Corse Net Infos - Pure player corse

"A Dumanda" pour A Festa di a lingua le jeudi 18 octobre à Calvi


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Mardi 16 Octobre 2018 à 10:56 | Modifié le Mercredi 17 Octobre 2018 - 01:33


U ghjovi u 18 ottobre à 7 ore di sera à a Pulveira, "U Svegliu Calvese" prisenta "A Dumanda" d'Anton Checkhov, traduttu in corsu da l'attelli di "U svegliu calvese" sott'a dirizzione d'André Markowicz cù Marie-Paule Franceschetti, Henri Olmeta è François Canava. Misa in scena: Orlando Forioso



À voi tutti, appassiunati, si pò dì ancu amanti di a nostra lingua - di a lingua è di u
teatru- v’invitemu à sparte cù noi, u piace d’una lingua sputica chì cì conta una
passata...russia !

Ùn siate incheti ! Lighjendu u riassuntu, simu sicuri che vo truvarete certe sumiglie
trà i campagnoli russii è quelli di quì !
Eccu i fatti : un sgiò, una spezia di gentleman-farmer, più farmer che gentleman,
campa cù a figliola sempre fantina. Ella, Natalia, hè una donna fattiva, assai
primurosa di l’affari di a famiglia. Ma, fin’avà, nè i so soldi, nè e so pruprietà, nè e
so qualità ùn gli anu permessu di truvà un maritu . Eccu ch’affaca un vicinu propiu
ben messu : Hè un omu chì soffre di tutti i malanni di a terra, ma chi ripiglia fiatu si
qualchissia disprezza u so bè. Hè vinutu à fà a so dumanda. U babbu di Natalia
nè hè tuttu cummossu ! Ella, ùn capisce micca u scopu di a so visita : si mettanu à
parlaccià di i s’affari, è una parolla piglia l’altra, sti dui baulli si liticanu, senza chì
mai quella dumanda ùn sia fatta ! U babbu di Natalia si framette, è l’affari parenu
accuncia si. Ma tandu parte un cuntrastu nant’à i cani ! S’averà da fà, o micca, stu
matrimoniu ?
Voi, a vecu digià, pinsate à u Sgiò...à a Signora...Micca nomi !
Vinite piuttostu à scopre a seguita di a storia cù noi ! Vinite à gode una lingua
assai spiritosa. Vinite à sparte un mumentu d’incontru lindu è tranquillu, induve a
lingua aiuta à lià è micca à staccà.
« La demande en mariage » est l’une des pièces courtes d’Anton Tchekhov, que
nous avons traduite en corse en 2015 : cette année-là, U Svegliu Calvese avait
invité André Markowicz, le traducteur de la littérature russe chez Actes sud, à
diriger un atelier de traduction qui nous permettrait de passer du russe au corse,
avec, bien sûr, le secours indispensable du français. Partant du postulat que le
corse est une langue à part entière, nous avions estimé qu’elle pouvait participer à
une confrontation avec l’un des représentants de la littérature universelle : Anton
Tchekhov. Ce fut un atelier très joyeux, très vivant et très dense qui nous a permis
d’entrer dans l’esprit d’une langue, de son époque et de son rythme, grâce à la
pédagogie et à la générosité d’André Markowicz : son talent nous a fait entrevoir
les arcanes, la richesse et la beauté de la langue de Tchekhov.
Nous vous invitons aujourd’hui, à voir le résultat de cette expérience, qu’Orlando
Forioso a mis en scène, après avoir participé lui-même à l’atelier de traduction.
L’intrigue de la pièce est simple : Il y a donc le père, Stepan Stepanovitch
Tchouboukov, sa fille, Natalia et le voisin, Lomov. Ce dernier voudrait l'épouser et,
pour ce faire, il vient demander, comme la coutume l'exige, sa main. Cependant,
la principale concernée n'est pas au courant. Tchouboukov donne sa bénédiction
à son futur gendre. Il appelle alors Natalia pour lui faire part de la nouvelle mais il
n'en a pas le temps car la conversation tourne au vinaigre à propos d'un morceau
de terrain que Lomov s'attribue. Comment Natalia réagira-t-elle lorsqu'elle
apprendra que celui qu'elle vient d'insulter copieusement était là pour lui faire sa
demande en mariage ?
Nous espérons que les amoureux de la langue, ceux qui la parlent, aussi bien que
ceux qui sont sensibles à sa musique, ou qui ont envie de la parler, auront à cœur
de partager cette rencontre avec une langue qui se veut lien plus qu’objet de
division.

ENTREE LIBRE



Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine