Corse Net Infos - Pure player corse

Prix Don-Joseph Morellini : Les lauréats récompensés


Rédigé par le Jeudi 26 Février 2015 à 10:20 | Modifié le Samedi 28 Février 2015 - 02:37


La cérémonie de remise du prix littéraire Don-Joseph Morellini, qui récompense les auteurs en langue corse ou écrivant sur la Corse, a eu lieu mercredi après-midi ans les salons d’honneur de l’Hôtel du Département


Prix Don-Joseph Morellini : Les lauréats récompensés

François Orlandi, président du conseil général de la Haute-Corse et les membres du jury (conseillers généraux, universitaires et libraires) ont tous salué la qualité des œuvres littéraires primées avant de distinguer les lauréats.

Le palmarès ?
« Ieiettu » de Guidu Benigni,
« Cosa ci sarà sta sera o teatru ?  » de Georges de Zerbi
«Haine et politique en Corse » de Antoine Franzini,
« Histoire de la Corse », œuvre collective dirigée par Antoine-Marie Graziani,
 « Nos anges » de Jean-Baptiste Predali.
Outre les élus départementaux le jury était composé de Jacques Fusina, Jacques Thiers, Marie-Hélène Ferrandini, Ghjermana De Zerbi, Pierre Negrel, Josette Dall’ava Santucci et Mathieu Graziani


« Ieiettu » de Guidu Benigni

Ieiettu est le portrait d'un antihéros... Né sous une étoile malicieuse, il ne peut " bander " que de façon hors normes. La vie paysanne de ce début de XXe siècle n'est pas douce pour celui qui est issu d'une famille pauvre. Mais, comme on dit, même les ronces donnent des fruits... Et Ieiettu, lui aussi, après avoir fait les frais de quelques situations désopilantes, connaîtra son heure de gloire et même de bonheur.

 

« Cosa ci sarà sta sera o teatru ?  » de Georges de Zerbi

Sgiacchì (Jacky) et sa femme Filusella habitent à Bastia, place du Théâtre. Un soir, une animation inhabituelle règne sur cette place provoquant aussitôt le premier quiproquo du roman. A la question posée par Sgiacchì : « Qu’y a-t-il donc ce soir au théâtre ? » Filusella, en réponse, recherche dans le journal le programme des spectacles. Presque aussitôt, Sgiacchì va aux nouvelles, accompagné de sa pétulante voisine de palier, et ce, au grand dam de Filusella. La suite ne sera qu’accumulation de quiproquos, jeux de mots, situations cocasses, soutenues par le dialecte savoureux de Bastia et par la sacro-sainte « magagna », chère à la culture et à l’esprit des Bastiais

 

« Haine et politique en Corse » de Antoine Franzini

En janvier 1785, Stefano Monti écrit à Fabiano Bertola, son ancien élève, une longue lettre emplie de verve et de fureur. Dans ce texte truculent, la présence insistante de la sexualité se mêle à des considérations sociales cruelles sur la famille du jeune homme. 

Une fois venu 1789, les deux hommes s'engagent en première ligne dans les partis opposés de la Révolution française. Cette lettre exceptionnelle et les événements révolutionnaires où Stefano et Fabiano sont emportés offrent à l'historien l'occasion d'observer au microscope la politisation de l'intime. 

Ces deux personnages, nés dans la Balagne du XVIIIe siècle, incarnent la violente opposition entre une démarche vertueuse, sensible à la simplicité des mœurs, chère aux républicains, et le modèle du raffinement et de l'efféminement « aristocrate ».

 

 

« Histoire de la Corse », œuvre collective dirigée par Antoine-Marie Graziani

L’historien a dirigé une fine équipe de chercheurs et de spécialistes pour nous offrir nouvelle Histoire de la Corse aux éditions Piazzola. L'ouvrage de plus de 600 pages, en couverture cartonnée, a réuni les meilleurs spécialistes du passé de l'île comme auteurs, dirigés par Antoine-Marie Graziani, l'un des plus éminents d'entre eux.

 

 « Nos anges » de Jean-Baptiste Predali

Ce matin-là, un employé municipal, Augustin, découvre un nourrisson sur la décharge publique d’un quartier de Borgu-Serenu. Dans ce faubourg déshérité où l’on prie Notre-Dame de la Miséricorde et raille avec volupté la police, l’ange miraculé s’installe bientôt dans les conversations, chacun commentant avidement le mystère de cette apparition. Tandis que l’événement attise la curiosité de la presse, la justice diligente une enquête que les solidarités ancestrales à l’oeuvre au sein de la petite communauté locale ne tardent pas à condamner à l’échec.


Le prix Don-Joseph Morellini

Le prix Don Joseph Morellini a été créé, en 2009, par le département de la Haute-Corse pour récompenser des ouvrages en langue corse ou en langue française traitant de la Corse. Du nom du Directeur général des services, homme de lettres et défenseur de la langue corse, ce prix entend témoigner, chaque année, de la richesse, du dynamisme et de la créativité de la littérature insulaire et participer à la préservation de l’identité culturelle par la maîtrise et la pratique de la langue.



Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine