Corse Net Infos - Pure player corse

"Les Corses et la Grande Guerre" primé à Ouessant


Rédigé par le Mardi 1 Septembre 2015 à 23:36 | Modifié le Lundi 19 Décembre 2016 - 09:17


Le Grand Prix du Livre Insulaire a été décerné à l’ouvrage d’Albiana "Les Corses et la Grande guerre". Par ce grand prix, l’association des îles du Ponant a voulu saluer la réalisation d’une œuvre collective qui offre un véritable panorama de la Corse en ces années.


"Issue d’une exposition temporaire à l’occasion des célébrations du Centenaire, ce livre d’une facture éditoriale remarquable a l’ori- ginalité de présenter sous ce format « beau livre » des textes de spécialistes qui, au-delà de la présentation du contexte socio-éco- nomique, nous parlent entre autres des identités régionales à l’épreuve de la guerre – et pas seulement de l’identité corse, comme de la situation scolaire ou encore du fléau de la grippe espagnole dont on oublie souvent qu’elle fit en Europe autant de morts que la guerre elle-même. Enfin il y a un chapitre très émouvant qui nous plonge dans l’actualité la plus brulante en nous rappelant que la Corse, appelée « l’île des Samaritains » reçut des réfugiés Syriens, juifs de Palestine, et Serbes fuyant les exactions commisses dans leurs pays par les belligérants

"Parmi les nombreux ouvrages que les commémorations du centenaire de la Grande guerre produisirent, il était bon de saluer celui-ci qui sort manifestement du lot" a commenté

Danièle Auffray lors de la remise du prix par Denis Paluel, Président de l’association des îles du Ponant.

Les auteurs

Charlie Galibert • Anthropologue, philosophe, écrivain, Lirces (EA 3159), université de Nice-Sophia Antipolis

Eugène F.-X. Gherardi • Professeur des universités, l’Università di Corsica Pasquale-Paoli – UMR LISA 6240

Sylvain Gregori • Attaché de conservation du patrimoine, docteur en histoire de l’université de Provence, chercheur associé au CMMC-Université de Nice, président et cofondateur de l’association d’histoire militaire corse Sintinelle

Jérémy Guedj • Doctorant en histoire contemporaine à l’université de Nice Sophia-Antipolis, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC)

Gilles Guerrini • Enseignant d’histoire et géographie, académie de Corse

Yann Lagadec • Maître de conférences en histoire, université Rennes 2

Jean-Yves Le Naour • Docteur en histoire, Groupe de recherche en histoire immédiate, université de Toulouse II-Le Mirail

Sébastien Ottavi • Professeur agrégé d’histoire

Jean-Paul Pellegrinetti • Professeur d’histoire contemporaine, université Nice Sophia-Antipolis, CMMC-CRID 14-18

Georges Ravis-Giordani • Professeur honoraire des Universités

Didier Rey • Maître de conférences HDR à l’Università di Corsica Pasquale-Paoli – UMR LISA 6240

Alain Venturini • Ancien directeur des archives départementales de la Corse-du-Sud

 


Le grand prix du livre insulaire

Le prix littéraire créé en 1999 récompense les nouveautés de littérature insulaire parues entre avril 2014 et avril 2015.
Les dotations sont remises aux auteurs. *15 personnalités du monde des îles et des livres composent les jurys qui se réunissent sur Ouessant pour une délibération finale pendant le salon international du livre insulaire. 

Les dotations du Grand Prix sont attribuées par l’association des îles du Ponant, et celle du prix sciences par le Parc Naturel régional d’Armorique.
toute l’actualité sur le site www.livre-insulaire.bzh


Une mention spéciale pour "Malavia" de Jean-Pierre Arrio (Editions Albiana)

Malavia est un mot corse (et italien aussi puisque Dante l’utilise dans
la Divine Comédie) qui signifie «mauvaise pente». De fait, toutes ces nouvelles se situent à la croisée des chemins, autour de personnages qui se demandent de quel côté ils vont tomber: soit dans la voie de la délin- quance et de la criminalité, souvent encouragée par des proches et par
un contexte propre à leur île (la Corse), soit dans celle d’une libération personnelle et d’une forme de rédemption. Par moments on a l’impres- sion que la Malavia, c’est la poisse, la malédiction des petits voyous, celles des rapports familiaux toxiques ou des rapports de couples qui vont dans le mur. A d’autres moments on voit qu’il suffit d’un sursaut, d’une déci- sion prise en une seconde pour sortir du marasme et réorienter sa vie. Ce livre de nouvelles très réalistes raconte des histoires presque immobiles et se focalise sur ces moments d’équilibre inquiet. Il invente une sorte de reportage psychologique, remarquablement écrit, à la fois dur et plein d’espoir, et le jury du roman policier insulaire a tenu, à Ouessant, à lui accorder cette mention spéciale pour vous encourager à découvrir un véritable écrivain.





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 18:43 Antoine Alessandri fait revivre"Les Chênes Verts"

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine