Corse Net Infos - Pure player corse

Per à Pace : Une lettre ouverte au président de la République


Rédigé par le Vendredi 2 Février 2018 à 09:24 | Modifié le Vendredi 2 Février 2018 - 10:02


Le conseil d'administration de Per a Pace vient d'adresser une lettre ouverte au président de la République Française, afin de l'interpeller sur la situation dramatique des migrants. La Méditerranée étant devenue la route la plus dangereuse du monde


Per à Pace : Une lettre ouverte au président de la République
Monsieur le président de la République,
Depuis plus de 25 ans, notre association mène, en Corse et dans de nombreux pays, des actions de solidarité, culturelles, éducatives qui ont pour but de promouvoir Ia paix, la démocratie, le respect des droits humains, la solidarité et le partage.

Nous nous efforçons ainsi d'agir contre l'exclusion, la haine, le racisme et la xénophobie qui, 73 ans après la seconde guerre mondiale, se propagent a nouveau de manière inquiétante dans tous les pays.

La Corse, par sa situation géographique et par son histoire, se trouve au carrefour des civilisations entre les continents Africain et Européen. Elle est depuis des siècles un lieu de rencontre, de métissage et de solidarité. C'est pourquoi nous ne pouvons assister dans
l'indifférence au drame qui se déroule à nos portes et presque sous nos yeux.

Depuis plusieurs mois, des centaines de milliers d'exilés en situation de détresse fuient leur pays en guerre ou en proie a la famine. Venus d’Erythrée, du Soudan, d'Afghanistan, de Syrie ou d'Irak... des hommes, des femmes et des enfants meurent chaque jour, exténués, ou survivent dans des conditions inhumaines et indécentes.

Depuis quatre ans, près de 40 000 sont morts noyés" en tentant de traverser la Méditerranée sur des embarcations de fortune pour trouver refuge en Europe. Ceux qui arrivent en France pour y trouver asile ou pour tenter de rejoindre la Grande Bretagne, se heurtent a une administration et a des forces de I'ordre qui usent trop souvent de méthodes violentes, illégales et contraires aux valeurs de la République, pour les chasser avant même qu'ils n'aient pu faire valoir leurs droits.

Cela n'a que trop duré. Tout être humain mérite d'être traité avec dignité et respect. Un pays aussi riche que le nôtre manque a tous ses devoirs en ne s'engageant pas résolument dans une politique de solidarité et d'aide envers cette partie de I'Humanité qui a tout perdu, ne menace personne et ne demande qu'a vivre.

Ce devoir lui incombe d'autant plus que de par son passe colonial, son soutien a une économie ultralibérale génératrice d'inégalités et destructrice de la nature, sa participation aux conflits qui déchirent le Proche et le Moyen Orient ainsi que I'Afrique subsaharlenne, la France est en partie responsable des situations qui contraignent a l'exil celles et ceux qu'elle considère comme des envahisseurs.

Il est urgent, monsieur le President, que vous mettiez en accord vos actes et vos paroles et que vous agissiez, au niveau national comme
au niveau de l'Union Européenne pour que l'Etat dont vous êtes le principal responsable, accueille enfin ces hommes et ces femmes en détresse avec la bienveillance et I'humanisme que par ailleurs vous prônez.

C'est nécessaire, primordial, mais cela ne suffira pas. En effet nous sommes convaincus que ce problème ne pourra être résolu durablement que par un engagement courageux et déterminé dans la voie de la démocratie, de la justice, du respect des droits fondamentaux pour tous les êtres humains, de la solidarité entre les peuples, de la paix et du désarmement, de la préservation de la nature, de la lutte contre le pillage des ressources naturelles et l'accaparement des richesses par une infime minorité de privilégiés.

Etant persuades que notre courrier ne restera pas sans réponse, veuillez agréer, Monsieur Ie président de la République, l'expression de notre respectueuse considération.

Les membres du conseil d'administration de l’association Per A Pace - Pour Ia Paix :
Marie France Andreozzi, Robert Armata, Muriel Buisson, Jacques Casamarta, Baptiste Chanrion, Agnes Dary, Marcel Jiolat, Guy Lannoy, Pascale Larenaudie,Gwenael Prevert, Yan Prevert, Maurice Renicci, Yves Thierry, Yannick Traverse, Marie-Paule Vittori.



Corse | Entretiens | Elections | Institutions