Corse Net Infos - Pure player corse

Ponts de Mai : Un mal ou un bien ?


Rédigé par Jacques RENUCCI le Mardi 8 Mai 2018 à 20:15 | Modifié le Mardi 8 Mai 2018 - 23:17


Avec la succession de jours fériés et de ponts, l'économie productive tourne au ralenti. Mais certains secteurs, en particulier le tourisme, profitent de la période


Ponts de Mai : Un mal ou un bien ?
Ce mois de mai 2018, avec jours fériés et ponts correspondants, sera particulièrement « à trous » pour l'activité économique, en particulier dans les secteurs de production. Mais cette baisse est-elle aussi néfaste qu'on pourrait le penser ? Les spécialistes sont en désaccord sur le sujet.  
Quatre jours fériés dont deux en une semaine, les circonstances sont propices à une évasion hors du travail. Et les Français ne se privent pas de répondre aux sollicitations du farniente proposé par un alignement des planètes particulièrement favorable. Le paradis. Depuis des mois, les « bons plans » pour occuper cette période pullulent sur le Net... L'esprit est donc aux vacances. Il est vrai que tout est réuni pour qu'il en soit ainsi. Par exemple, un salarié qui calcule bien son affaire peut ne travailler que quinze jours dans tout le mois. Et cette exigence de repos ne supporte aucun obstacle, aucune contrariété. Selon un sondage, près d'un parent sur deux sacrifie la classe des enfants, étant entendu que l’Éducation nationale ne fait pas le pont – même si les enseignants parlent de « mépris » et trouvent là une preuve supplémentaire que la famille, irresponsable et démissionnaire, est dissociée de l'acte éducatif.  


Un million de touristes étrangers
Il va sans dire que le ralentissement d'activité a une incidence directe sur l'économie du pays. Dans le monde de l'entreprise, les baisses de chiffre d'affaires deviennent la conséquence obligée du travail en pointillé, surtout dans les domaines concaténés où le travail de l'un dépend du travail de l'autre. Face au ralentissement obligatoire, toutes les solutions sont envisagées jusqu'à la fermeture, quitte à rattraper le manque plus tard.  


Certains économistes estiment la perte globale à 4 milliards d'euros, soit 0,19 point de PIB. Mais d'autres sont plus nuancés, pour deux raisons. D'abord, parce que l'affaiblissement de certains secteurs est compensée par un accroissement de dynamisme dans d'autres : le tourisme en général, l'hôtellerie, la restauration, les transports augmentent leurs gains saisonniers et cela pèse dans la balance. La manne se déverse aussi vers les particuliers. Ainsi, sur le site de Airbnb, on se félicite d'un calendrier particulièrement généreux : un million de visiteurs est attendu en mai. Il faut les recevoir. Gain moyen par « hôte » sur un pont : 476 euros.  


Ensuite parce que, si l'on fait un bilan annuel, l'année 2018 compte 253 jours ouvrés, soit un de plus que l'an dernier. De plus, dans le décompte des jours fériés, on perd le 14 juillet, qui tombe un samedi, le 15 août un mercredi, le 11 novembre un dimanche... Heureusement, le 25 décembre et le 1er janvier se situent un mardi. Encore deux ponts probables pour bien terminer l'année.  





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Décembre 2018 - 22:37 Saint-Florent : 2 700 € pour le Téléthon

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie