Corse Net Infos - Pure player corse

Charte des langues minoritaires : " Un coup d'arrêt à l'égalité" selon Tumasgiu d'Orazio


Rédigé par le Vendredi 22 Mars 2013 à 00:21 | Modifié le Vendredi 22 Mars 2013 - 00:30


Tumasgiu d'Orazio, conseiller municipal, délégué à la langue et à la cultures corses à la ville d'Ajaccio a réagi en ces termes à la décision de non ratification de charte européenne des langues régionales et minoritaires.


L’impossibilité actée, par l’actuel gouvernement, de ne pas pouvoir faire ratifier la Charte Européenne des Langues régionales et minoritaires constitue, au-delà des raisons invoquées, un coup d’arrêt à l’égalité des Langues et des Citoyens en Corse et sur l’ensemble du territoire. Il semble nécessaire que la volonté de progrès, au moins sur cette promesse, puisse se vérifier, en désavouant politiquement même le Conseil d’Etat. De fait le statu quo actuel ne donne pas de réelles chances de survie à la langue corse dans sa Cité et c’est bien le moins que de donner raison à la « Polis ». « Les lois sont faites pour les hommes » et non le contraire, autrement dit on peut écrire le « vrai » droit avec un nouveau statut juridique. C’est une nécessité, ce projet aurait pu viser justement à donner les moyens aux personnes vivant ou aux nouveaux arrivants en Corse d’apprendre le corse. A l’instar des travaux réalisés par les élus de la CTC ou des communes, comme celle d’Ajaccio. Il est parfaitement souhaitable et attendu que dans ce domaine, on puisse aller plus loin et produire du sens, si l'on veut que le nombre de locuteurs cesse de décliner, que les Corses retrouvent la possibilité de maitriser leur identité et enfin que se crée une culture généreuse, ouverte à tous et tournée vers l'extérieur.
La défense de la langue et de la culture corses sont devenues des exigences portées par la majorité des Corses. Elles sont le ciment de notre cohésion et de notre identité et, à l’évidence, l’objet d’un enrichissement intellectuel indéniable.
Pour cela, il est important que chacun s'empare et contribue à ce débat, selon sa vision pour qu'enfin, ensemble on puisse se réunir pour réinscrire la langue corse dans une dynamique positive !



Communiqués | L'université | L'estru piuvanu