Corse Net Infos - Pure player corse

L'ACA ne résiste pas au retour breton


le Dimanche 28 Octobre 2012 à 21:06 | Modifié le Mardi 30 Octobre 2012 - 21:20


L'ACA qui menait à la pause (4-1) pensait avoir fait l'essentiel, mais c'était sans compter avec ces diables de Lorientais qui, sous l'impulsion de Ludovic Giulyn, ont réussi à rétablir une situation pour le moins critique. Un nul incroyable, rageant et très regrettable que l'ACA pourrait prendre comme une défaite tant l'écart était grand en première période.


L'ACA ne résiste pas au retour breton

U scontru

Sur un très bon rythme global, la première banderille est plantée par l’ACA et va sévèrement toucher le taureau Lorientais, puisque Belghazouani ouvre le score dès la première minute, sur un petit flottement de la charnière centrale des locaux : 0-1 alors que le coup d’envoi vient juste d’être donné. Un début idéal pour l’ACA, mais les Bretons, piqués au vif, réagissent, et Aliadière butte sur Ochoa, qui contre du pied. La suite sera tout autant à l’avantage des Oursons, qui concèdent quand-même une bonne frayeur avec un coup-franc dans la surface. Sur leur seconde opportunité, Mutu va enfin débloquer son score, et reprend sans contrôle un centre au cordeau d’Eduardo, battant ainsi Audard pour la deuxième fois de l’après-midi. Le break est fait alors qu’on ne joue que depuis dix minutes.

Lorient va alors prendre plus son temps, et construire plus sagement. Et cela va payer, 33eminute, Lautoa réduit la marque sur une énième erreur de relance Ajaccienne. Mais la défense Lorientaise, pourtant plus sereine sur les dernières minute, va craquer à cinq minutes de la pause. Eduardo appelle la balle dans le dos de Baca, reçoit la passe de Belghazouani, élimine son vis-à-vis avant de battre Audard à son tour du droit : 3 buts à un pour les visiteurs ! Quel réalisme de la part de l’attaque Ajaccienne ! Un vrai bol d’air pour l’ACA qui subissait de plus en plus. Et ce n’est pas fini, puisque sur une action rondement menée, Belghazouani trouve sans coup férir Diarra, lequel remet pour Eduardo. Pas attaqué, le Brésilien envoie un vrai Scud dans la lucarne droite d’Audard, encore et toujours impuissant. Quatre buts à un, et un doublé pour Eduardo, que dire de plus sinon que Lorient n’est absolument pas à la hauteur de l’évènement…

 

Après la pause, tout va s’inverser. Lorient va une nouvelle fois surprendre l’ACA. Diarra se troue, Barthelme, entré en jeu, lance Aliadière qui ajuste Ochoa pour le second but Breton. Encore du spectacle, avec Mutu qui manque le doublé d’un rien, encore sur un placement hasardeux de la défense. Lorient reste cependant très dangereux devant trouvant le poteau par Barthelme. Le public du Moustoir est exemplaire et donne de la voix, devant ce match fou, où chaque offensive est dangereuse. Mutu rate d’un rien le 5-2 à l’heure de jeu, et Lorient continue d’appuyer et a désormais le ballon, après la sortie d’Eduardo, l’homme du match coté Ajaccien. L’entrée de Giuly à vingt minutes du terme amène de la vitesse, coté Lorientais, et surtout des buts. Le troisième des locaux est inscrit par Aliadière de la tête, sur corner, et l’ACA va alors verrouiller son jeu, malgré la pluie incessante de ballon dans la surface d’Ochoa. Cela n’y fera rien, puisque Giuly offre à Sunu le 4-4 sur un plateau, seul au second poteau. Un nul incroyable, rageant, et très regrettable, que l’ACA pourrait prendre comme une défaite, tant l’écart était grand en première période.

 

L’ACA

 

Se présentant en 4-4-2, avec Mutu en retrait, la formation Ajaccienne semble bien rodée et a montré de belles choses à l’entrainement. Et il ne faut pas longtemps pour que le système offensif mis en place par Dupont fonctionne, puisque dès la première minute, un ballon anodin est mal dégagé par la défense Bretonne, et profite à Belghazouani, qui ouvre le score du gauche. L’ACA va alors subir une grosse pression, bien aidée il est vrai par la faute grossière d’appréciation d’Ochoa, qui prend à la main un ballon remis par Mostefa, et donne un coup-franc dans la surface, heureusement stoppé par le mur. Sur l’action suivante, les Oursons font le break, et Mutu ouvre son compteur but. Le centre d’Eduardo est sereinement repris sans contrôle par le Roumain qui ajuste Audard plat du pied droit : 2-0, c’est imparable et c’est la réussite qui ponctue le début de match des Oursons. Certes, il pleut sur la région Ajaccienne, mais le soleil brille alors sur l’ACA ! Le meilleur début de match depuis bien longtemps pour les Ajacciens. Tout se passe bien dans tous les secteurs du jeu, Diawara et Diarra abattent un boulot considérable dans la construction, et Faty en fait de même à la récup’.

Cependant, la relance va être le péché mignon de l’ACA dans cette première période, et les Oursons vont être punis, puisque Lautoa réduira la marque, sur un bon centre d’Aliadière.

Pas inquiété par ce but, Eudardo, en forme olympique, marque ses second et troisième buts de la saison, un plat du pied sans trembler, et un coup de pied qui fait trembler la lucarne d’Audard. Un véritable exploit pour l’ACA, qui fait le meilleur match à l’extérieur depuis une éternité.

Défensivement, le second but encaissé juste après la pause a cristallisé les problèmes que rencontrent les Ajacciens dans ce match. Mais offensivement, on constate que l’ACA est très très présent, même si Mutu manque d’application sur sa deuxième occasion. Le Roumain manque encore le but, mais trouve le cadre à l’heure de jeu, sur un contre et un super centre d’Eduardo, remplacé juste après par André. Mutu est alors seul en pointe. Cela va rendre un peu muet l’attaque de l’ACA, qui procède uniquement en contre, et récupère plus bas. La défense continuera de souffrir sous les coups de butoir d’Aliadière… qui réduit la marque sur un corner, alors qu’Ochoa avait admirablement détourné le ballon… L’ACA est encore trop passif sur les coups de pied arrêtés. Puis l’ACA va enterrer ses derniers espoirs à la dernière seconde, Bouhours laissant à Sunu le loisir d’ajuster Ochoa. L’ACA s’en mord les doigts, et se contentera d’un point. Il faudra d’autres argument défensifs face à l’OM, mais surtout, oublier cette mi-temps cauchemardesque en tous points.

 

L’avversariu

 

Les Lorientais sont eux aussi dans un schéma classique, malgré les absences de certains cadres. Pour autant, la défense ne semble pas en place, et pour cause, concède l’ouverture du score dès la première occasion Ajaccienne. Les flottements se multiplient, et sur la seconde offensive construite de l’ACA, Audard doit s’incliner devant Mutu. Encore une fois, la défense centrale est quasiment inactive. Sonnés, mais pas abattus, les Bretons veulent reprendre le jeu à leur compte, et tentent proprement de construire, devant des Acéistes très bien regroupés, et laissant peu d’espaces. Traoré et Aliadière s’échinent, mais venue la vingtième minute, le statut quo persiste.

Mal placée à plusieurs reprises, la défense Lorientaise subit et souffre à chaque centre de Diarra, et à chaque appel de Mutu, bien soutenu par Eduardo. Offensivement, on commence à poser le jeu avec un Laotoa très actif, et un Traoré très volontaire. Les appels de Monnet-Paquet n’y font rien, et Aliadière est sans-cesse repris par la patrouille, malgré une belle débauche d’énergie.

Mais le pressing offensif va porter ses fruits, puisque sur une interception de Lautoa, Aliadière est décalé instantanément pour un centre, repris par le même Lautoa qui bat Ochoa à la demi-heure de jeu.

La défense ne s’en trouve pas rassurée, et va encore plier par deux fois. Eduardo fait parler tout son talent devant Baca pour le 3-1, puis devant la surface, un tir puissant sur lequel Audard ne peut rien, mais que les défenseurs auraient pu au moins essayer de contrer…Apathiques, arrêtés les arrières Lorientais sont logiquement punis.

Lorient est récompensé de ses efforts offensifs, et Aliadière profite d’un flottement dans la défense Ajaccienne pour marquer dès le retour des vestiaires. Mais à l’inverse, la défense n’est toujours pas en place, et couvre les hors-jeu. Sur un nouveau ballon lointain, Koné se rate de la tête, et Mutu file au but, mais ouvre trop son pied devant Audard. Christian Gourcuff continue de faire grise mine, et Koné se blesse même sur l’action. Barthelme et Traoré continuent de faire le spectacle, mais sans la réussite adéquate. Aliadière va redonner espoir au Moustoir sur corner, justement récompensé de tous ses efforts avec ce doublé idéal, à moins d’un quart d’heure du terme. Puis c’est Giuly, entré en jeu, qui va se montrer déterminant, offrant le quatrième sur un plateau à Gilles Sunu, avec un centre parfait. C’est le coaching qui sauve les Bretons, totalement à la rue en première mi-temps, et tellement courageux en seconde.

Olivier CASTEL


Stadiu di u Moustoir (Lorient)
Dumenica u d’Uttrovi di u 2012
FCL 4-4 ACA (1-4)
Scopi : W.Lautoa (33a)J.Aliadière (46a, 79a)G.Sunu (90a+4) pà Lorient ; C.Belghazouani (1a)A.Mutu (11a)D.Eduardo (39a, 45a) pà Aiacciu
Avvertimenti : Bourillon 12a pà Lorient ; Mutu (35a), Poulard (41a), André (85a)
 
FCL: Audard- Baca, L.Koné, Bourillon, Lautoa (cap) – Romao, Corgnet- Jouffre, Monnet-Paquet- Aliadière, Traoré.  Add. : Christian Gourcuff
ACA: Ochoa- Diawara, Medjani (cap), Poulard, Bouhours- Faty, Mostefa- Diarra, Belghazouani- Mutu, Eduardo.  Add. : Alex Dupont
Arbitru : M. Cailleux




Dans la même rubrique :
< >

S.C.B | A.C.A | G.F.C.A | C.A.B | FC Calvi | US Corté | FB Ile Rousse