Corse Net Infos - Pure player corse

La commune de Chisà se dote d’une réserve communale de sécurité civile


Rédigé par François Daumont le Dimanche 22 Juillet 2018 à 19:54 | Modifié le Dimanche 22 Juillet 2018 - 20:07


Afin de faire à des enjeux de sécurité importants, la commune de Chisà a récemment décidé de créer une réserve communale de sécurité civile qui comprend déjà 22 membres


Afin d’en définir le mode de fonctionnement et prévoir ses actions futures, une réunion de travail associant des cadres du service d’incendie et de secours de Haute-Corse (SIS 2B) et l’association départementale des comités communaux et réserves communales de Haute-Corse (Adccff 2b) s’est tenue vendredi, en présence de nombreux habitants du village et du maire, Michel Galinier.
Ce dernier, qui est à l’initiative de cette démarche, a rappelé d’une part, la situation géographique particulière du territoire communal, accessible par une route étroite et sans issue et à environ quarante minutes de délai d’une intervention des secours. Et d’autre part, l’exposition au risque d’incendie de forêt avec son dense patrimoine forestier.


Comme l’a si justement rappelé le premier magistrat de cette commune, la fréquentation touristique aggrave le contexte notamment au plus fort de la saison estivale. Après avoir souhaité la bienvenue au lieutenant-colonel Jean-Noël Rigot, chef du groupement opérationnel Sud/Ouest du SIS 2B, au capitaine Jean-Christophe Bourdin, chef du centre de secours de Ghisonaccia et du bassin opérationnel Plaine, au lieutenant  Jean-Michel Lazzeri, adjoint au chef de centre de Ghisonaccia et Jean-Pierre Mazzi, président de l’Adccff 2b, 


Michel Galinier a exposé à l’assemblée présente, les raisons qui ont motivé la création d’une réserve communale de sécurité civile à Chisà et manifesté son désir de voir se former ses réservistes mais aussi, d’acquérir assez rapidement, un véhicule léger de première intervention sur feux naissants.
Puis tour à tour, les cadres du SIS 2B et Jean-Pierre Mazzi se sont relayés à la tribune afin d’expliquer ce que l’on attendait d’une réserve communale, la façon dont elle devait s’articuler et s’insérer dans le dispositif départemental, précisant que cet outil n’avait pas vocation à s’engager dans des actions de lutte mais plutôt dans des missions d’information des publics, de surveillance, de dissuasion et de guidage des moyens de secours extérieurs.


Un message reçu fort et clair par les 22 réservistes, qui à l’issue de la réunion, ont chacun reçu des mains du maire, une chasuble portant un marquage spécifique leur permettant d’être clairement identifiés lors de leurs missions. Comme l’a martelé le maire, c’était là un premier pas important dans l’évolution de cet outil citoyen, qui aura pour dessein d’aider à la sauvegarde des populations, des biens et de l’environnement.


Comme on put le constater les intervenants, la réserve communale de Chisà s’inscrit dans une belle et rare dynamique où esprit civique et volonté de préserver, se sont réunis dans une même démarche collective portée par un élu bien décidé à ne pas brader la sécurité de ses concitoyens.
En effet, Michel Galinier espère bien que ses projets se concrétisent et que les indispensables aides financières lui soient accordées afin d’y parvenir.
De leur côté les représentants du SIS 2B, à l’unisson de leur président, Guy Armanet, ont confirmé l’attachement que portait le service d’incendie et de secours de Haute-Corse aux réserves communales de sécurité civile.
Le lieutenant-colonel Rigot rappelait dans ce sens, la convention passée avec l’Adccff 2b, qui permet entre autres, d’assurer gracieusement la formation des réservistes communaux aux feux de forêts et secourisme.


Cet engagement du SIS 2B a permis récemment d’accompagner la création de quatre nouvelles réserves communales et d’un comité communal feux de forêt. Un modèle qui commence à s’exporter en Corse-du-Sud, et l’on peut déjà imaginer, la création à court terme, d’un pôle régional de promotion et de coordination de ces outils de sécurité civile.  
A terme, l’exemple citoyen de Chisà comme celui de Barbaghju, pourrait bien faire des émules dans d’autres communes excentrées de l’île et exposées à des phénomènes météorologiques extrêmes quand ce ne sont pas les incendies.
A noter enfin qu’à l’issue des échanges, le maire de Chisà, Michel Galinier, invita tous les participants à lever le verre de l’amitié dans une ambiance fort conviviale.
 




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 17:29 PCF : "Non au racket sur les automobilistes"

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie