Corse Net Infos - Pure player corse

Acquacultura : l’Università di Corsica-CNRS è l'acquacultori corsi facenu a scumessa di a qualità


Rédigé par Università di Corsica Pasquale Paoli le Dimanche 31 Mars 2019 à 18:34

Dapoi u 2004, si sò assuciati l'Università di Corsica è u CNRS à u sindicatu di l'acquacultori di Corsica, Mare & Stagni per mette in ballu attività di ricerca in giru à a qualità di u pesciu. U scopu : accumpagnà i prufeziunali inde a so dimarchja di qualità è per a gestione di e so pruviste




Bateau à Sant'Amanza
Bateau à Sant'Amanza
Ùn pate nisunu cuntrastu u custattu. Essendu à l'origine di guasi 53 % di a pruduzzione di pesci inde u mondu sanu, hà sempre l'acquacultura una piazza di prima trinca inde i nostri piatti, secondu u raportu annincu di l'agenzia di e Nazione unite per l'alimentazione è l'agricultura (FOA) stabilitu di 2018. S'ellu hà cunnisciutu stu settore d'attività una crescita impurtante longu à u mondu, in Corsica l'allevu di i pesci hà dinù u ventu in poppa dapoi parechji anni. Hè d'altronde l'isula a prima regione francese per a pruduzzione di pesci maiò, è raprisenta l'acquacultura a seconda attività di spurtazione di Corsica dopu à a viticultura. Di manera più precisa, hè spurtatu circa 80 % di u vulumu pruduttu inde l'acqua isulana ver'di u Cuntinente è u restu di l'Europa.  


Hè inde stu cuntestu chì u sindicatu di l'acquacultori di l'isula, Mare & Stagni, s’hè assuciatu à l'Università di Corsica è u CNRS, cù i laboratorii Scenze per l'Ambiu è STELLA MARE. Travaglia, d’una banda, cù u Laburatoriu STELLA MARE per prumove un'acquacultura duraticcia è per studià e pussibilità di valurizà è di avè una pruduzzione più diversa di e spezie di u liturale corsu (denti, ostrice...). Da l’altra banda, dapoi u 2004 u laburatoriu Scenze per l'Ambiu face studii regulari in giru à a qualità di trè spezie di pesci – u bocca d'oru, a laurata è a ragnola – per via di prilevamenti inde tutte e tenute acquacule di Corsica.


Inde u quadru di stu seguitu, iniziatu d'invernu 2018, hè analizata ogni stagione una decina di pesci d'ogni spezia inde ogni tenuta, vale à dì circa 500 pesci à l'annu. U scopu : studià i parasiti di i pesci, analizà u so tassulu di prisenza è l'apparizione, s'ella ci hè, di patogeni novi. « U fattu di truvà una quantità debbule di parasiti nant'à un pesciu hè un affare nurmale, pò dinù fà d'ostaculu à d'altri parasiti è ùn prisenta nisunu risicu per a cunsumazione di i prudutti, preciseghja Yann Quilichini, ingeniere di ricerca à u laburatoriu Scenze per l'Ambiu. U nostru scopu hè di megliurà a cunniscenza di sti parasiti, di surveglià a so evuluzione è di permette à l'acquacultori di prutege si di pettu à i risichi di pruliferazione eccessiva, tenendu à mente una cunniscenza fine di i tassuli d'infestazione chì sò accettevuli ».


Detta altrimente, un rollu di sintinella chì permette dinù à i scentifichi di l'Università di Corsica è di u CNRS di sfruttà i dati racolti per e so ricerche, è di capisce megliu a dinamica di sti parasiti inde un ambiu cunfinatu. Da stu puntu di vista, sò stati messi in risaltu dui risichi maiò da i cercadori di l'Università di Corsica è di u CNRS : a sopra-infestazione di i parasiti in leia cù e cundizione climatiche, u calore chì pò avè un effettu nant'à a timperatura è a qualità di l'acqua, è l'affaccà di patogeni novi in leia cù u trasferimentu di parasiti à parte si da a fauna salvatica chì campa in giru à e gabbie d'allevu.


« Per l'acquacultori, stu travagliu di capiscitura hè un arnese di gestione chì permette di megliurà a so pruduzzione, spieca Laetitia Masala-Antonelli, in carica di l'animazione di u sindicatu Mare & Stagni è maestra di cunferenza assuciata in biolugia è eculugia à l'Università di Corsica. Li arreca una cunniscenza in più chì li permette di prutege si di i trattamenti preventivi di i pesci ».

Un vantaghju di prima trinca per i prufeziunali isulani di l'allevu. D'altronde, anu dinù cuntribuitu st'arnesi di gestione à sustene a dimarchja di qualità inde a quale si hè impegnatu Mare & Stagni dapoi parechji anni. Li hà permessu d'altronde di buscà si in u 2011 un « labellu rossu » per a qualità di trè spezie di pesciu, u bocca d'oru, a laurata è a ragnola.


Di fatti, impone a cartula di qualità di ùn fà trattamenti antibiotichi nant'à i pesci. Una regula ch'elli anu appiecatu propiu i pruduttori certificati da u labellu rossu, sperendu di accresce a qualità di i so prudutti per vede più luntanu. Dopu à avè si pigliatu u « labbellu rossu », cerca avà u sindicatu di l'acquacultori à alzà a pruduzzione isulana di u pesciu d'allevu à un livellu d'eccellenza buschendu si u certificatu d'Indicazione geugrafica prutetta (IGP) toccu a fine di u 2019.


Aquaculture : l’Université de Corse/CNRS et les aquaculteurs corses misent sur la qualité

Depuis 2004, l’Université de Corse et le CNRS sont associés au syndicat des aquaculteurs de Corse, Mare & Stagni, pour des activités de recherche autour de la qualité du poisson. Objectif : accompagner les professionnels dans leur démarche de qualité et dans la gestion de leurs stocks.  


Le constat est sans appel. En pesant près de 53% de la production totale de poissons au monde, l’aquaculture affirme de plus en plus sa prééminence dans les assiettes selon le rapport biennal de l’agence des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FOA) établi en 2018. Si ce secteur d’activités connaît une croissance soutenue partout sur le globe, en Corse l’élevage de poissons a également le vent en poupe depuis plusieurs années. L’île est d‘ailleurs la première région française en terme de production de poissons adultes, et l’aquaculture représente la deuxième activité exportatrice de Corse après la viticulture. Plus précisément, près de 80% du volume produit dans les eaux insulaires sont exportés vers le continent et le reste de l’Europe.


C’est dans ce contexte que le syndicat des aquaculteurs de l’île, Mare & Stagni, s’est associé à l’Université de Corse et au CNRS en particulier autour des laboratoires Sciences Pour l’Environnement et STELLA MARE. Il collabore ainsi, d’une part, avec le Laboratoire STELLA MARE dans le but de promouvoir une aquaculture durable et d’étudier les possibilités de valorisation et de diversification de leur production sur des espèces issues du littoral corse (denti, huître plate…).  D’autre part, le laboratoire Sciences Pour l’Environnement réalise régulièrement depuis 2004 des études autour de la qualité de trois espèces de poissons - le maigre, la daurade et le loup - par le biais de prélèvements au sein de toutes les fermes aquacoles de Corse. Dans le cadre du suivi actuellement en cours, débuté en hiver 2018, une dizaine de poissons de chaque espèce est analysée par saison dans chacune des fermes, soit quelque 500 poissons par an. Objectif : étudier les parasites des poissons, analyser leur taux de présence et l’éventuelle apparition de nouveaux pathogènes.


« La présence de parasites en petite quantité sur un poisson est tout à fait normale, elle peut même servir de barrière à d’autres parasites et ne présente aucun risque pour la consommation des produits, précise Yann Quilichini, ingénieur de recherche au laboratoire Sciences Pour l’Environnement. Notre objectif est d’améliorer la connaissance de ces parasites, de surveiller leur évolution et de permettre aux aquaculteurs de se prémunir de tout risque de prolifération excessive en ayant une connaissance fine des taux d’infestation acceptables ».


Autrement dit, un rôle de sentinelle qui permet également aux scientifiques de l’Université de Corse et du CNRS d’exploiter les données recueillies pour ses recherches, et de mieux comprendre les conditions qui régissent la dynamique de ces parasites en milieux confinés. De ce point de vue, deux risques principaux ont été mis au jour par les chercheurs de l’Université de Corse et du CNRS : la sur-infestation des parasites en lien avec les conditions climatiques et de fortes chaleurs influant sur la température et la qualité de l’eau, ainsi que l’apparition de nouveaux pathogènes pouvant être liée au transfert de parasites à partir de la faune sauvage autour des cages d’élevage.

« Ce travail de compréhension des cycles de vie de ces parasites est, pour les aquaculteurs, un outil de gestion et d’amélioration de leur production, explique Laetitia Masala-Antonelli, animatrice du syndicat Mare & Stagni et maître de conférences associé en biologie et écologie à l’Université de Corse. Cela leur apporte une connaissance supplémentaire qui leur permet de se prémunir de tout traitement préventif des poissons ».


Un atout de taille pour les professionnels de l’élevage dans l’île. Ces outils de gestion ont d’ailleurs largement contribué à soutenir la démarche de qualité dans laquelle Mare & Stagni s’est engagé depuis plusieurs années. Celle-ci lui a d’ailleurs permis d’obtenir en 2011 un « label rouge » pour la qualité de trois espèces de poissons, le loup, la daurade et le maigre.

Dans ce cadre, la charte qualité stipule en outre l’obligation de ne procéder à aucun traitement antibiotique sur les poissons. Une règle à laquelle se sont astreints les producteurs certifiés par le label rouge en espérant accroître la qualité de leurs produits et afin de voir plus loin. Après l’obtention du « label rouge » le syndicat des aquaculteurs corses ambitionne en effet de hisser la production insulaire du poisson d’élevage à un niveau d’excellence en obtenant le certificat d’Indication géographique protégée (IGP) avant la fin de l’année 2019.






Dans la même rubrique :
< >

Communiqués | L'université | L'estru piuvanu














Newsletter




Galerie
Galeani
Galeani
Nettoyage Sanguinaires
Nettoyage Sanguinaires
Recyclerie de Corse
Recyclerie de Corse
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Logements sociaux à Budiccioni
Logements sociaux à Budiccioni
Incendie appartement Ajaccio
Incendie appartement Ajacci
Premier bain de l'année à L'Ile-Rousse
Animations de Noël à Porto-Vecchio
Clean walk à Ajaccio
Messe de Noël à Castellucio