Corse Net Infos - Pure player corse

Manca alternativa propose un "sursaut de la gauche"


Rédigé par le Jeudi 25 Décembre 2014 à 21:48 | Modifié le Jeudi 25 Décembre 2014 - 21:55



Manca alternativa propose un "sursaut de la gauche"
L’actualité politique nationale et locale, impose à notre mouvement politique de prendre position.
Au niveau national d’abord, la politique d’austérité menée par le gouvernement n'est pas acceptable et s'inscrit toujours plus dans une politique de recul de nos droits. Nous la dénonçons avec force car elle fait le lit de tous les extrêmes. Cette politique n'est pas une politique de gauche elle crée la désespérance dans l'électorat populaire.
L'Europe libérale n'est pas étrangère à ces reculs de civilisations. Là où il faudrait apporter plus de droits, à l'éducation, à la santé, au logement, à la culture, a la justice, aux droits sociaux... les deux « Manu » (apprentis sorciers du Social / libéralisme) Valls et Macron veulent continuer à déréglementer. Ils mettent gravement et durablement en cause la cohésion sociale dans le pays. 
Hommes et femmes de gauche, militants associatifs et syndicalistes nous ne pouvons accepter cette déroute sociale. Il convient d'éclairer le débat et avec d'autres forces d'appeler le peuple à réagir et réclamer une autre politique. 
Il y a en effet une interpénétration évidente et très étroite entre le déploiement des politiques internationales, nationales et locales... 
La Corse, n'échappe pas aux grandes tendances libérales. Les services publics y sont malmenés ici comme ailleurs. Nous tenons à réaffirmer notre soutien aux salariés de la SNCM et rappelons notre  position déjà exprimée le 17 juin 2014 : « la SNCM ne peut plus être livrée impunément aux spéculateurs, aux prédateurs et aux faiseurs d’illusion. Il faut arrêter le jeu de massacre ! »
Il y a toujours urgence à redonner du sens et à renforcer le service public, à combattre les politiques libérales européennes qui conduisent aux reculs de civilisations, avec tous les déstructurations et démantèlements actuels.   La SNCM, mais aussi la SNCF, la Poste, l’Energie, l’Education, les Hôpitaux sont dans le collimateur avec les Services Publics en général.
Partout les mêmes politiques conduisent aux mêmes effets. Avec tous les dangers de la désespérance… N’oublions pas la leçon des élections Européennes. Là se situe l'urgence pour le Futur....
Concernant la question relative à la collectivité unique pour la Corse (dernière session de l'assemblée de Corse). La démarche de l’instance régionale est dans la droite ligne de la politique européenne suivi par Hollande et Valls avec la création des 13 régions "economiques" en écartant les populations des décisions dans un déni de démocratie.
Les départements ont bien vite été enterrés par une grande majorité de nos élus….
Souvenons nous que la population de l’ile s’est prononcée il n'y a pas si longtemps par référendum contre la suppression des Conseils Généraux.
C’est bien le seul sujet sur lequel il y a eu une position tranchée directement par "le peuple corse". Il n'est donc pas dans les prérogatives des élus régionaux de revenir sur le vote souverain du peuple. Seul celui-ci peut revenir sur sa position. 


Il est impératif de revenir vers les électeurs avant de valider une réforme 
qui changera profondément la structure de nos institutions.
Cela suppose aussi d'organiser une débat sur le fond. Il n'y a rien de pire que les débats à la sauvette, les débats tronqués. 
Pour notre part, la création du Mouvement pour la 6ème république (https://www.m6r.fr/ - https://www.facebook.com/M6Rep ) peut permettre de tels débats. Les militants de Manca Alternativa- Ensemble  participeront à son essor et à sa réussite.
De plus, les changements institutionnels présentés au cours des dernières décennies comme "essentiels, obligatoires, porteurs de progrès, modernes, Etc… " ont-ils été favorables :
A la situation économique de notre ile ?
Au peuple ?
Avons-nous eu une baisse du chômage ?
Les salaires, en Corse, ont-ils augmentés ?
A lutter contre la vie chère ?
Trouvons-nous un logement décent plus facilement grâce à nos institutions ? 
Les citoyens répondront facilement à toutes ces questions et à bien d'autres encore!
Le 25 janvier prochain, avec les électeurs ajacciens nous retournerons aux urnes. Il sera question essentiellement, pendant cette campagne, d’une seule thématique : « la fraude ».
En ce qui nous concerne, nous ne voulons faire « que » de la politique et les candidats, se réclamant de gauche, doivent se positionner clairement :
  • Contre la politique d’austérité menée par Paris et Bruxelles,
  • Pour la transparence dans tous les actes qui seront réalisés dans le cadre de la prochaine gestion municipale
  • Pour une véritable  "démocratie citoyenne " avec consultation de la population pour tous les projets structurants. Ex. : parking Campichi.
  • Pour l’accès de tous, gratuitement, au service de transport public de la ville,
  • Contre le cumul des mandats (1 homme ou 1 femme = 1 mandat)
  • Pour une gestion en régie municipale de l’eau (bien commun de l’humanité)
L’eau n’est pas  une marchandise !
Chaque électeur dispose du droit de choisir ses élus en fonction d’idées politiques ; ne perdons pas ça de vue !
En ce qui nous concerne, et déjà bien échaudés par les précédentes élections (présidentielles et législatives) nous prônons un sursaut de la gauche, d'une gauche qui n'épouse pas les thèses du libéralisme  et attendons  de voir ses déclarations et programmes. C'est la meilleure manière de lutter contre l’idéologie nauséabonde prônée par le FN  et le libéralisme/capitalisme qui sera, n’en doutons pas amplifié demain par la droite extrême Sarkosiste.
 



Communiqués | L'université | L'estru piuvanu