Corse Net Infos - Pure player corse

Valerie Orsoni à l'assaut du Denali en Alaska


Rédigé par le Vendredi 14 Juin 2019 à 09:06

Valérie Orsoni, corse d'origine comme son nom l'indique, est coach spécialisée en fitness et nutrition devenue dirigeante d'entreprise. Installée à San Francisco, elle a fondé la société de coaching à distance LeBootCamp.com (minceur et bien-être) en 2006 qui connait un succès fulgurant. Depuis quelques années elle s'est découvert une passion pour les plus belles ascensions, passion qui vient s'ajouter à ses activités. Ainsi après l'Aconcagua elle s'est lancée depuis le 7 Juin à l'assaut du Denali en Alaska pour une ascension réputée plus difficile que celle de l'Everest !




Les dernières nouvelles de Valérie Orsoni
Les dernières nouvelles de Valérie Orsoni
Voici ce qu'elle écrivait sur son blog quelques jours avant le départ.


Ça y est, c’est le grand départ pour le Denali (6190m) ! Après de longs mois de préparations : physique mais aussi matériel, nous voilà sur le départ.
Le principal à garder à l’esprit quand on part faire un sommet est que :

Atteindre le sommet est bon pour l’égo

Les préparations, le voyage et l’aventure sont la nourriture de l’âme


Nous serons quatre dans notre expédition : Ksenia mon amie russe avec qui je fais les 7 sommets mythiques (le plus haut de chaque continent), Artem, Raj et moi-même.
Ksenia, vous la connaissez car vous l’avez vue de nombreuses fois dans mes posts et dans sur mon blog. Elle est russe, vit à Moscou, est prof de grimpe et guide de haute-montagne. Elle a gravi l’Elbrus (5642 m) plus de 30 fois, le Lenin Peak (7134m) deux fois, l’Aconcagua avec moi et le Mont-Blanc de multiples fois. Elle a aussi remporté les 200km du Lac Baïkal et d’autres courses folles. Bref, c’est une badass girl.

 


Elle a une pêche d’enfer et une force incroyable. Dans notre « couple », c’est la nana qui va chercher la neige pour la faire fondre. Moi ? Je monte la tente et m’occupe de l’intérieur. Chacun son job.
D’ailleurs, voici quelques propos très choquants. Plusieurs fois, en nous voyant toutes les deux, nous a-t-on dit :

« vous faites ça sérieusement ? », « vous êtes homosexuelles ? »


À la première question j’ai envie de répondre, non, vraiment, on part en tongs et sans préparations, vous savez nous les femmes….
Et à la deuxième : oui nous sommes gay car pourquoi deux femmes voudraient-elles faire de la montagne si elles ne sont pas homosexuelles ? Sérieusement ?!?
Je me dis que quand on voit deux hommes qui partent faire une montagne, nous ne pensons jamais à leur orientation sexuelle qui ne nous intéresse pas, et les deux questions qui nous viennent à l’esprit sont en général :

« Impressionnant, vous vous êtes entraînés comment ? », « Vous avez fait quoi avant ? »
Je ne suis pas féministe mais franchement, ce genre de remarques…..


Alors que j’en parlais avec un ami, il m’a répondu « ben normal, vous partagez la même tente »….heu..et les hommes aussi que je sache. Bref…encore un bastion bien macho s’il en est !
Cela étant dit, à notre groupe de deux nanas, se joint Artem, une force de la nature ! Je n’ai jamais rencontré un athlète de ce niveau. Quand on a fait l’Aconcagua, il l’a fait en 3 fois moins de temps que moi, courant pratiquement jusqu’au sommet. Il a enchaîné sur l’Everest qu’il a atteint le 25 mai puis a foncé en Pologne faire un double marathon pour le lendemain sauter dans un avion direction l’Alaska pour faire le Denali avec nous. Il a aussi remporté les 200km du Lac Baïkal comme Ksenia (elle, un an plus tôt). Il est aussi champion du monde d’orientation en haute altitude et vainqueurs de multiple compétitions de sky running. Bref, le type d’une force herculéenne. Je me dis qu’au pire, je peux sauter dans son traîneau si je suis fatiguée, kidding.

 

Enfin, Raj, un ami montagnard malaysien plein d’énergie qui a fait le Vinson en Antarctique puis l’Aconcagua avec nous, et tous les autres sommets des 7 à l’exception de l’Everest. Il avait tenté le Denali l’an dernier mais les conditions météos très mauvaises l’ont forcé à faire demi-tour.

 

Le 5 juin donc, direction Anchorage pour 24 heures de vérification de matériel, puis direction Talkeetna, dernier point de civilisation avant le grand nord.
Enfin le 7 juin nous nous envolons dans un petit coucou qui nous posera sur un massif de glace/neige pour un départ immédiat.
Sur le Denali, il n’y a pas de camp de base avec table de billard, tentes bien chaudes, thé ou café, et autres douches et sanitaires. Rien, on vous laisse et vous partez, seuls.


Un grand moment de solitude en perspective…..
Forza et faites bien votre Bikini Express 2019 !

ps : un grand merci à mon super sponsor Oemine Krill qui me sauve les chevilles, les poignets, bref, toutes les articulations dont je souffre depuis que je suis toute petite !. Avec le code BOOT, vous avez 50% sur leur site pour les omega-3 krill 🙂 : Oemine.fr

 


On peut suivre la progression du Coach Minceur & Bien-être LeBootCamp   sur Instagram https://share.garmin.com/ValerieOrsoni





A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie













Newsletter




Galerie
Cadets de la Sécurité civile
Cadets de la Sécurité civile
I Piulelli
I Piulelli
Girandella di a lingua in Cervioni
Girandella di a lingua in Cervioni
Cambridge-air-Corsica
Cambridge-air-Corsica
Tournoi Fortune Lebras
Tournoi Fortune Lebras
Sainte Restitude
FC Balagne
U Soffiu di Balagna
Festa di U Veranu
Jeux des Iles
Sainte Restitude