Corse Net Infos - Pure player corse

Covid : "Il y a de fortes chances que la troisième dose soit généralisée dans les prochains mois"

C'est l'avis de Mylène Ogliastro, virologue et membre du conseil scientifique de Corse


Julia Sereni le Dimanche 14 Novembre 2021 à 11:07

Alors que le président de la République Emmanuel Macron annoncé l'intégration d'une troisième dose au pass sanitaire des plus de 65 ans, la possibilité d'une cinquième vague se précise. Mylène Ogliastro, virologue et membre du conseil scientifique de Corse, fait le point, pour Corse Net Infos, sur les enjeux de la situation sanitaire actuelle.



Photo illustration Michel Luccioni
Photo illustration Michel Luccioni

Le président de la République a annoncé qu’au 15 décembre, le pass sanitaire des plus de 65 ans serait conditionné à une troisième dose de vaccin. Pourquoi ce rappel est-il nécessaire ?

Cela fait suite à des travaux faits sur des cohortes assez importantes aux États-Unis et en Israël. Après une réaugmentation du nombre de cas, Israel a généralisé la troisième dose, d’abord aux plus fragiles, puis à l’ensemble de la population, et les résultats ont montré que cela faisait descendre l’incidence. A posteriori, aux États-Unis, les chercheurs ont analysé l’immunité dans une cohorte en regardant sa durée à différents âges. Cela a montré que chez les plus de 65 ans, l’immunité « mémoire » décroit de façon inquiétante avec le temps, ce qui fait qu’elles peuvent se trouver en situation de fragilité. En résumé, avec l’âge, la mémoire défaille, y compris la mémoire immunitaire, c’est ce qui justifie de vacciner de nouveaux ces personnes.

Va-t-on vers une troisième dose généralisée à l’ensemble de la population ?

Il y a de fortes chances que la troisième dose soit généralisée dans les prochains mois. Mais ce qui me semble important, c’est d’arriver surtout à une couverture vaccinale mondiale. Protéger les personnes fragiles, cette nouvelle dose est justifié, bien sûr, mais il ne faut pas oublier que le virus circule partout dans le monde et que malgré les restrictions, il nous revient. Nous avons une tendance être un peu autocentrés, alors qu’il y a des pays qui n’ont pas d’accès au vaccin ou une forte défiance vis-à-vis de celui-ci, comme les pays de l’Est. Mais quelle que soit la raison, pour le virus c’est pareil et les conséquences sont les mêmes, et elles sont mondiales.

Comment expliquer la nouvelle progression de l’épidémie aujourd’hui en Corse ?

Il y a probablement un relâchement des gestes-barrières. Le variant se transmet beaucoup, donc si on se relâche, il va se transmettre. Le virus va profiter de nos comportements. Et puis cela est favorisé par la saison, qui fait que nous passons plus de temps dans des lieux clos. C’est un ensemble de facteurs, en réalité. Il ne faut pas alarmer la population, car le vaccin protège à quasiment 100% des formes graves, mais il faut rappeler que même vacciné, on peut être contagieux et transmettre le virus.

Sommes-nous au début d’une nouvelle vague ?

Cela y ressemble, oui. L’augmentation du nombre de cas par semaine fait que l’épidémie progresse. Cela dit, nous avons quand même une diminution du nombre de cas graves et d’hospitalisations dans le même temps. Avec une population vaccinée à 75 % en France, nous avons un niveau de protection qui fait que la population est protégée des formes graves.

Va-t-on approcher un jour de l’immunité collective ?

C’est un concept théorique, selon lequel vacciner un pourcentage important de la population protègerait l’ensemble des personnes. Mais cela n’est probablement pas atteignable avec le Coronavirus à cause des variants et de la forte circulation mondiale avec une hétérogénéité importante par pays. Cela rend un peu floue la ligne de l’immunité collective.





















Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047