Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Le conseil communautaire de la CAB s'achève dans la confusion…


Rédigé par le Mardi 31 Octobre 2017 à 13:05 | Modifié le Mercredi 1 Novembre 2017 - 00:32


Le conseil communautaire de la CAB, qui voguait sur une mer plutôt calme jusque-là, a connu un nouveau "coup de tabac" mardi matin à l'heure où François Tatti, son président, a invité l'assemblée à se prononcer sur son projet de résolution relatif au devenir de l'office public de l'habitat de la Haute-Corse dans la perspective de l'avènement de la collectivité unie le 1er Janvier prochain. Un point ajouté à l'ordre du jour sans l'assentiment du bureau de la CAB. Un procédé contre lequel la majorité communautaire s'est élevée en menaçant de se retirer, en signe de protestation, de l'hémicycle où les rangs se sont soudainement clairsemés après une suspension de séance. Dès lors, faute de quorum, on en est resté là.


Bastia : Le conseil communautaire de la CAB s'achève dans la confusion…
Et c'est dans la confusion, après que les élus, qui siégeaient encore, aient, néanmoins, approuvé la motion de soutien au personnel qui se bat pour l'avenir du Centre hospitalier, motion présentée par Francis Riolacci (notre vidéo), que François Tatti a été contraint et forcé, faute de combattants, de mettre fin à la session.
Tout est parti du projet de résolution du président de la communauté d'agglomération présenté à l'assemblée, malgré l'avis contraire du bureau.
Un peu comme l'avait fait la CAPA, il souhaitait, plutôt que de laisser la future collectivité unie gérer l'office public de l'habitat départemental, engager éventuellement une procédure de rattachement de tout ou partie de l'OPHB à la CAB et non pas à la future collectivité comme le prévoit une ordonnance gouvernementale.

L'initiative a fait bondir la majorité communautaire.
Dans une belle unanimité, on a parlé d'"agacement de la démarche individuelle d'un président non majoritaire", " de "marche forcée", de "manipulation", de "malhonnêteté", de "devoir sur table imposé en fin de session" etc...
On a évoqué un débat qui n'avait pas lieu d'être en citant l'exemple de l'office de la Corse-du-Sud où, malgré l'avis du Conseil régional de l'habitat, le préfet n'a toujours pas rédigé l'arrêté signifiant que la CAPA hériterait de sa gestion.
Bref, on a fait savoir que la majorité n'était absolument pas d'accord avec la méthode employée : on aurait aimé, comme c'est le cas pour tous les autres rapports, que ce projet de résolution soit débattu au niveau du bureau avant d'être présenté à l'assemblée.,
Mais d'autres voix se sont aussi faites entendre pour dire, qu'au-delà de l'affaire qui ne concerne que le bureau, il serait souhaitable que la CAB récupère la gestion des logements sociaux pour "échapper au centralisme ajaccien". Ou bien encore pour se poser la question de savoir comment cette gestion s'opèrera à partir du 1er Janvier prochain.

La majorité a alors demandé à François Tatti de retirer son projet de résolution en précisant qu'en l'état, elle ne voterait ni pour ni contre.
"Nous sommes pas contre le fond, nous nous insurgeons contre la forme. Nous voulons que cette résolution soit retirée tant qu'elle ne sera pas vue en bureau".
François Tatti a persisté et signé. Et maintenu son désir de passer au vote. Parce que, a-t il fait valoir, il était de son devoir de sensibiliser l'assemblée à un problème qui relève de sa responsabilité.
Après une suspension de séance demandée par la majorité, la session du conseil communautaire a repris, mais amputée de plusieurs de ses élus restés volontairement sur la touche…
Dès lors, sans quorum, François Tatti a été contraint de clore les travaux de la matinée sans que le vote qu'il espérait soit intervenu.

Autre sujet ayant donné lieu à débat : le tour de Corse automobile qui repasse par Bastia et le Cap Corse.
Nous y reviendrons.

La réaction de Francis Riolacci
Je me suis rendu ce matin au centre hospitalier de Bastia pour rencontrer et soutenir les syndicalistes CGT en grève de la faim. Je les ai informés de mon intention de déposer une motion au conseil de la Communauté d'Agglomération de Bastia convoqué le matin même à 9 h 30. 

Motion déposée par Francis Riolaccu (PCF) 
Le conseil de la CAB, conscient des moyens humains, techniques et financiers nécessaires au centre hospitalier pour répondre aux besoins sanitaires de la population :
- Apporte son soutien à la lutte des personnels.
- Partage les revendications exposées: ouverture immédiate de négociations par le ministère de la Santé, versement d'une aide de trésorerie de 15 millions d'euros, financement à 100% par l'Etat des travaux de modernisation”.
 
Cette motion devait être examinée et votée en fin de séance. Hélas, à la suite de querelles politiciennes sur la collectivité unique, le départ calculé de certains élus a privé le conseil de quorum et, du même coup, le débat et le vote sur cette motion n'ont pas pu avoir lieu. Je le regrette amèrement au regard des besoins de la population et aux risques physiques pris par les responsables syndicaux pour se faire entendre. Chacun jugera, mais la lutte continue !  



Corse | Entretiens | Elections | Institutions