Corse Net Infos - Pure player corse

Plan Local d’Urbanisme d’Ajaccio : Il engagera la ville pour plusieurs années


Rédigé par José Fanchi le Mardi 13 Novembre 2018 à 18:16 | Modifié le Mardi 13 Novembre 2018 - 22:27


En Octobre 2015, le conseil municipal d’Ajaccio prescrit la révision générale du Plan Local d’Urbanisme. Le projet, défini au regard des contraintes imposées par les Lois Alur et Grenelle de l’Environnement, compatible avec le PADDUC, a été présenté lundi soir au conseil municipal


(Photo Michel Luccioni)
(Photo Michel Luccioni)
C’était le sujet du jour au conseil municipal de lundi, mais au préalable, Stéphane Sbraggia, premier adjoint délégué aux finances a présenté quelques dossiers liés au budget principal de la ville, au budget annexe de stationnement et ANRU avec quelques interventions de l’opposition sur certains sujets comme l’ancien projet de parking ou encore sur la baisse significative du C.A. et autres sujets de l’actualité financière.


Où l’on parle de l’extension urbaine…
L’on est aussitôt entré dans le vif du sujet avec les grandes orientations du Plan Local d’Urbanisme présentées par le maire, Laurent Marcangeli, qui a rappelé le travail effectué au cours des trois dernières années pour mieux situer l’étape décisive pour l’avenir de la cité et cela pour plusieurs années. Il a insisté sur le travail réalisé, la méthode, la phase d’instruction et le choix arrêté de 2015 :
« Nous nous sommes engagés à présenter à la population les grandes orientations de ce PLU. Ce sont des choix voulus, de développement, d’aménagement, cela pour plusieurs années. Je souhaite que ce projet présenté à travers ce document, engage la ville vers d’autres manières de faire. Si c’est conforme, plus rien n’est censé s’opposer à sa progression, à son aboutissement, c’est la loi ! Le PLU doit être voté afin de décider de son avenir et de son développement.  Ce document a été travaillé, retravaillé, mais il faut marquer des pauses, notamment en ce qui concerne l’extension urbaine. Ce document le démontrera.  La croissance de la ville d’Ajaccio a parfois dépassé les autorités publiques. C’est une réalité historique. La croissance de la ville est l’une des plus fortes d’Europe. La croissance démographique de la CAPA, c’est 460%. Ce document doit tenir compte de contraintes légales, supra communales. Si nous passons aujourd’hui un nouveau PLU, c’est parce que ce mois-ci, il sera indispensable pour les communes, de mettre en compatibilité leurs différents organismes avec le plan d’aménagement (Padduc). Ce n’est pas sans contraintes mais elles s’imposent aux maires, Le Padduc est un document lourd, qui a été débattu de manière longue à l’Assemblée. Ce document, aujourd’hui, a une valeur qui s’impose aux maires, aux élus locaux. Il peut impacter l’aménagement futur de la ville, de la CAPA, de la Corse. Il engagera la ville d’Ajaccio pour de nombreuses années. Pendant trois ans, nous avons intégré les avis de tous, sans exception. Il y a des problèmes réels qui vont être mal vécus par de nombreux Ajacciens. Il y a une part de choix de ce que nous voulons et il y a la part de ce que nous subissons dans ce document car il y a des textes que nous n’avons pas créés, des réglementations que nous n’avons pas votées. Cela s’imposera de force à la ville. Il est important de le rappeler. »


Une longue procédure
Depuis le débat sur le PADD en Mars 2016, le PLU d’Ajaccio a progressé dans son zonage au regard des différents enjeux mis en évidence tout au long de la procédure :
 
  • Durant les phases d’atelier et d’échanges avec la population en réunions de quartier
  • A la suite de la présentation du PADD devant les élus et la population
  • Après échanges avec les élus du conseil municipal de la majorité et de l’opposition
  • Après présentation de différentes variantes de zonage et débat avec les personnes publiques associées (Etat, CdC, associations, chambres consulaires, …)
  • Enfin, tout au long de la procédure au travers d’entretiens en Mairie
 
« C’est avant tout une opportunité donnée par la loi d’avoir une vision, une ambition et un portait de la ville pour les quinze prochaines années. A ce titre, le document décline les différentes orientations générales d’aménagement portant tout autant sur le développement et le rayonnement économique, l’amélioration et le renouveau de la trame urbaine, que sur la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel, environnemental et agricole. »


 La concertation est utile 
Nicole Ottavy, adjointe déléguée à l’urbanisme, s’est exprimée à son tour et donné son point de vue sur le PLU qu'elle maîtrise fort bien  et la concertation dont il a fait l’objet.
La concertation est tout d’abord obligatoire. Aujourd’hui, un défaut de concertation peut être un motif d’annulation du document d’urbanisme. Cela étant, c’est aussi une chance de pouvoir confronter notre vision d’élus aux attentes des Ajacciennes et des Ajacciens. C’est pour cela que nous avons souhaité aller plus loin que le simple cadre légal et engager un travail de concertation de longue haleine, qui a figuré le point de départ à l’élaboration du document. Lors des rencontres avec les habitants et les acteurs de la ville, des termes nous ont interpelés : « perte de dynamisme », « vieillissement », « minéralisation »... Des termes qui révèlent une véritable attention et un fort attachement des Ajacciens pour leur ville.
Notre ambition de ville s’est d’ailleurs construite dans une logique de développement durable, autour de trois grandes thématiques :
  • Améliorer le rayonnement et le fonctionnement de la ville
  • Promouvoir un développement urbain équilibré et répondre aux besoins en logements sociaux
  • Protéger et mettre en valeur les espaces naturels et agricoles.
Rappelons que c’est le cabinet d’études de M. Thomas Casalta qui a longuement présenté le Plan Local d’Urbanisme dans toutes ses structures. Le débat s’est ensuite instauré.


90 000 habitants dans 10 ans…
Avant la consultation publique et l’arrêt du texte le 28 novembre prochain,  plusieurs interventions sont intervenues au cours de la soirée, dont celle relative à la construction de 5900 logements pour les 15 ans à venir, ce qui va permettre de passer de plus de 70 000 habitants à plus de 85 000 habitants. Cela semble ne pas avoir convaincu l’opposition nationaliste, notamment Paul Leonetti, qui a parlé d’urbanisation effrénée :
« Cela représente autour de 20 000 personnes de plus sur la ville, je trouve que c’est énorme. Ajaccio avec 90 000 habitants dans une dizaine d’années, cela parait ingérable. Nous sommes aujourd’hui, serrés en matière d’équipement, traitement des eaux, circulation, comment faire. L’hôpital est déjà trop petit, je me demande comment l’on peut envisager une telle progression si importante de la population avec toutes les complications environnementales que cela va entrainer… »  
Le maire a aussitôt répondu à l’intervention du conseiller :
« Cela va permettre de créer 422 logements par an, soit 5900 logements en 15 ans, ce qui nous donne 85 390 habitants. C’est une hypothèse qui tient compte de la vie économique et sociale de notre territoire. Ce sont des constructions encadrées, on ne pourra pas laisser seulement le projet immobilier guider le développement ; il y aura la nécessité d’avoir la connexion avec les équipements, la volonté politique afin de ne pas reproduire des erreurs qui ont eu des conséquences  sur la ville d’Ajaccio. »
J. F.
 

Conseil municipal Ajaccio
  • Conseil municipal Ajaccio
  • Conseil municipal Ajaccio
  • Conseil municipal Ajaccio
  • Conseil municipal Ajaccio





Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Décembre 2018 - 20:37 Le FC Bastelicaccia surprend l'ACA (1-0)

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie