Corse Net Infos - Pure player corse

L'Associu Sulidarità dénonce


Rédigé par le Mardi 5 Avril 2016 à 00:21 | Modifié le Mardi 5 Avril 2016 - 00:24



 Dernièrement  dans le cadre d’un dossier confié à la sous direction du parquet antiterroriste de Paris, une femme et mère de famille à été placée en garde à vue à la caserne d’Asprettu. Sa garde à vue a duré 96 heures, mais le juge Gaudino ne s'est pas contenté d'une simple garde à vue puisqu'il l’a faite  incarcérer à la maison d'arrêt de Borgo le temps de sa présentation   devant le parquet de Paris.
Entre temps, sa fille âgée de 12 ans était confiée à la garde d'un tiers,  puisque son père est lui même incarcéré à la prison de Fleury Merogis .
Après 96 heures de garde à vue et 4 jours de détention, épuisée elle a été enfin présentée au juge d'instruction, qui lui a notifié sa mise en examen et son placement sous un contrôle judiciaire dont les mesures restrictives constituent de véritables atteintes aux droits familiaux et professionnels.
 En effet  ce contrôle judiciaire est assorti d’une assignation résidence à Aiacciu, avec l’obligation hebdomadaire de pointage à la caserne d’Asprettu,  d’une interdiction de communiquer avec son compagnon père de son enfant, du retrait de sa carte professionnelle et de restrictions dans  l’exercice de sa fonction d’employée préfectorale.
Les contraintes  de ce contrôle judiciaire sans précédent, ont pour conséquences de perturber gravement sa vie familiale et professionnelle, empêchant  ainsi, la possibilité de prendre soin de  sa mère, (vivant seule au village et sans moyen de locomotion), de pouvoir exercer son droit de visite et celui de sa fille à l’adresse de son compagnon, dont d’ailleurs ils sont à l’heure actuelle, les seules personnes autorisées à lui rendre visite.
 Au-delà  de la présomption d’innocence qui est également bafouée dans cette affaire ,  nous ne pouvons également  tolérer ces méthodes judiciaires disproportionnées  et injustes  infligés  à une mère de famille  qui  lui imposent  l’impossibilité d’ assumer la totalité de la responsabilité  de sa charge familiale.
Ces agissements ont visiblement une portée provocatrice dans le contexte actuel que vit la Corse et le climat d’apaisement  facilité par la décision du FLNC ainsi que  le choix du peuple corse de confier aux nationalistes la gestion de leur avenir  politique.
 Aussi nous nous interrogeons  et dénonçons  cet  inutile acharnement et ses moyens de pression  psychologiques et materiels, que développe le juge Alain Gaudino dans cette affaire, et ce, en parfaite violation des articles 11, 12 et 23 de la déclaration universelle des droits de l’homme.



Communiqués | L'université | L'estru piuvanu




Derniers tweets
Corse Net Infos : Le Club Ajaccien d’Astronomie vous convie à la découverte des étoiles le 17 août https://t.co/kIoBYngcAG
Mercredi 15 Août - 15:21
Corse Net Infos : Journée des sciences de Vero le 17 août https://t.co/zces4xLn7l https://t.co/6UQR22MP6J
Mercredi 15 Août - 15:11
Corse Net Infos : U teatru nustrali : la Corse en son miroir https://t.co/AahkDN4khX
Mercredi 15 Août - 12:22
Corse Net Infos : Journées Napoléoniennes à Ajaccio du 13 au 15 août : Napoléon et son oncle, promenade au bord de mer… https://t.co/89oNpc09hw
Mercredi 15 Août - 12:21



Newsletter






Galerie
Requin1
Requin
Cérémonie Ajaccio
Cérémonie Ajaccio
Fiera di l'Alivu
Fiera di l'Alivu
Port de L'Ile-Rousse
Port de L'Ile-Rousse
Bande à Part
Bande à Part
ACA-FCBB
GFCA-Nîmes
Vitrines vivantes
Tribbiera in Lumiu
Feu le bon café
Marché de Porto-Vecchio