Corse Net Infos - Pure player corse

"Cherté de la vie en Corse : le président de la République ne peut fermer les yeux sur les raisons !" selon le PCF


Rédigé par le Mercredi 3 Avril 2019 à 19:10

"Après des années de profits, en partie constitués grâce à la captation des dispositif mis en place dans le cadre de la solidarité nationale, les grandes enseignes Leclerc, Carrefour, Auchan et Casino, présentes en Corse, disposaient en effet de la réserve financière suffisante pour satisfaire la demande formulée par la délibération de l’Assemblée de Corse unanime visant à aligner les prix de 250 produits de consommation courante sur les 25 % des prix les plus bas pratiqués sur le continent, hors Ile de France" notent dans un communiqué Anissa-Flore Amziane, Michel Stefani, dirigeants départementaux du PCF.




"Cherté de la vie en Corse : le président de la République ne peut fermer les yeux sur les raisons !" selon le PCF
Toutefois, sans remettre en cause cette avancée, peut-on renoncer à ce que la clarté soit faite sur 30 années pendant lesquelles des centaines de millions d’euros d’argent public ont été détournés de leur objet : le soutien à la consommation des ménages insulaires ?  

La TVA à 2.5% en Corse au lieu de 5.5% et le franco port, dont il n’est plus question, la baisse substantielle de 18% des tarifs sur la délégation de service public pour le transport de marchandises devraient conduire à ce que les prix des produits de consommation courantes soient plus bas que sur le continent. Chacun sait ce qu’il en est au quotidien. L’INSEE, en 2015, relevait que, sur 9000 références, il y avait un écart de prix de 8.5% par rapport au continent.

Les signataires de la charte ne peuvent donc être absouts, au bénéfice de cette mesure, de leur responsabilité dans la cherté de la vie en Corse. La nécessité de faire la transparence sur un système, qui depuis 30 ans prospère par la captation de la solidarité nationale, demeure.

Cette mesure limitée dans le temps et dans son périmètre, s’agissant des produits concernés, implique un contrôle et des moyens humains et techniques importants. C’est pourquoi il est indispensable que l’Etat, garant des principes républicains, soit pleinement associé à sa mise en œuvre. Dans ce cadre il lui appartient, tout autant, de veiller à ce que la solidarité nationale, engagée en Corse afin de soutenir la consommation des ménages, augmente leur pouvoir d’achat au-lieu de gonfler les comptes en banques d’une infime minorité.

Le président de la République annonce qu’il a pris bonne note des propositions faites par la Collectivité de Corse. Soit, mais il est totalement muet, comme son ministre des finances, sur le système économique piloté par le consortium des patrons corses, constitutif d’un oligopole, dont il est impossible d’ignoré l’existence et l’implication dans la cherté de la vie en Corse. Force est de noter également son silence à propos de la cherté des carburants et de ce qui est imputable aux groupes Rubis, Total et Esso.

Le président de la République doit montrer à Cozzano que l’Etat répondra de manière appropriée à cette situation singulière, contraire à l’intérêt général, afin de rétablir en Corse, par la bonne utilisation de l’argent public, la justice fiscale et sociale.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 24 Avril 2019 - 14:26 Les Jeux des îles 2019 auront lieu à Bastia

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie














Newsletter




Galerie
Galeani
Galeani
Nettoyage Sanguinaires
Nettoyage Sanguinaires
Recyclerie de Corse
Recyclerie de Corse
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Logements sociaux à Budiccioni
Logements sociaux à Budiccioni
Incendie appartement Ajaccio
Incendie appartement Ajacci
Premier bain de l'année à L'Ile-Rousse
Animations de Noël à Porto-Vecchio
Clean walk à Ajaccio
Messe de Noël à Castellucio