Corse Net Infos - Pure player corse

Haute-Corse : Les journées du patrimoine, c’est aussi dans la nature


Rédigé par Michela Vanti le Dimanche 16 Septembre 2018 à 20:50 | Modifié le Dimanche 16 Septembre 2018 - 21:40


Ce week-end se déroulaient les 35e journées européennes du patrimoine. Mais parce que notre patrimoine est aussi naturel, la Collectivité Territoriale de Corse a « ouvert les portes » de la Réserve Naturelle de Biguglia pour permettre aux visiteurs de remonter le temps à la découverte de l'histoire de la Corse.


Quand on dit patrimoine, on pense aux vieilles bâtisses, aux églises et non pas aux moineaux ou ou aux insectes. Et pourtant, le patrimoine naturel, méconnu et menacé, fait partie intégrante de notre héritage commun, au même titre que les musées et les anciens palaces. C’est dans cet esprit que ce weekend, à l’occasion de Journées du patrimoine, la Collectivité Territoriale de Corse a « ouvert les portes » de la Réserve Naturelle de Biguglia e du Fortin de la Fornacina et permis aux visiteurs de remonter le temps à la découverte des richesses de la Corse.  
Victimes du succès des précédentes éditions, les visites guidées de la Réserve proposées par les agents de la CTC, ont été prises d’assaut et lors de la journée de dimanche les visiteurs ont aussi pu assister à une interessante conférence-débat sur le rôle de l’étang de Biguglia, le plus grand port naturel de l’ile jusqu’à l’époque médiévale.
   
Maitre de conférence à l’Université de Corse où il enseigne histoire-géographie, Jean Castela nous explique que les Journées du Patrimoine sont l'occasion de proposer des événements qui concilient la connaissance du patrimoine culturel et naturel, souvent méconnu, de la Corse.
   
Le Professeur a parlé au public d’une embarcation qui a été découverte à la fin du XVIII siècle à proximité de la cité romaine de la Mariana et qui est une de plus importantes découvertes historiques pour la connaissance de la navigation antique en toute la Méditerranée car il y a un relevé très précis de ce navire qui en a été fait. Même si l’embarcation a aujourd’hui disparu, son dessin, absolument parfait, permet aux chercheurs de résituer l’étang de Biguglia dans le contexte historique entre le septième et huitième siècle av J.-C. et d’affirmer que cet étendu d’eau, qui aujourd’hui est perçu aujourd’hui comme une simple réserve naturelle, c’était le plus grand port de l’ile jusqu’à l’époque médiévale.
« Le projet - conclue Jean Castela - c’est de se servir de ce lieu pour permettre aux scolaires de découvrir la nature en rapport avec l’histoire. ».
Et les Journées du Patrimoine ont été un bel exemple.



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie