Corse Net Infos - Pure player corse

Michel Luccioni raconte la photographie de presse


Rédigé par Vincent Marcelli le Mardi 13 Novembre 2018 à 14:01 | Modifié le Mardi 13 Novembre 2018 - 14:13


Organisées dans le cadre du premier festival de photographie de la Ville d’Ajaccio, plusieurs conférences se déroulent chaque semaine. Michel Luccioni, photographe de presse émérite qui partage désormais ses belles images sur Corse Net Infos, a donné le coup d’envoi de cette manifestation mercredi 7 novembre dernier à la bibliothèque municipale. Une conférence, photos à la clé, d’une heure et demie pour tout savoir sur cette profession…Rencontre avec son auteur…


Michel Luccioni a partagé plusieurs décennies de photojournalisme, son cœur de métier  / Photo Marilyne Santi
Michel Luccioni a partagé plusieurs décennies de photojournalisme, son cœur de métier / Photo Marilyne Santi
- Comment avez-vous présenté votre travail sur la photographie de presse la semaine dernière  ?
- À travers plusieurs thèmes : la carte de presse avec son historique et les critères qui font qu’elle est décernée et la manière de photographier pour l’information. Ce n’est pas une photo d’art ni d’événement. La photo de presse vient en appui d’un texte…

- Comment fait-on une photo de presse ?
- Elle est là pour illustrer une information que ce soit une rencontre sportive, une manifestation, un événement politique, culturel ou encore un fait divers. Elle illustre le texte du rédacteur. D’où le lien étroit entre les deux.

- On peut rester des heures entières pour un seul cliché. Y a-t-il une pression particulière ?
- Oui car on doit être en mesure de sortir la photo la plus proche du texte. C’est pourquoi nous faisons des clichés larges ou des plans plus étroits par exemple pour des portraits ou interviewes. La pression est quotidienne quand il s’agit d’aller sur le terrain et de faire la meilleure photo mais également lors d’un événement de portée nationale où les médias sont là. Il y a une concurrence et il faut être au plus près de l’événement pour avoir la meilleure photo. Sur un fait divers, on accédait très vite il y a une trentaine d’années. Aujourd’hui, avec les barrages, il faut être très réactif et arriver tôt sur le lieu. En outre, et malgré la carte de presse, il faut bien souvent être accrédité pour être présent sur une manifestation très importante.

- Quels conseils donneriez-vous à un photographe débutant dans la presse ?
- S’il veut faire ce métier, il doit, avant tout, être équipé. Je vois trop de jeunes avec de petits appareils photos, ce n’est pas professionnel. Le matériel coûte cher mais la profession nécessite d’être bien équipé. En outre, c’est sans doute plus facile aujourd’hui avec le numérique. Il faut aussi ne pas compter les heures,  mettre un peu de côté les loisirs et être passionné.

- Vous avez suivi de grandes stars du show-biz mais également des chefs d’Etats. Un souvenir en particulier ?
- J’étais très proche de Johnny Hallyday et j’ai également suivi Brigitte Bardot à l’époque où elle était très médiatisée. Pour ce qui est des chefs d’Etats, j’ai débuté avec Georges Pompidou en 1971 et j’ai fini ma « carrière » avec Emmanuel Macron quand il est venu à Ajaccio l’an dernier. Entre-temps, j’ai suivi tous les présidents de Valéry Giscard d’Estaing à François Hollande en passant par François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. J’ai beaucoup de souvenirs mais je retiens le jour où Giscard d’Estaing attendu à Bornes les Mimosas, s’était retrouvé 20 km plus loin à La Londe. En tant que photographe, j’étais à ses côtés, avec son épouse et le maire du village qui était là, surpris et sans tenue de circonstance.




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Décembre 2018 - 20:37 Le FC Bastelicaccia surprend l'ACA (1-0)

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie