomba Sansonetti. Chjamatu CREATACC, per « Creazione è tecniche audiovisive è sinematografiche di Corsica », issu D.U., co-finanzatu da a Cullettività di Corsica, insegna in giru à a scrittura, a rialisazione è a pruduzzione.
Hè cuncipita sta furmazione cum’è una residenza d’artisti per fà spuntà i talenti giovani, limiteghja ogni annu i so effettivi à una duzina di studienti per cunservà st’accustera, è vole furmà autori, riali- zatori è pruduttori.

Da ch’elli pudessinu esse diffusi à a televisiò è inde i festivali i filmi prudutti inde u quadru di u D.U., a filiera sinemà-audiovisivu di l’Università di Corsica hà fattu un partinariatu cù u Gruppu di ricerca è d’assaghji sinematografichi (GREC) per ch’elli si pudessinu impegnà i studienti inde a so prima ria- lisazione o pruduzzione. Mentre un annu, facenu u so scenariu, approntanu a so filmata è ria- lizeghjanu u so filmu, aiutati da parechji prufeziunali.


Dapoi u 2008 circa 80 studienti isulani, cuntinentali è internaziunali si sò furmati per via di issu D.U. per sviluppà i so prugetti o a so sucetà di pruduzzione. In fatti, sò stati rializati una cinquantina di filmi è di ducumentarii da i studienti di u D.U. CREATACC dapoi a so creazione. N’hà fattu a spe- rienza Benoît Bouthors. À 28 anni, issu giovanu diplumatu di un BTS in audiovisivu hà sceltu di se- guità u so parcorsu per via di issu D.U. ch’ellu hà seguitatu trà u 2013 è u 2014.

« A mo furmazione iniziale di tecnizianu m’hà incuragitu à andà di più luntanu è m’hà datu a voglia di rializà u mo prugettu propiu, spieca Benoît Bouthors. M’hà permessu a furmazione di u D.U. CREATACC di francà u passu di a rialisazione ».
Risultatu : dopu à sta furmazione è à capu di parechji mesi di travagli, hè pussutu rializà issu gio- vanu sineastu un sicondu filmu cortu. Titulatu « Di quà da i monti », si hè ancu buscatu issa fizzione, per l’estate di u 2017, u premiu di u famosu festivale di u filmu di Lama inde u prugramma di i filmi corti.


Da stu puntu di vista, si scrive a dimarchja di l’Università di Corsica inde un cuntestu di rinnovu di u sinemà corsu. Trà e pruduzzione chì venenu à stallà e so camerà inde a regione, i cumedianti chì ci facenu i so primi passi è e creazione isulane chì spuntanu, sti pochi anni hè diventata a Corsica un persunagiu impurtante inde l’industria sinematografica. Conta oramai l’isula circa 250 tecniziani è 150 attori. Megliu : hè statu multiplicatu via cinque in ott’anni u numeru di ghjorni di filmata, d’ogni furmatu, passendu da 225 in u 2009 à guasi 1200 in u 2017, d’appressu à i sciffri di a Culletti- vità di Corsica. Una dinamica chì si ritrova dinù à u livellu ecunomicu : e filmate permettenu à l’ecunumia lucale di buscà si circa 7 milioni d’eurò ogni annu.




Communiqués | L'université | L'estru piuvanu















Newsletter




Galerie
Cadets de la Sécurité civile
Cadets de la Sécurité civile
I Piulelli
I Piulelli
Girandella di a lingua in Cervioni
Girandella di a lingua in Cervioni
Cambridge-air-Corsica
Cambridge-air-Corsica
Tournoi Fortune Lebras
Tournoi Fortune Lebras
Sainte Restitude
FC Balagne
U Soffiu di Balagna
Festa di U Veranu
Jeux des Iles
Sainte Restitude