Corse Net Infos - Pure player corse

Calvi : Dominique Campana a entamé sa grève de la faim


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Mardi 8 Mai 2018 à 17:11 | Modifié le Mercredi 9 Mai 2018 - 09:01


L'artiste verrier Dominique Campana en conflit avec son assurance et EDF, à la suite à des dommages sur ses fours de production, a entamémardi matin une grève de la faim en s'installant sur le trottoir en plein centre ville de Calvi, devant l'agence locale de son assureur Dominique Campana se dit déterminé à aller au bout de son action.


Calvi : Dominique Campana a entamé sa grève de la faim


Le moins que l'on puisse dire, c'est que le courant ne passe pas entre le Groupe Axa et EDF d'un côté et Dominique Campana de l'autre.
En conflit depuis le mois d'août 2016, à la suite des dommages subis sur des fours de production de l'artiste verrier installé rue des Anges à Calvi, consécutifs, vraisemblablement à des problèmes de surtension constatés ce soir d'août 2016 et relaté sur Corse Net Infos, l'assureur du verrier, le Groupe Axa estime avoir fait tout ce qui était en son pouvoir dans cette affaire, en respectant à la lettre le contrat souscrit par le verrier.

Pour Dominique Campana, l'affaire est tout autre et c'est là que le courant se trouve en triphasé.
Entouré de quelques amis venus le soutenir et de son épouse Carol Haas, artiste plasticienne, Dominique Campana s'est installé ce mardi matin devant la devanture de l'agence locale Axa, boulevard Wilson à Cavi, actuellement fermée en raison des jours fériés et ponts. A ses côtés un pack d'eau et une petite cagette sur lequel est posé un registre de soutien.
Pour la énième fois, visiblement remonté contre sa compagnie d'assurance, fatigué mais déterminé, Dominique raconte son histoire qui le prive de son activité d'artiste verrier depuis maintenant plus de 965 jours

«  Je n'ai plus rien à perdre. Soutenu par mes amis mais aussi des anonymes, je suis déterminé à aller au bout de mon action, quitte à y laisser ma santé. Ce qui m'arrive peut arriver à tout le monde. Je ne souhaite à personne de vivre ce calvaire » lâche le verrier avec rancoeur.

 " Une nouvelle fois, je vais expliquer que ce soir d'août 2016 les fours de production étaient en fusion au moment de cet incident sur la ligne Haute tension. Nous avons aussitôt pris contact avec le représentant local de notre assurance mais depuis, notre atelier est à l'arrêt pendant que notre compagnie d'assurance, qui est elle aussi celle du fournisseur d'électricité, se renvoient la balle. Ce qui nous paraissait simple a rapidement tourné au cauchemar pour nous. Nous nous sommes retrouvés au cœur d'une bataille entre Axa et EDF  et depuis, chacun se renvoie la balle sans se soucier le moins du monde de notre situation.  
A ce jour  nous avons touché une provision de 10 000€ alors qu'il faut au strict minimum 36 000€ pour faire repartir ces fours.  Je ne parle bien évidemment de la perte d'exploitation».

 
La position de la direction d'Axa France
Joint par téléphone Eric Lemaire, Directeur de la Communication et porte-parole d’Axa France, a accepté de donner la position de la compagnie sur ce dossier.
 « Nous sommes conscients que Monsieur Campana est aujourd’hui dans une situation très délicate que nous regrettons, et comprenons que son sinistre étant intervenu en 2015, il souhaite aujourd’hui trouver une solution. C’est pourquoi Axa s’est toujours engagé à l’accompagner dans l’exercice de son recours pour trouver dans la mesure du possible une issue favorable. Pour autant, comme tout assureur, Axa ne peut pas déclencher des garanties contractuellement inapplicables ».



Acceptation par M. D. Campana d’une indemnisation à hauteur de 10 402 € 
 Avant de poursuivre et afin que chacun puisse comprendre le fond du dossier, et aussi comprendre les éléments essentiels permettant d’éclairer le déroulement des événements et d’expliquer la position d’AXA France, le porte-parole d'Axa France fait la genèse de ce dossier :
 «   En mars 2015 (soit avant le sinistre) M. D. Campana modifie son contrat d’assurance sur certains points, et ne souhaite pas, malgré les conseils de son agent, bénéficier de meilleures garanties en bris de machines pour ses fours, permettant notamment l’indemnisation des pertes d’exploitation


Le 31 aout 2015, deux coupures successives de courant entrainent indirectement des chocs thermiques qui provoquent la détérioration de 2 fours verriers;

 Le 6 janvier 2016 : le rapport d’expertise Polyexpert pour AXA confirme :
 L’absence de dommages directs causés par l’électricité (surtension, sous-tension ou court-circuit), ce qui implique que la garantie « dommages électriques » ne peut pas jouer ; L’existence de chocs thermiques sur les 2 fours, postérieurs aux coupures, qui permettent donc d’appliquer la garantie « bris de machines »


 Le 7 mars 2016 : acceptation par M. D. Campana d’une indemnisation à hauteur de 10 402 € au titre du bris de machines. Cette indemnisation, conforme à nos engagements contractuels, n’intègre pas les pertes d’exploitation puisque la souscription à cette garantie spécifique n’avait pas été privilégiée en mars 2015 par M. D. Campana. Les éléments réfractaires des fours ne sont pas plus indemnisés car ils ne sont pas intégrés dans la garantie bris de machine ;


 Le 13 janvier 2017, bien qu’ayant validé la proposition d’indemnisation d’Axa, M. D. Campana décide de la contester avec une procédure judiciaire visant à faire reconnaitre que le sinistre relève du dommage électrique et que nous devons cette garantie (incluant les éléments réfractaires exclus du bris de machine) et la perte d’exploitation.

 
Le 23 février 2018, le rapport de l’expert nommé par la justice établit que les dommages sont bien les conséquences de chocs thermiques intervenus suite aux coupures EDF. Le rapport confirme qu’il n’y a pas eu de surtension, de sous-tension ou de court-circuit pouvant seuls mobiliser la garantie dommages électriques du contrat. AXA ne peut donc pas faire jouer cette dernière garantie qui est inapplicable ».
Et de conclure :
« Nous sommes maintenant dans une phase d’attente des conclusions du juge qui seront rendues le 13 juin 2018 ».

Audience judiciaire fixée au 13 juin 2018

 Agent Axa à Calvi, responsable de l'agence incriminée par Dominique Campana, Véronique Astolfi s'es aussi exprimée sur cette affaire en choisissant comme son client les réseaux sociaux. De son intervention on retiendra :
«  Nous sommes bien conscients que Monsieur Campana est aujourd’hui dans une situation délicate et nous le regrettons. Mais, conformément à nos engagements contractuels, nous avons indemnisé le 24 Mars 2016, soit 6 mois après le sinistre du 31 Aout 2015, au titre de sa garantie bris de machine, les dommages aux fours pour la somme de 10 402,44 € (un montant qui a été validé et accepté par Monsieur Campana) .
Pour mieux comprendre le contrat professionnel qui nous lie à Mr Campana, il faut savoir que celui-ci prévoit 2 garanties bien spécifiques :
- La garantie dommages électriques, qui couvre les dommages liés à l’action directe de l’électricité: surtension, sous tension, court-circuit et foudre (mais pas les coupures d’électricité).
Cette garantie peut également couvrir la perte d’exploitation à condition que celle-ci ait été souscrite en complément, ce qui n’était pas le cas. 
- La garantie bris de machine, qui intervient lorsque les dommages ne sont pas liés à l’action directe de l’électricité. 
C’est cette dernière garantie qui prend en compte la cause du sinistre de Mr Campana et indemnise les dommages sur ses fours.

Le 6 Janvier 2016, l’expert a indiqué que les dommages étaient liés à des chocs thermiques (qui ont pour cause les coupures d’EDF : les températures des fours ont enchainé successivement des périodes de chauffe puis de refroidissement) ayant entrainé des fissures sur les éléments réfractaires du four. Ce qui est conforme aux déclarations de Mr Campana qui nous a indiqué avoir subi un choc thermique sur ses fours.
En conséquence, c’est bien la garantie bris de machine qui doit s‘appliquer. Mais celle-ci ne comprend pas la prise en charge des dommages subis par les éléments réfractaires, ni la perte d’exploitation.

Dans le cadre de la procédure judiciaire en cours, l’expert nommé par la justice a également conclu dans le même sens, partant du principe que les dommages étaient là conséquence de plusieurs chocs thermiques survenus après des coupures électriques .

En conséquence, nous avons appliqué les dispositions du contrat que Mr Campana a souscrit auprès de mon agence.
Concernant les montants supplémentaires aux 10 402,44 Euros, que Mr Campana souhaite percevoir, ce dernier a d’abord assigné en référé expertise EDF et AXA pour faire établir la cause des dommages et les responsabilités encourues. 
A la suite du dépôt du rapport judiciaire, une nouvelle procédure de référé a été engagée par Mr Campana pour bénéficier d’une indemnisation complémentaire.
L’audience judiciaire a été fixée au 13 juin, elle aura pour objectif de statuer sur la recevabilité de sa demande. 
AXA s’en remettra naturellement à la décision du tribunal".


Toutes les parties concernées ont eu largement les moyens de s'exprimer sur cette affaire qui est désormais du ressort de la justice.
Dominique Campana a poursuivi sa grève de la faim en passant sa première nuit dans un sac de couchage sur le trottoir, devant l'agence locale d'Axa Calvi.






Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie