Corse Net Infos - Pure player corse

Université bloquée et grève de la faim pour « dénoncer le déni de démocratie d’Emmanuel Macron »


Rédigé par Pierre BERETTI le Lundi 12 Février 2018 à 21:15 | Modifié le Mardi 13 Février 2018 - 00:30


Les syndicats étudiants se sont réunis dimanche et ainsi que nous l'avons dit, ont voté une grève et une grève de la faim pour une partie d’entre eux afin de « démontrer ainsi leur détermination pleine et entière à voir respecter les aspirations du Peuple Corse ».


La grève de la faim a été décidée lundi soir en assemblée générale
La grève de la faim a été décidée lundi soir en assemblée générale
Décidément la visite de président de la République Emmanuel Macron aura fait couler beaucoup d’encre. Les trois syndicats étudiants de l’Université de Corse Ghjuventù Indipendentista, Ghjuventù Paolina et Cunsulta di a Ghjuventù Corsa ont entamé une grève ce lundi « contre les positions de l’Etat français à la suite des propos d’Emmanuel Macron ».
Onze étudiants ont même commencé une grève de la faim.
Paul Salort représentant de Ghjuventù Indipendentista en fait partie.

« Nous constatons le comportement de l’Etat Français qui oppose une totale fermeture à une volonté démocratique indéniable et indiscutable. La situation en est presqu’ubuesque. Par trois fois les urnes insulaires ont parlé en révélant le souhait des corses de voir un certains nombres de points changer. Pour autant l’Etat ne les prend pas en considération. Au delà de nos appartenances politiques, nous soutenons la majorité territoriale dans son combat pour la défense de ce principe démocratique.

 



"Il était important de montrer à la société corse que sa jeunesse est bien consciente des enjeux pour notre île et qu’elle se mobilise. Nous souhaitons donc à travers ce mouvement sensibiliser au-delà du cadre estudiantin. La jeunesse corse est déterminée, confiante et prête à agir, à défendre la démocratie et à dénoncer également le déni de démocratie dont font preuve le Président et son gouvernement ".
Le hall de la fac de droit de l'université de Corse a donc été investi par les étudiants afin de manifester leur mécontentement. Ils ont passé leur première nuit sur place. Ils décideront des suites à donner à leur mouvement ce mardi.
Un peu partout sur l'île des lycéens les ont suivi et soutenu. 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie