Corse Net Infos - Pure player corse



Parlement des enfants : L’école Charles Andrei de Bastia en finale!


Philippe Jammes le Mercredi 3 Juin 2020 à 11:21

C’est une belle performance que viennent d’accomplir les 20 élèves de CM2 de Laurence Fleury, professeure à l’école à Charles Andrei dans les quartiers sud de Bastia. Se hisser en finale de la 24ème édition du «Parlement des enfants» parmi les 794 établissements français y participant.



«Le Parlement des enfants est une opération organisée par l’Assemblée nationale avec le ministère de l’Éducation nationale, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger et la Mission laïque française» nous apprend Nicole Barseni, la directrice de Charles Andrei. Cette opération qui a lieu donc depuis 24 ans offre aux élèves de CM2 une leçon d’enseignement civique et moral en leur proposant de découvrir la fonction de législateur. À cet effet, ils sont invités à rédiger, sous la conduite de leurs enseignants qui les accompagnent dans cette réflexion, une proposition de loi, au terme d’une discussion qui doit leur apprendre ce qu’est le débat démocratique. Le thème de cette 24ème édition portait sur l’égalité entre les femmes et les hommes. «En novembre, nous avons inscrit une de nos deux classes de CM2» précise Nicole Barseni «Dans un premier temps nous avons eu l’honneur d’être sélectionnés par l’académie de Corse, parmi toutes les écoles du rectorat, puis une des 4 finalistes sur les 50 écoles restantes au niveau national. Un vote a actuellement lieu jusqu’au 12 juin pour désigner le lauréat de cette édition 2020». Un travail de longue haleine pour ces 20 gamins qui a donc débuté en novembre. «Dans un premier temps, nous avons reçu le député Michel Castellani qui a expliqué son travail au quotidien et les lois qu’il avait défendues ou même proposées. Les enfants ont été très réceptifs et il y a eu un véritable débat.»

Un institut de veille pour l’égalité hommes/femmes

Dès lors les enfants ont choisi de créer une proposition de loi sur le thème donc de l’égalité hommes/femmes. «Il y a eu beaucoup de propositions» révèle Laurence Fleury, professeure de cette classe de CM2 qui avait déjà participé à deux reprises (école Kalliste à Ville di Pietrabugno et école Calloni à Bastia) à ce Parlement des enfants. «Nous sommes une classe participative et tous les jours nous évoquons l’actualité du moment ensemble. Avant d’accepter de représenter notre école à cette 24ème édition nous en avons parlé puis à 99% les enfants ont voulu participer. Dès lors il fallait trouver une proposition de loi». Et les idées ont aussitôt fusé dans la salle de classe. «Nous avons écrit nos idées sur un grand tableau» explique Rayane, 10 ans. «Moi j’ai pensé à l’inégalité dans les courses de Formules 1 où il n’y a pas de femmes» précise Lylia. «Moi c’est sur le problème des sages-femmes» intervient Nabile, «il y a des hommes qui font ce métier, mais ils n’ont pas de nom car on ne dit pas un sage-homme. C’est pas normal». D’autres enfants ont aussi évoqué les difficultés de certaines femmes, mères au foyer, à travailler, les différences de salaires, d’embauches, voire les problèmes de places dans les cours de récréation! «A la récrée, les garçons prennent toute la place dans la cour quand ils jouent au foot, les filles sont obligées de rester dans un coin» explique Mohamed. «Au final les enfants en sont arrivés à vouloir sanctionner ces inégalités hommes/femmes» souligne Laurence Fleury. «Ils se sont même montrés très sévères pour punir les fautifs de ces inégalités. En discutant un peu entre nous, on a finalement décidé de contrôler plutôt que de punir et de créer un institut de veille à l’égalité entre les femmes et les hommes. Nous avons ensuite beaucoup travaillé sur le sujet, notamment en consultant des ouvrages à la médiathèque Barberine Duriani à l’Alb’Oru». Et cette proposition de loi* a suscité les félicitations du jury de l’académie de Corse avec cette mention: «Les membres du jury ont apprécié la rigueur de la rédaction de la loi, l’originalité de la proposition et notamment l’ancrage territorial du dispositif proposé».

Parmi les 4 écoles sélectionnées sur les 50 au niveau national !

Et ce projet a aussi été très apprécié du jury national, composé de députés, de membres de l'Éducation nationale, de l'AEFE et la MLF, qui le 27 mai dernier a retenu cette classe corse parmi les 4 finalistes avec l’école de la Goutte d'Or à Paris (proposition de loi visant «à lutter contre les stéréotypes créés dès notre enfance par les enseignes de jouets et de jeux»), l'école Antoine Bertin de Sainte Suzanne à La Réunion (projet de loi visant «à apporter des changements suite à des constats sur le choix des jouets empêchant l’égalité entre les filles et les garçons et donc entre les hommes et les femmes») et l'école Canto Perdrix II de Martigues (proposition de loi visant «à renforcer l’égalité entre les femmes et les hommes dans le sport). Ces quatre propositions de loi sont depuis ce mardi 2 juin en ligne sur le site du Parlement des enfants, afin que l'ensemble des classes participantes puissent en débattre en classe. Chaque classe choisira, parmi les quatre finalistes, la proposition de loi ayant sa préférence et procédera à un vote électronique sur le site du Parlement des enfants jusqu’au 12 juin à 12h. La classe qui aura obtenu le plus grand nombre de voix à l'issue du vote électronique sera déclarée Classe lauréate de la 24ème édition.

«Même si nous ne sommes pas vainqueurs, nous aurons beaucoup gagné dans cette opération» souligne Laurence Fleury. «Cela a permis aux enfants de travailler les mathématiques, l’histoire, l’instruction civique ou encore le français. Ils vont entrer en 6ème avec de très bonnes bases et je crois que c’est peut-être le plus beau des cadeaux. Notre seul regret c’est qu’en raison de la pandémie nous n’avons pu partir à Paris à l’Assemblée Nationale comme c’était prévu». 

* Proposition de loi de la classe de CM2 de Charles Andrei

«L'égalité entre les femmes et les hommes est un but que la société doit essayer d’atteindre. Il existe une multitude de lois et pourtant les inégalités demeurent.Quelques chiffres qui rendent visibles ces inégalités dans le domaine privé et professionnel :

72% des tâches ménagères sont réalisées par les femmes

42 % des  femmes sont plus diplômées que les hommes (34%)

Malgré le fait qu'elles aient de meilleurs résultats scolaires que les garçons, les filles ne s’imaginent pas aller vers des filières porteuses d'emploi et mieux payées. Elles restent bloquées dans des filières de sciences humaines, lettres, paramédicales, sociales. Les garçons vont plus vers des formations scientifiques, d’ingénieurs ou informatiques.

Quand les femmes entrent dans la vie active, beaucoup travaillent à temps partiel (30,1 % contre 8,2% des hommes). Elles subissent le temps partiel plus que les hommes (9,8 % des femmes contre 3,8% des hommes).

Il existe 24 % de différence de salaire entre les femmes et les  hommes.

Les femmes ont plus de difficultés pour obtenir des places à responsabilités.

Durant toute leur vie les femmes seront plus touchées que les hommes par l’incertitude (54% des femmes ont le RSA contre 46% des hommes).

Tous ces chiffrés étudiés nous donnent envie de créer un Institut qui permettrait d’aider les entreprises à mieux gérer la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, à récompenser celles qui font des efforts mais également à sensibiliser et informer les jeunes et leurs parents sur les idées toutes faites sur les possibilités des filles et des garçons…

L'Institut de veille permettra d’améliorer les mentalités, les conditions de travail, l’orientation scolaire, la mixité des métiers…

 

PROPOSITION DE LOI

Article 1

Il est institué dans chaque département un Institut de veille à l'égalité entre les femmes et les hommes.

 

Article 2

L'Institut de veille est composé de personnes volontaires, formées au préalable par un organisme de formation agréé.

 

Article 3

- L'Institut de veille a pour rôle d'accompagner les entreprises, les associations, les citoyens qui souhaitent prendre en compte au mieux le principe de l'égalité entre les femmes et les hommes dans leur fonctionnement de leur institution et dans leurs projets.

L'Institut de veille donne un avis consultatif.

- L'Institut de veille peut décerner un Label Qualité Egalité aux entreprises qui mettent tout en œuvre pour atteindre l'égalité entre les femmes et les hommes. Un ou plusieurs salariés peuvent déposer une demande d'attribution de Label auprès de l'Institut de veille. La décision d'attribution est prise après enquête.

- L'Institut de veille peut également organiser des séances d'information et de sensibilisation auprès des jeunes et de leurs parents afin de lutter contre les idées toutes faites qui sont les racines des inégalités.»

 


Les CM2 de l'école Charles Andrei à Bastia parmi les 4 finalistes du "Parlement des enfants"
Les CM2 de l'école Charles Andrei à Bastia parmi les 4 finalistes du "Parlement des enfants"




















Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047