Corse Net Infos - Pure player corse

Jean-Baptiste Raffalli : "Pourquoi je soutiens Marie-Claire Poggi"


Rédigé par le Dimanche 8 Mars 2015 à 23:12 | Modifié le Lundi 9 Mars 2015 - 00:54


Jean-Baptiste Raffalli, conseiller général PRG sortant de Haute-Corse, soutient Marie-Claire Poggi qui, représentante de la majorité municipale et associée à José Gandolfi, briguera les suffrages des électeurs du troisième canton de Bastia à l'occasion des prochaines départementales. Marie-Claire Poggi qui faisait partie de la municipalité sortante, où elle a été adjointe au maire, avait la charge de la rénovation urbaine et la résorption de l'habitat indigne du centre ancien jusqu'à ce que - c'était en Juin 2013 - Emile Zuccarelli ne lui retire la délégation. Parce que elle avait choisi le camp de François Tatti.


Jean-Baptiste Raffalli : "Pourquoi je soutiens Marie-Claire Poggi"
Pourquoi un tel choix de la part de Jean-Baptiste Raffalli qui, conseiller général jusqu'au 29 Mars prochain - il l'est depuis 1994 - a entamé un sixième mandat consécutif d'élu municipal sur la liste sortante lors de la dernière consultation ?
Quand on lui pose la question Battì n'hésite pas une seconde.
" En 2008, j'ai demandé au maire, qui a accédé à cette démarche, de donner  à Marie-Claire Poggi la délégation de la "réhabilitation" et de ne me laisser que le Patrimoine. Elle accepté d'hériter de cette partie de la mission qui était la mienne. Et elle a été très présente et efficace."
L'élu cantonal s'en est souvenu à l'approche de la prochaine consultation.
D'autant que le nouveau découpage a rayé le canton du Cimbalu de la carte. "Le nouveau secteur Saint Joseph-Lupino est  bien plus dans  ses cordes que tout autre candidat; surtout dans le sillage du départ d'Eric Calloni."
De surcroît, pour Jean-Baptiste Raffalli, Marie-Claire Poggi a toute la légitimité pour lui succéder :  "elle est encore ma remplaçante… Et  si je "casse ma pipe" avant le 22 il n'y aura pas d'élection, c'est elle qui siègera !"



Il n'en reste pas moins que l'un de ses concurrents sera Joseph Martelli, conseiller général sortant et PRG lui aussi.
"Le problème de José Martelli est simple.Tous les cantons ont été re-découpés sauf le sien. Et le voilà qu'il le quitte pour se présenter dans un autre" relève  Jean-Baptiste Raffalli. Un parachutage qui ne convient guère à l'élu du Cimbalu en rappelant que José Martelli est toujours représentant du canton de Furiani-Montesoro.


"En 1975 j'étais contre la bi-départementalisation. On peut retrouver ma déclaration dans  l'Informateur de 1974. Je suis pour la collectivité unique et pour la parité... il me semble que je le prouve en soutenant ma remplaçante - ce n'est pas le cas  du concurrent de Marie-Claire Poggi - , et l'exemple est assez rare pour ne pas être souligné".
Voilà . Je suis logique avec mon parcours, une vraie continuité, puisqu'après le partage de mission je suis pour un passage de témoin pour cette période de préparation à la collectivité unique. Et comme m
a suppléante et son binôme sont pour la collectivité unique ..."
Dès lors le choix de Jean-Baptiste Raffalli ne pouvait être que celui-ci.
"Les autres, parapentistes de la politique - ils se parachutent tout seuls - auront plus de difficultés à expliquer leurs démarches" soutient-il.
Mais par-delà l'option de "rouler" pour celle qui est toujours sa suppléante, il faut sans doute aller chercher plus loin les raisons qui sont celles de Battì Raffalli  à vouloir ainsi se positionner devant un élu de son camp…
 



Territoriales 2015 | Municipales 2014 | Départementales 2015